HEYHALOT ou HEYKHALOT LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot hébreu Heyhalot, qui signifie « palais », désigne les textes fondamentaux que nous ont légués les mystiques juifs de la Merkaba. Les plus importants de ces textes sont, dans l'ordre chronologique, les Heyhalot Zutrati, rapportées à Rabbi Aquiba, les Heyhalot Rabbati, dont le porte-parole principal est Rabbi Ismaël et enfin les Sefer Heyhalot, publiées sous le nom de troisième livre d'Énoch ou sous celui d'Énoch hébreu.

Il s'agit d'un type de littérature sui generis qui décrit le voyage du mystique dans les Palais (Heyhalot) divins. L'ascension de celui-ci est nommée descente dans les Heyhalot Rabbati. Les candidats étaient d'abord sélectionnés d'après des critères moraux mais aussi physiognomoniques et chiromantiques. Ceux qui en paraissaient dignes se préparaient alors par des exercices de nature ascétique durant quarante jours : ils observent le jeûne, adoptent une posture particulière, la tête étant placée entre les genoux — ce qui facilite l'extase —, récitent tout bas des hymnes et des chants.

Après cette préparation, l'adepte commence à voyager à travers les sept palais célestes, en affrontant beaucoup de difficultés et de dangers. À chaque entrée, des portiers célestes sont postés qui exigent un mot de passe de celui qui veut continuer le voyage sans danger : un sceau magique constitué par un nom secret qui met en fuite les démons et les anges hostiles. À chaque étape de l'ascension, un nouveau sceau par lequel le voyageur se scelle lui-même est requis. Les dangers augmentent au fur et à mesure que le voyageur s'élève. Le péril devient paroxystique à l'entrée du sixième palais : celui-ci apparaît à l'adepte comme si des milliers de vagues se jetaient contre lui et cependant il n'y a pas une goutte d'eau, mais seulement la splendeur du pur marbre dont le palais est pavé (cf. Haguiba, 14 b). Mais, s'il en est digne, au terme de son itinéraire, il atteindra l'objet de son désir : la contemplation du trône divin.

Le premier centre de la mystique de la Merkaba fut la Palestine ; une bonne part des Heyhalot y vit le jour ; elles passèrent à l'époque de Rava en Babylonie, où d'autres textes furent mis par écrit.

—  Roland GOETSCHEL

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  HEYHALOT ou HEYKHALOT LES  » est également traité dans :

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le judaïsme ancien et les études bibliques »  : […] Une autre riposte à ce que l'on peut considérer comme l'impérialisme méthodologique allemand s'agissant des études bibliques consiste dans les travaux et publications sur l'histoire sociale et littéraire du judaïsme ancien. D'une certaine façon, la Bible, le Nouveau Testament y compris, fait partie de cet univers ancien, dont elle est une pièce intimement solidaire. Il faut noter la participation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/#i_32674

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La mystique de la Merkaba (IIIe-VIIe siècle) »  : […] Le centre des enseignements ésotériques se déplace ensuite à Babylone, mais les thèmes en demeurent identiques : l'objet principal des visions reste le char divin ( merkaba  ; la référence scripturaire est Ézéchiel, chap. i ). Seule change la terminologie : le voyage céleste est désigné désormais comme la « descente » vers la Merkaba. En plus de l'influence de la littérature apocalyptique, on y d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_32674

MERKABA

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 424 mots

L'expression Ma‘aseh Merkaba (œuvre du char) désigne le premier chapitre d'Ézéchiel dans la Mishna Haguiga I, ii . Les textes talmudiques rapportent que ce chapitre avait fait l'objet — avec le premier chapitre de la Genèse, désigné par le terme de Ma‘aseh Bereshit (œuvre du commencement) — des spéculations ésotériques des rabbins de l'Antiquité, en particulier Rabbi Yohanan ben Zakkai et Rabbi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merkaba/#i_32674

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « HEYHALOT ou HEYKHALOT LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heyhalot-heykhalot/