LIṄGA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'hindouisme, le signe quasi exclusif du dieu Shiva : le membre viril symbolisé par une pierre dressée. Le linga (liṅga, mot sanskrit qui veut dire : « signe », « symbole distinctif ») est l'objet principal du culte dans les temples shivaïtes, dans les sanctuaires et au foyer familial, les représentations anthropomorphes de Shiva étant plus rares. La yoni, qui est le symbole de l'organe sexuel femelle (donc de la shakti, ou parèdre de Shiva), forme souvent la base du linga en érection : l'association des deux symboles rappelle au dévot que les principes mâle et femelle sont à jamais inséparables et qu'ils représentent ensemble la totalité de toute existence.

Des spécialistes pensent que le culte du linga existait dès l'Antiquité chez certains peuples non aryens de l'Inde, et de courts piliers cylindriques au sommet arrondi ont été découverts dans les ruines d'Harappa. Il semble que les Aryens védiques aient désapprouvé le culte du linga, mais des documents littéraires et artistiques prouvent qu'il était solidement implanté aux environs des ier et iie siècles. À partir de la période gupta, ses représentations commencent à adopter des formes conventionnelles : ce processus se traduisit par une forte dégradation du réalisme phallique originel. Dans le culte du linga, les fidèles apportent des fleurs fraîches, de l'eau pure, de jeunes pousses d'herbe, des fruits, de la verdure et du riz séché au soleil. Ils accordent une importance particulière à la pureté des objets du culte et à la propreté corporelle de l'adorateur. Supérieurs à tous les lingas sont les svâyambhuva liṅga (« auto-existants ») : la croyance veut qu'ils se soient créés d'eux-mêmes à l'aube des temps ; il y en a soixante-huit qui font aujourd'hui l'objet d'un culte dans les diverses régions de l'Inde. Certains sont de simples lingas faits en pâte de santal ou en argile fluviatile et sont détruits après avoir servi dans le rituel auquel ils étaient destinés ; d'autres, plus travaillés, sont en bois, en pierre précieuse, en métal ou en pierre. Les canons de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  LINGA  » est également traité dans :

ANGKOR

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS, 
  • Claude JACQUES, 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 4 576 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le culte du Protecteur du royaume »  : […] C'est pour ce culte théocratique que furent édifiés les temples-montagnes, faits à la ressemblance de la montagne cosmique (le mont Meru), qui est tout ensemble le pivot du monde et le séjour des dieux et de leur roi, Indra ou Mahendra (ce dernier étant aussi un des noms de Śiva). En particulier un culte, ou un rituel, que l'on connaît par un témoignage épigraphique de deux siècles plus tardif, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angkor/#i_334

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le liṅga »  : […] Si, dans les temples vishnouites, l'image centrale, celle du sanctuaire principal, représente souvent Viṣṇu- Nārāyaṇa endormi sur son serpent, la forme schématique du liṅga est celle qui rend le mieux compte de l'atmosphère śivaïte. Sur les reliefs ou les statues de bronze, on voit fréquemment le dieu dansant le taṇḍava , ou assis, en compagnie de son é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hindouisme/#i_334

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Shivaïsme »  : […] Śiva a pour caractéristiques une tête de mort et un croissant lunaire dans sa chevelure, qui est soit tressée en forme de haute tiare (aspects sereins), soit éparse et hérissée (aspects farouches). Ses attributs sont : une hachette, une antilope (ancien « démon » subjugué par lui), un cordon de grains ou rosaire, une torche ou un pot à feu, un tambourin en forme de sablier, un serpent. Ses formes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_334

PHALLUS

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Maurice OLENDER, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 5 741 mots

Dans le chapitre « La splendeur du solitaire »  : […] Il existe des membres du corps et des organes qui, isolés, peuvent incarner une puissance personnifiée. Parmi eux, la tête, le regard et le sexe. Là où Dionysos peut se résumer à une tête, et le regard du masque de la Gorgone figurer l'effroi, le phallus a pu s'incorporer dans un Priape obscène. Entre l'agressivité que peut évoquer sa puissance virile et la dérision que figure sa fragilité avouée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phallus/#i_334

ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 174 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les vīraśaiva ou liṅgāyat »  : […] Le nord du Karnāṭaka, dans le sud de l'Inde, a été, lui aussi, le théâtre d'une réforme importante du shivaïsme au xii e siècle. Il s'agit, au départ, d'une réaction rigoriste et morale contre un excès de ritualisme et, peut-être, la richesse, l'influence politique et l'élitisme de religieux pāśupata. L'initiateur de la réforme fut Basava (v. 11 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siva-shiva-et-shivaisme/#i_334

TANTRISME

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 9 466 mots

Dans le chapitre « Rites et pratiques ; la « kuṇḍalinī » »  : […] Le tantrisme hindou ou bouddhique a ajouté à ces deux religions une dimension supplémentaire par l'extrême développement d'un rituel lié à des pratiques corporelles, mentales et de yoga particulières. La pratique tantrique « opérante et efficace » ( sādhana , de la racine sanskrite sādh , accomplir, effectuer) implique l'homme entier, corps et esprit, da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tantrisme/#i_334

Pour citer l’article

« LIṄGA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/linga/