LITTÉRATURE D'ÉRUDITION (XVIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers le milieu du xviie siècle une dissociation s'opère au sein des savoirs entre les sciences et les lettres, et au sein des lettres entre les savants et « ceux qui écrivent bien en français », entre ce que nous appelons érudition et ce que nous appelons littérature. Ce clivage, résultat d'un long affrontement entre les tenants d'un courant docte et ceux d'une « science galante », tend à isoler un type d'écriture qui ne peut être compris que par un public très instruit et très restreint. Cependant leur opposition, qui va croissant au fil du siècle, n'est pas totale, au point que le Dictionnaire de Richelet, définissant le terme de littérature, lui donne trois équivalents : « science des belles-lettres ; honnêtes connaissances ; doctrine, érudition ». Tôt isolée en ce qui concerne la critique et la philologie, l'érudition se sépare mal de la rhétorique et de l'esthétique dans les sciences historiques et la traduction ; au début du siècle, sciences et poésie allaient encore ensemble (C. Binet, D. Petau) comme l'histoire et le poème héroïque, et la traduction était encore conçue comme la production d'une œuvre personnelle : à la fin, elles s'opposent comme l'esthétique au neutre, la fiction au réel.

Le groupe des érudits, s'il veut participer tant soit peu au cursus honorum, sait qu'il lui faut s'intégrer aux pouvoirs de la vie littéraire : grands seigneurs, roi, Église, salons, académies. La polygraphie et les compromis seront d'autant plus pratiqués qu'on veut réussir. On peut en voir l'exemple dans le cursus de Pierre Daniel Huet (1630-1721). Formé par les voyages avec le pasteur S. Bochart vers la Suède et la Hollande, il entre à Paris en relation avec l'hôtel de Rambouillet, les Scudéry et les académiciens influents. Il fonde à Caen une Académie des sciences encouragée par Colbert. Sous-précepteur du Dauphin, académicien en 1674, il est ordonné prêtre et en 1696 devient évêque d'Avranches. Sa production mêle les travaux sur la traduction (1661) aux intérêts mondains (Essai sur l'origine des romans, 1670, pour le Zaïde de Mme de La Fayette) et la pure érudition philosophique (contre Descartes) ou historique. Il entreprend également l'édition des classiques grecs et latins ad usum Delphini. Autre réussite, celle de N. Perrot d'Ablancourt (1606-1664) : avocat, il se consacre aux lettres, et entre à l'Académie en 1637 ; sa spécialité est l'esthétique de traductions (dites « belles infidèles »), où il met au goût du lecteur moderne des auteurs parfois rudes (Tacite, Thucydide, Xénophon). Aux antipodes, on trouve l'absence de carrière des ecclésiastiques voués au labeur absolu des éditions de textes. Entre ces deux pôles, les amoureux des livres. D'abord les dynasties d'historiographes venus de familles de juristes et fidèles au service royal : ainsi des Godefroy qui, en quatre générations, écrivent toute l'histoire des États de France, ou les Sainte-Marthe, ou les frères Du Puy, neveux et bibliothécaires du président De Thou. Puis les bibliothécaires tels que G. Naudé, E. Baluze, A. Baillet, Louis Jacob de Saint-Charles... Ceux-là ne sont pas gens de salons, mais se regroupent en cercles érudits autour des Du Puy ou du père Mersenne, où se retrouvent la fine fleur des intellectuels indépendants et les « libertins érudits ». Peu d'académiciens parmi eux, à part François Eudes de Mézeray (1610-1683) dont l'Histoire de France est un des best-sellers du siècle. « Client » de Richelieu et de Mazarin, académicien, précepteur de Louis XIV, François de La Mothe Le Vayer (1588-1672) est épicurien, voire athée ; contre Vaugelas, il soutient le style savant. Il faut ajouter que l'univers des érudits est européen : un réseau actif de correspondance relie les principaux membres de la république des lettres (ainsi M. Mersenne, C. N. de Peiresc), qui diffusent rapidement découvertes et méthodes.

L'érudition même évolue au cours du siècle, selon des variables idéologiques et méthodologiques. Reprenant le travail d'édition qui, d'Érasme à Budé, a illustré le premier humanisme, la fin du xvie siècle a institutionnalisé l'effort de mise à jour des textes : on s'attache à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LITTÉRATURE D'ÉRUDITION ( XVII e s.)  » est également traité dans :

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 565 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le temps de la réformation catholique »  : […] Pareille mutation ne pouvait aller sans provoquer des contrecoups. En 1539-1543 et 1569-1571, des grèves ont lieu à Paris qui prennent parfois l'allure de crises de surproduction. Après l'euphorie de la Renaissance, l'expansion apparaît de plus en plus freinée. Alertés par les crises de la Réforme, les pouvoirs, le religieux comme le séculier, entreprennent de mettre en tutelle la presse à imprim […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Madeleine FRAGONARD, « LITTÉRATURE D'ÉRUDITION (XVIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-d-erudition/