COLPORTAGE LITTÉRATURE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Triomphe, mort et transfiguration du colportage

Au xixe siècle, le développement rapide de la librairie (système des représentants, des commis, puis des grossistes) exclut les colporteurs de la ville, ou limite leur rôle à la criée des journaux et des images satiriques. En revanche, on assiste à une considérable expansion du colportage dans les campagnes, là où une librairie ne serait pas rentable mais où existe, malgré tout, une demande potentielle. Cette expansion correspond à un double besoin, que reflète la loi Guizot sur l'enseignement primaire en 1834 : celui des masses paysannes qui ont soif de culture et celui de la bourgeoisie industrielle qui doit disposer, pour manier des machines de plus en plus complexes et coûteuses, d'une main-d'œuvre qualifiée ou susceptible de se qualifier, donc sachant lire et écrire. Toutefois, cette bourgeoisie, que trois révolutions ont rendue méfiante, surveille de fort près les publications à bas prix qui s'adressent au peuple, censure qui se maintient et s'intensifie de la Restauration à la fin du second Empire, dans l'esprit de la loi Falloux (1849), et dont les critères se définissent avec clarté dans la classique Histoire des livrets populaires de Charles Nisard (2e édition augmentée en 1862). Le répertoire reste essentiellement le même : vies de saints, prières, cantiques, romans édifiants, fictions inusables comme Jean de Calais ou Fortunatus, contes de fées : c'est l'époque de « l'explosion » des éditions de Perrault, qui sont reprises par l'imagerie d'Épinal. Il faut noter aussi que le secteur des abécédaires, des manuels éducatifs concernant la santé, l'agriculture, les métiers manuels est en pleine expansion.

Le colporteur présente et vend ses produits au cours de deux tournées, l'une au printemps et l'autre à l'automne, toujours dans la même région qu'il quadrille jusqu'au moindre village ou hameau, grâce à un réseau de relations amicales et commerciales. Mais le progrès des communications et de la poste, la presse à bon marché et ses feuilletons, le désir et l'habitude d'une i [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur émérite à l'université de Paris-VII-Jussieu

Classification


Autres références

«  COLPORTAGE LITTÉRATURE DE  » est également traité dans :

COMPLAINTE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 309 mots

Genre de la poésie populaire, la complainte est destinée à relater les malheurs d'un personnage dont les faits et gestes sont mémorables. Elle est chantée sur un air connu ou récitée sur un ton incantatoire, ce qui explique le nombre élevé d'élisions et de liaisons marquées, ainsi que l'emploi fréquent de couplets et de refrains. Le texte imprimé, souvent accompagné d'une image évocatrice et quelq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complainte-genre-litteraire/#i_82943

CONTES DE MA MÈRE L'OYE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 813 mots

Au xvii e siècle, cette expression, comme celle de contes de Peau d'Âne, est synonyme de contes de fées. Le titre d'un conte particulièrement connu (ici, celui de Berthe au grand pied , autrement dit celui de La Reine Pédauque , pourvue, comme son nom l'indique, de pattes d'oie) sert de dénomination gén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-ma-mere-l-oye/#i_82943

DIME NOVEL, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 295 mots

Prendre quelques écrivains mineurs très prolifiques, beaucoup de papier recyclé, choisir des titres évocateurs, imprimer des couvertures illustrées d'images simples qui parlent au cœur en harmonie avec le contenu sentimental ou mélodramatique du texte et vendre ces romans chez l'épicier du coin pour le prix d'une bouchée de pain, le dixième d'un dollar. Cette recette fonctionne toujours, depuis la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dime-novel-litterature/#i_82943

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 160 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'illustration populaire »  : […] L'édition illustrée populaire dite « à quatre sous », apparue en janvier 1848 chez l'éditeur Havard, connaît son apogée de 1851 à 1855, avant de disparaître dans les années 1860 à la fin de l'Empire autoritaire ; elle va exploiter ces nouvelles habitudes éditoriales associées à la pratique du réemploi ; en effet, au moment où le gouvernement renforce le contrôle du colportage (janvier 1852), où l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illustration/#i_82943

ROMAN POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 4 077 mots

Dans le chapitre « Histoire du roman populaire »  : […] Aux origines du roman populaire il y a la littérature de colportage – celle de la Bibliothèque bleue notamment – constituée de livres sans auteurs avoués, destinés à la « populace », qui, souvent illettrée, se les faisait lire le soir, à la veillée, par des conteurs ou des enfants. Transportés dans des besaces, où ils voisinaient avec des images pieuses ou guerrières, ces ouvrages offraient à l'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-populaire/#i_82943

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc SORIANO, « COLPORTAGE LITTÉRATURE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-colportage/