LA MOTHE LE VAYER FRANÇOIS DE (1588-1672)

Philosophe et écrivain français, l'un des représentants majeurs de ce « libertinage érudit » qui marque, entre l'humanisme de la Renaissance et la philosophie du siècle des Lumières, une étape essentielle. À quarante ans, cet indolent n'a écrit aucun livre : il s'est prêté avec quelque répugnance aux devoirs de sa charge de substitut au procureur du roi et s'est surtout « composé un caractère. Le caractère d'abord d'un original [...] ; le caractère, aussi, d'un homme indépendant, réservé, un peu sournois, avec une prudence ombrageuse et volontiers narquoise » (R. Pintard) — sous laquelle il cache des méditations qui deviendront de plus en plus audacieuses. Les nombreux voyages qu'il a entrepris lui ont fait découvrir l'infinie variété des mœurs et des croyances, l'instabilité des opinions et des institutions les plus autorisées ; ils l'ont engagé à de vastes lectures (philosophes sceptiques et relations de voyages) ; les innombrables conversations, franches et hardies, avec ses amis de la Tétrade, ce groupe que forment avec lui Gassendi, Diodati et Naudé, ce grand foyer (secret) du libertinage érudit, le décident à publier le fruit de ses réflexions. Ce sont les quatre premiers Dialogues faits à l'imitation des Anciens d'« Orasius Tubero » qu'il fait imprimer à un nombre réduit d'exemplaires (1630). Dans ces libres entretiens, l'auteur démolit allègrement toutes nos certitudes et toutes nos illusions et propose au sage un refuge dans une « vie couverte et particulière », faite de tranquillité et d'indépendance. L'année suivante, cinq nouveaux Dialogues précisent cette profession de foi sceptique, et surtout l'étendent à des domaines qui jusque-là avaient été prudemment laissés de côté : la métaphysique et la théologie. Mais les précautions et les ambiguïtés sont à la mesure des audaces, et La Mothe Le Vayer prétend élaborer une « sceptique chrétienne » en faisant du scepticisme « une parfaite introduction au christianisme », ce christianisme auquel il a retiré l'appui de la raison.

Et voici que l'écrivain indépendant, le penseur libertin se prête à des compromissions de plus en plus graves : il met sa plume au service de Richelieu et rédige plusieurs opuscules où il soutient la politique étrangère du cardinal, il compose un Petit Discours chrestien de l'immortalité de l'âme (1637) où il prend le contre-pied de plusieurs des idées essentielles exposées dans les Dialogues, il est admis à l'Académie française en dépit de ses Considérations sur l'éloquence française de ce temps (1637), où il s'inquiétait des excès du purisme et prenait à partie Vaugelas ; il pose sa candidature au poste de précepteur du dauphin en dédiant à Richelieu un traité De l'instruction de Mgr le Dauphin (1640), il rédige sur la demande du ministre un livre sur la Vertu des payens (1641) contre le jansénisme. L'orthodoxie derrière laquelle il tentait de préserver une partie de sa pensée véritable cède à nouveau la place, à la mort du cardinal, au scepticisme des Petits Traitez en forme de lettres (1648-1660) qui, sous la prudence de rigueur, dissimulent une vigoureuse critique rationaliste. Mais il a été investi d'importantes fonctions officielles : nommé précepteur du duc d'Anjou avant de devenir historiographe du roi, il rédige de nombreux traités pédagogiques « ad usum Delphini », mais aussi des « parallèles historiques » qui révèlent une habile méthode comparative. Il revient enfin aux gaillardises de sa jeunesse dans son Hexaméron rustique et, plus que jamais, au pyrrhonisme, dans ses Soliloques sceptiques (1670).

La Mothe Le Vayer, ou « les variations d'un sceptique », les détours, les ruses et finalement la défaite d'un libertin, conclut l'historien[...]

    La suite de cet article est accessible aux abonnés

    • Des contenus variés, complets et fiables
    • Accessible sur tous les écrans
    • Pas de publicité

    Découvrez nos offres

    Déjà abonné ? Se connecter

    Écrit par

    • Bernard CROQUETTE : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

    Classification

    Pour citer cet article

    Bernard CROQUETTE, « LA MOTHE LE VAYER FRANÇOIS DE (1588-1672) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

    Autres références

    • LIBERTINAGE

      • Écrit par Michel DELON
      • 2 875 mots
      ...la superstition et l'influence du milieu dans les croyances de tous les hommes, il condamne donc toute forme d'intolérance et de fanatisme. La Mothe Le Vayer (1588-1672) a été précepteur du duc d'Anjou et a composé des Dialogues faits à l'imitation des anciens (1630-1631), parmi...
    • LIBERTINS

      • Écrit par Robert ABIRACHED, Antoine ADAM
      • 5 029 mots
      ...adhésion à une philosophie soit matérialiste, soit rationaliste. C'est à ruiner les arguments du christianisme que s'appliquent les libertins. Deux hommes, François de La Mothe Le Vayer (1588-1672) et Gabriel Naudé, jouèrent dans ce domaine un rôle essentiel, et ils le jouèrent de bonne heure, le premier...
    • LITTÉRATURE D'ÉRUDITION (XVIIe s.)

      • Écrit par Marie-Madeleine FRAGONARD
      • 1 087 mots

      Vers le milieu du xvii e siècle une dissociation s'opère au sein des savoirs entre les sciences et les lettres, et au sein des lettres entre les savants et « ceux qui écrivent bien en français », entre ce que nous appelons érudition et ce que nous appelons littérature. Ce clivage,...

    • NAUDÉ GABRIEL (1600-1653)

      • Écrit par Bernard CROQUETTE
      • 649 mots

      Érudit, bibliographe et historien français. Il fait de solides études littéraires et philosophiques accompagnées d'immenses lectures, avant d'entreprendre des études de médecine qu'il terminera en 1628. Il devient en 1622 bibliothécaire du président de Mesmes. Toute sa vie, il recherchera...