LOTERIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les loteries à résultat immédiat

Les loteries à résultat immédiat (que l'on distinguera des loteries instantanées) usent d'un tableau collectif (sauf le cavagnole, loterie de salon fort prisée au xviiie siècle, et le loto familial). Le jeu rassemble un petit nombre de joueurs (de quelques-uns à une vingtaine) et, une fois les mises faites, le résultat est immédiatement proclamé après que le générateur de hasard a été actionné ; le pari à la cote est de rigueur. On distingue les loteries simples des loteries à chances multiples.

Les loteries simples

Un tableau de mises, offrant un petit nombre de cases (de six à douze, le plus souvent), est associé à un générateur de hasard élémentaire, qui peut être un dé unique ou un toton. Le tchic-tchic des quartiers populaires, où un tableau est hâtivement tracé au marqueur sur le fond d'une caisse de bananes retournée, en offre l'exemple le plus aisément reconnaissable. Les parieurs sont invités à miser une somme sur la case correspondant au nombre qu'ils espèrent voir sortir. L'opérateur agite un dé ordinaire dans une boîte en fer blanc (boîte de Ricoré de préférence) puis retourne celle-ci sur la caisse pour révéler le dé (souvent pipé !) dont la face supérieure désigne le numéro vainqueur. L'officiant ramasse les mises perdantes et paie double le gagnant. Avantage mathématique de l'opérateur : 50 p. 100.

Ce genre de loterie élémentaire est extrêmement répandue avec divers raffinements. Le crown and anchor des marins anglais (piek en zon chez les Hollandais) ressortit à cette catégorie, de même que de nombreux jeux asiatiques. Au Moyen Âge et à la Renaissance, il était courant d'utiliser un échiquier. Selon que le dé tombait sur une case noire ou une case blanche, on payait ou non l'enjeu. Autre forme très populaire de loterie simple, le jeu du « sept », parfois aussi appelé « jeu du Juif » ou, en Italie, gioco della barca, utilisait deux dés et un tableau à douze cases. Celui qui obtenait un sept raflait la totalité des mises. Avec trois dés, on a le jeu de la chouette (en italien, pela il chiù) ou celui de carica l'asino (« charge l'âne »). Imprimés sur papier, ces jeux relèvent le plus souvent de l'imagerie populaire. Une forme peut-être plus ancienne est celle du tourniquet, parfois improprement appelé « roulette ». Le tourniquet est un cadran numéroté, pourvu d'une aiguille que l'opérateur lance. Les baraques foraines en ont conservé l'usage, mais des exemples du xve siècle existent, avec chiffres (romains) en caractères gothiques.

Les loteries à chances multiples

Les loteries à chances multiples sont celles où les joueurs peuvent placer leurs mises sur plusieurs numéros à la fois, généralement contigus. La répartition des cases du tableau offre diverses possibilités : colonnes, rangées, diagonales, zones spéciales, etc. En échange de cette répartition des risques, la banque offre un gain moindre. C'est le mécanisme de la roulette. Mais, avant que la roulette moderne n'apparaisse, à Paris dans les dernières années du xviiie siècle, de nombreux jeux de même principe l'avaient précédée. Le hoca (auca), sans doute né en Catalogne au début du xviie siècle, est probablement le premier représentant de la famille. Pourvu de 48 cases (mais 30 seulement en France), il employait des billets numérotés en nombre égal, placés dans un chapeau, plus tard dans une bourse. Le jeu fut vigoureusement interdit par Louis XIV. Venu d'Italie, le biribi (biribisso, biribissi) n'est guère différent – avec 36, 42, 64 et même 70 cases – mais offre quelques améliorations quant au tirage des numéros. Omniprésent au xviiie siècle, sauf en Angleterre où on l'ignore, le biribi n'a pas résisté à la concurrence de la roulette, dont il est un des incontestables précurseurs.

La roulette

Photographie : La roulette

Dans la famille des loteries à résultat immédiat, la roulette représente l'aboutissement des jeux d'argent à chances multiples. 

Crédits : Kevin Horan/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Relèvent aussi des loteries à résultat immédiat les jeux dérivés d'une loterie publique, tel le LOTO®. La forme familiale du loto semble apparaître au milieu du xviiie siècle, au plus fort de la mode de la loterie génoise (loto d'État). On y retrouve l'extraction de boules numérotées associées à des cartons portant quinze numéros (trois rangées de cinq). Le premier à remplir une rangée de cinq (quine) a gagné. Ces règles simples ont valu au loto familial une immense popularité qui ne se dément pas et de multiples adaptations, notamment pédagogiques. Ce même jeu, réduit à 75 numéros, a gagné le monde anglo-saxon, où il fut d'abord rebaptisé keno (prononcer kino), du français quine. Exploité de façon commerciale, c'est le bingo, bien connu des A [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : licencié ès lettres, ingénieur du Conservatoire national des arts et métiers, historien du jeu

Classification

Autres références

«  LOTERIES  » est également traité dans :

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 802 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie des jeux »  : […] Jusqu'ici, le hasard est apparu comme étroitement lié aux aléas extérieurs, qu'on peut ranger, schématiquement, en deux classes : l'incertitude relative aux événements naturels ou non intentionnels et l'incertitude qui résulte de l'impossibilité de prévoir la conduite d'autrui . Les jeux fournissent une illustration très simple de ces deux cas : dans une loterie, le résultat dépend du mouvement […] Lire la suite

JEUX DE PIONS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 4 091 mots
  •  • 4 médias

Les jeux de pions relèvent de la famille des jeux intellectuels, c'est-à-dire qu'ils font appel à la réflexion, si limitée soit-elle, et non à la motricité du corps. Un jeu de pions exige au moins deux joueurs, un « tablier » qui se réduit à un diagramme de jeu (ou « pavage »), des pions et, pour certains de ces jeux, un générateur de hasard (dés, par exemple). Chaque jeu de pions se caractérise p […] Lire la suite

LOTO

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 316 mots

Il y a plusieurs lotos : le loto national , loterie à grande échelle et à résultat différé, exploitée par un opérateur public, se distingue nettement du loto familial, qui est une loterie à résultat immédiat. Tel que nous le connaissons, ce dernier n'est pas très ancien : ce n'est guère qu'après 1750 que l'on voit apparaître en France ce nouveau jeu de société. Mais c'est à Gênes, au xvi e  siècle […] Lire la suite

MACHINES À SOUS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 2 070 mots

Littéralement, une machine à sous, équivalent de l'anglais coin machine ou slot machine (« machine à fente »), est un appareil à monnayeur déclenchant un mécanisme après insertion d'une pièce de monnaie. Toutefois, l'usage réserve ce terme aux machines de divertissement, telles que les automates de jeu, les billards électriques (flippers) et autres jeux d'adresse (tirs, « grues », pêches, etc.) […] Lire la suite

OLLER JOSEPH (1839-1922)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 013 mots

Inventeur du pari mutuel, fondateur à Paris de l'Olympia et du Bal du Moulin-Rouge, un des créateurs du « music-hall », Joseph Oller fait partie de ces personnalités fécondes que l'histoire a injustement oubliées. Joseph Oller Roca est né à Terrassa en Catalogne en 1839. Arrivé à Paris avec ses parents à l'âge de deux ans, il y fait ses études, sans aller, semble-t-il, bien loin. Son biographe (F. […] Lire la suite

ROULETTE

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 777 mots
  •  • 1 média

Jeu emblématique des casinos du monde entier, devenue métaphore absolue du jeu d’argent, la roulette appartient par son fonctionnement et ses règles à la vaste famille des loteries. Plus précisément, elle fait partie des loteries à résultat immédiat, qui s'opposent aux loteries à résultat différé, telles les loteries d'État. Mais, si la roulette est une loterie, elle n'en représente pas moins une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Thierry DEPAULIS, « LOTERIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/loteries/