LHASA ou LHASSA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Palais-montagne du Potala à Lhasa, Tibet

Palais-montagne du Potala à Lhasa, Tibet
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Treizième dalaï-lama

Treizième dalaï-lama
Crédits : Hulton Getty

photographie


Capitale de la région autonome du Tibet (Xizang), intégrée à la république populaire de Chine, Lhasa est située à 3 630 m d'altitude sur une petite plaine alluviale construite par la rivière Kyichu, affluent du Brahmapoutre supérieur (ou Zangbo). Cette vallée s'inscrit dans la gigantesque cicatrice tectonique ouverte entre la chaîne de l'Himalaya et le Transhimalaya, dans une remarquable position d'abri climatique, ce qui vaut à Lhasa, malgré l'altitude élevée, des hivers moins rigoureux qu'à Pékin. Selon la tradition, c'est au viie siècle qu'aurait été fondée la ville, à l'époque du roi Songsten Gampo (Srong-btsan-sgam-po). De forme grossièrement circulaire — 1,5 km de diamètre environ — la ville fut entourée à la fin du xviie siècle de murailles qu'abattront les Chinois lors de leur intervention en 1720. L'habitat traditionnel est constitué de maisons (en argile pour les pauvres, en maçonnerie pour les plus riches) à deux ou trois étages, dont le rez-de-chaussée aveugle est surmonté de larges balcons de bois. Le centre de la ville est occupé par une vaste place qui accueille le principal marché à proximité du grand temple Jo, ou Jo-khang, le plus ancien monument de Lhasa, qui fut considéré comme le centre de tout le Tibet ; haut de trois étages, son architecture est très remarquable par le mélange d'éléments tibétains, chinois, népalais et indiens.

Chine : carte administrative

Chine : carte administrative

Carte

Carte administrative de la Chine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville est dominée par le palais-montagne du Potala, universellement connu ; juché sur une colline de 200 mètres, le Potala mesure 178 mètres de hauteur et 400 mètres de largeur ; il comprend treize étages, dont quatre à l'intérieur du rocher. Construit au viie siècle par le fondateur de Lhasa, il a été restauré et agrandi au xviie siècle. On y distingue deux séries d'édifices : d'une part, les résidences des dalai-lamas et tous les bâtiments réservés au service ; d'autre part, les salles des pagodes funéraires et les salles des sūtra ; au-dessous du palais [...]

Palais-montagne du Potala à Lhasa, Tibet

Palais-montagne du Potala à Lhasa, Tibet

Photographie

Le palais-montagne du Potala, ancien lieu de résidence des dalaï-lamas. Cet édifice unique et monumental domine la ville de Lhasa, la capitale de la région autonome du Tibet. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  LHASA ou LHASSA  » est également traité dans :

DALAÏ-LAMA TENZIN GYATSO (1935- )

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CARRIERE
  •  • 1 978 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] En 1939, à l'âge de quatre ans, il partit pour Lhassa, la capitale – non sans qu'une rançon ne fût payée à l'avide Ma Bufeng. Après trois mois de voyage dans un palanquin porté par des mules, il fut accueilli en grande cérémonie par une foule immense et passa avec succès, devant deux très vieux moines, une sorte d'examen de confirmation. On l'installa d'abord au palais d'Été, puis, l'année suivant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dalai-lama-tenzin-gyatso/#i_80008

DAVID-NEEL ALEXANDRA (1868-1969)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 199 mots

Dans le chapitre « La route vers Lhassa »  : […] Son parcours a toujours été hors du commun : à dix-huit ans, elle découvre l'anarchie auprès d'Élisée Reclus et écrit sa première « confession intellectuelle », Pour la vie (1898). Elle est accueillie en Grande-Bretagne par la Société théosophique dont l'enseignement s'inspire largement du bouddhisme. À Paris, elle apprend le sanskrit et le chinois, découvre le musée Guimet. Le bouddhisme répond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandra-david-neel/#i_80008

NGAWANG LOBSANG GYATSO, Ve dalaï-lama

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 351 mots

Celui qui allait réaliser l'unité du Tibet et imposer durablement la prédominance de son école, dite des « vertueux » (dGe-lugs-pa), naquit en 1617, au moment où les princes des deux provinces centrales, dBus et gTsang, se combattaient pour imposer leur pouvoir et la suprématie de l'école bouddhique que chacun patronnait : respectivement les dGe-lugs-pa et les Karma-pa. Reconnu à l'âge de six ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ngawang-lobsang-gyatso-ve/#i_80008

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 824 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Au sein de ce monde culturel et religieux de monastères et de sectes qui s'entredéchirent surgit soudain le grand maître Tsong-kha-pa (1357-1419). Il vint au Tibet central du Kukunor en Extrême-Orient et commença par étudier sous les maîtres les plus illustres du temps, appartenant à toutes les variétés d'ordres religieux. Il fut impressionné surtout par le couvent bKa-'gdams-pa de Re-ting, où il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibet-xiziang/#i_80008

Pour citer l’article

Pierre TROLLIET, « LHASA ou LHASSA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lhasa-lhassa/