MERKABA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression Ma‘aseh Merkaba (œuvre du char) désigne le premier chapitre d'Ézéchiel dans la Mishna Haguiga I, ii. Les textes talmudiques rapportent que ce chapitre avait fait l'objet — avec le premier chapitre de la Genèse, désigné par le terme de Ma‘aseh Bereshit (œuvre du commencement) — des spéculations ésotériques des rabbins de l'Antiquité, en particulier Rabbi Yohanan ben Zakkai et Rabbi Akiba.

Les maîtres de la Mishna ont constitué sans doute le chaînon intermédiaire entre les visions contenues dans les apocalypses et la mystique de la Merkaba à l'époque talmudique, telle qu'elle s'est développée en particulier dans les Heykalot. Son objet est une mystique du trône. Dieu est ici adoré et reconnu comme roi ou empereur divin. Le mystique est placé face à la transcendance divine ; l'abîme est insurmontable entre l'âme et le Dieu Roi sur son trône. À travers les hymnes et les prières de cette littérature, à travers ces chants rapportés aux anges et au trône lui-même, retentit le sentiment de la puissance et de la sublimité du divin. La crainte et le tremblement devant la majesté du Roi saint résonnent à travers ces hymnes solennels intégrés dans la liturgie juive, en particulier dans celle des jours redoutables de Tishri.

Mais le Roi saint est aussi le Créateur, et le mystique essaie de parvenir au mystère de Dieu sous son aspect de Créateur de l'univers. Ce thème a donné naissance à un traité énigmatique, le Shiūr Kōma (mesure du corps de Dieu). Le corps divin est décrit à l'aide de mesures monstrueuses, de chiffres énormes, de combinaisons littérales et numériques, à travers lesquels le mystique exalte paradoxalement la majesté divine.

Parmi les autres développements importants de cette mystique, il faut signaler la figure de Métatron (métamorphose céleste d'Énoch) et les idées sur le rideau cosmique (Pargōd), qui sépare le trône des anges et sur lequel se trouvent brodés les archétypes de tous les êtres et événements à venir.

Au Moyen Âge, la littérature de la Merkaba (le Shiūr Kōma, en particulier) sera honnie par le courant rationaliste (Saadia Gaon et Maimonide). Les philosophes désigneront par le terme de Ma‘aseh Merkaba les enseignements de la métaphysique. Les kabbalistes, de leur côté, feront glisser toute la sphère de l'ancienne Merkaba en dessous du monde séphirotique.

—  Roland GOETSCHEL

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  MERKABA  » est également traité dans :

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le judaïsme ancien et les études bibliques »  : […] Une autre riposte à ce que l'on peut considérer comme l'impérialisme méthodologique allemand s'agissant des études bibliques consiste dans les travaux et publications sur l'histoire sociale et littéraire du judaïsme ancien. D'une certaine façon, la Bible, le Nouveau Testament y compris, fait partie de cet univers ancien, dont elle est une pièce in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/#i_8784

ÉZÉCHIEL (-627 env.-env. -570)

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 1 857 mots

Dans le chapitre « Le Livre d'Ézéchiel et sa postérité »  : […] En dépit de ses qualités littéraires modestes, le Livre d'Ézéchiel parvint à maintenir sa grande autorité. Ben Sira (190 av. J.-C.) en est le témoin antique ; Schiller aurait voulu apprendre l'hébreu pour le lire dans l'original et Victor Hugo le placera avec Homère, Eschyle, Juvénal et quelques autres dans « l'avenue des géants immuables de l'espr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ezechiel/#i_8784

HEYHALOT ou HEYKHALOT LES

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 394 mots

Le mot hébreu Heyhalot , qui signifie « palais », désigne les textes fondamentaux que nous ont légués les mystiques juifs de la Merkaba. Les plus importants de ces textes sont, dans l'ordre chronologique, les Heyhalot Zutrati , rapportées à Rabbi Aquiba, les Heyhalot Rabbati , dont le porte-parole principal est Rabbi Ismaël et enfin les Sefer Heyh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heyhalot-heykhalot/#i_8784

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 273 mots

Dans le chapitre « La mystique de la Merkaba (IIIe-VIIe siècle) »  : […] Le centre des enseignements ésotériques se déplace ensuite à Babylone, mais les thèmes en demeurent identiques : l'objet principal des visions reste le char divin ( merkaba  ; la référence scripturaire est Ézéchiel, chap. i ). Seule change la terminologie : le voyage céleste est désigné désormais comme la « descente » vers la Merkaba. En plus de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_8784

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perspectives théosophiques »  : […] Il s'agit donc toujours, pour la théosophie – de même que, d'une manière différente, pour la prophétie –, d'amplifier la Révélation. Dans la tradition judaïque, la fonction du midrash est d'actualiser celle-ci en l'interprétant en fonction du présent ; consultations et interprétations ont fini par l'organiser comme tōrah . Le christianisme conserv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theosophie/#i_8784

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « MERKABA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/merkaba/