LOTERIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « loteries » chez les Romains : un malentendu

Cette confusion a conduit à attribuer aux Romains l'invention de ces jeux, quitte à s'étonner de leur disparition pendant le Moyen Âge. L'affirmation souvent répétée que les Romains organisaient des loteries lors de fêtes ou de banquets relève d'une vision anachronique : on cherche en vain dans les usages romains le pari d'argent et le tirage au sort de numéros qui caractérisent les loteries telles que nous l'entendons, c'est-à-dire dans l'acception que le terme loterie a prise dès sa naissance au xve siècle. En fait, les prétendues loteries attribuées à Auguste s'appuient sur un texte de Suétone (Vies des douze césars, « Auguste », lxxv) qui évoque les petits cadeaux fantaisistes que l'empereur, comme d'autres notables, aimait à distribuer à titre de largitio (largesse) lors des Saturnales. Ce passage est généralement interprété comme le tirage d'une loterie. Pourtant, il suffit de se reporter au texte même de l'historien romain pour constater qu'il n'est même pas question ici de tirage au sort – sortitio, que le terme anachronique « loterie » pourrait rendre –, mais de licitatio, c'est-à-dire de vente aux enchères, ce qui n'est pas la même chose.

Autre texte souvent sollicité, la vie d'Élagabal (ou Héliogabale) dans l'Histoire d'Auguste (éd. Chastagnol, XVII, xxii), ouvrage tardif et peu regardant sur la vérité historique. Élagabal (204-222, empereur en 218) y est présenté comme l'inventeur de la loterie. Cependant, le passage considéré montre qu'il s'agissait des cadeaux farfelus que l'empereur adolescent distribuait à ses convives et amis en les faisant tirer au sort (sortes), pratique qu'il étendit ensuite aux jeux du cirque ; mais il n'y a ici ni mise d'argent ni jeu sur des numéros. En fait, la largitio impériale, si extravagante soit-elle, n'est qu'une distribution aléatoire de cadeaux lors de banquets ou de fêtes, comme les Saturnales.

Si l'usage du tirage au sort est classique dans le monde romain pour attribuer postes, charges, cadeaux, prébendes, terres ou provinces, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : licencié ès lettres, ingénieur du Conservatoire national des arts et métiers, historien du jeu

Classification

Autres références

«  LOTERIES  » est également traité dans :

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie des jeux »  : […] Jusqu'ici, le hasard est apparu comme étroitement lié aux aléas extérieurs, qu'on peut ranger, schématiquement, en deux classes : l'incertitude relative aux événements naturels ou non intentionnels et l'incertitude qui résulte de l'impossibilité de prévoir la conduite d'autrui . Les jeux fournissent une illustration très simple de ces deux cas : dans une loterie, le résultat dépend du mouvement […] Lire la suite

JEUX DE PIONS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 4 089 mots
  •  • 4 médias

Les jeux de pions relèvent de la famille des jeux intellectuels, c'est-à-dire qu'ils font appel à la réflexion, si limitée soit-elle, et non à la motricité du corps. Un jeu de pions exige au moins deux joueurs, un « tablier » qui se réduit à un diagramme de jeu (ou « pavage »), des pions et, pour certains de ces jeux, un générateur de hasard (dés, par exemple). Chaque jeu de pions se caractérise p […] Lire la suite

LOTO

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 316 mots

Il y a plusieurs lotos : le loto national , loterie à grande échelle et à résultat différé, exploitée par un opérateur public, se distingue nettement du loto familial, qui est une loterie à résultat immédiat. Tel que nous le connaissons, ce dernier n'est pas très ancien : ce n'est guère qu'après 1750 que l'on voit apparaître en France ce nouveau jeu de société. Mais c'est à Gênes, au xvi e  siècle […] Lire la suite

MACHINES À SOUS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 2 070 mots

Littéralement, une machine à sous, équivalent de l'anglais coin machine ou slot machine (« machine à fente »), est un appareil à monnayeur déclenchant un mécanisme après insertion d'une pièce de monnaie. Toutefois, l'usage réserve ce terme aux machines de divertissement, telles que les automates de jeu, les billards électriques (flippers) et autres jeux d'adresse (tirs, « grues », pêches, etc.) […] Lire la suite

OLLER JOSEPH (1839-1922)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 013 mots

Inventeur du pari mutuel, fondateur à Paris de l'Olympia et du Bal du Moulin-Rouge, un des créateurs du « music-hall », Joseph Oller fait partie de ces personnalités fécondes que l'histoire a injustement oubliées. Joseph Oller Roca est né à Terrassa en Catalogne en 1839. Arrivé à Paris avec ses parents à l'âge de deux ans, il y fait ses études, sans aller, semble-t-il, bien loin. Son biographe (F. […] Lire la suite

ROULETTE

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 777 mots
  •  • 1 média

Jeu emblématique des casinos du monde entier, devenue métaphore absolue du jeu d’argent, la roulette appartient par son fonctionnement et ses règles à la vaste famille des loteries. Plus précisément, elle fait partie des loteries à résultat immédiat, qui s'opposent aux loteries à résultat différé, telles les loteries d'État. Mais, si la roulette est une loterie, elle n'en représente pas moins une […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Thierry DEPAULIS, « LOTERIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/loteries/