DALAÏ-LAMA TENZIN GYATSO (1935- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quatorzième dalaï-lama, Tenzin Gyatso naquit le 6 juillet 1935 dans le village de Takster. Situé dans une région peu fertile de la province d'Amdo, dans l'extrême nord-est du Tibet, ce village ne nourrissait guère plus d'une vingtaine de familles. En 1935, cette province se trouvait sous la domination récente d'un chef musulman, Ma Bufeng, dont le gouvernement suivait les directives de la République chinoise, toute proche.

Fils de petits paysans, qui disposaient d'une centaine de têtes de bétail et vivaient principalement du troc, il passa sa petite enfance dans une maison faite de pierre et de boue, avec un toit plat, sans siège ni lit. Sa mère eut seize enfants, dont sept seulement survécurent.

Il n'avait pas tout à fait trois ans quand les émissaires qui recherchaient patiemment, s'appuyant sur divers signes, la réincarnation du treizième dalaï-lama, Thupten Gyatso (décédé en 1933), l'identifièrent en la personne du petit garçon de Takster. Lorsque cette reconnaissance fut confirmée, il fut emmené au monastère de Kumbum et séparé pendant quelque temps de sa famille, à l'exception d'un de ses frères. Tout le destinait à être le quatorzième dalaï-lama, et il devait à ce titre recevoir une éducation particulière.

Quatorzième dalaï-lama

Photographie : Quatorzième dalaï-lama

Tenzin Gyatso n'a que deux ans, en 1937, quand il est reconnu comme la quatorzième réincarnation du fondateur de l'ordre des dGe-lugs-pa (Bonnets jaunes). 

Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les années de formation

En 1939, à l'âge de quatre ans, il partit pour Lhassa, la capitale – non sans qu'une rançon ne fût payée à l'avide Ma Bufeng. Après trois mois de voyage dans un palanquin porté par des mules, il fut accueilli en grande cérémonie par une foule immense et passa avec succès, devant deux très vieux moines, une sorte d'examen de confirmation. On l'installa d'abord au palais d'Été, puis, l'année suivante, au fameux palais du Potala, qui domine Lhassa. Il y occupa l'appartement du cinquième dalaï-lama, dont la mémoire est toujours vénérée. Une mission allemande, qui opérait alors au Tibet, nous a transmis la première image cinématographique du nouveau dalaï-lama : un plan fixe, en couleurs, où on le distingue à peine.

Au cours de l'hiver de 1940, à l'âge de cinq ans et demi, il fut officiellement proclamé chef spirituel des Tibétains et prit place sur le « trône du lion ». Tandis que le pouvoir politique était exercé par un régent, le jeune garçon, mis entre les mains de plusieurs précepteurs, suivait une formation rigoureuse, interrompue par de rares visites de sa mère. Il s'adonnait aux dix branches de l'enseignement traditionnel, apprenait à psalmodier les textes bouddhiques classiques et à pratiquer l'art très animé de la dialectique. Doué d'une excellente mémoire et d'un esprit vif, il apprenait vite. Cela lui laissait un peu de temps pour s'amuser avec un train électrique, un télescope et même un appareil de projection de cinéma. On voyait se développer en lui un goût pour la mécanique et l'horlogerie, qui lui vint en particulier d'un Meccano, jouet offert par un diplomate britannique.

Aujourd'hui, ces années de formation lui semblent routinières, à l'écart du monde. C'est à peine si le Tibet sentait les contrecoups de la Seconde Guerre mondiale. Tout y restait médiéval. On n'y connaissait que de très rares automobiles, trois d'entre elles importées par le précédent dalaï-lama. Comme elles étaient hors d'usage faute d'entretien, le jeune Tenzin Gyatso décida de les remettre lui-même en état et y parvint, avec l'aide d'un chauffeur.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Quatorzième dalaï-lama

Quatorzième dalaï-lama
Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

1945 à 1962. La décolonisation

1945 à 1962. La décolonisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, auteur-scénariste

Classification

Autres références

«  DALAÏ-LAMA TENZIN GYATSO (1935- )  » est également traité dans :

INVASION DU TIBET PAR LA CHINE

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 259 mots
  •  • 1 média

Le 7 octobre 1950, un an après la proclamation de la République populaire de Chine, Mao Zedong ordonne l'invasion militaire du Tibet, considéré par le nouveau régime comme une province chinoise dont l'indépendance n'est qu'une fiction créée par les Occidentaux. Le 23 mai 1951, un traité sino-tibétain intègre officiellement le Tibet à la Chine communiste, mais prévoit le respect de la religion boud […] Lire la suite

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 829 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'ouverture de la Chine et la question du Tibet »  : […] L'ouverture de la Chine, à la fin des années 1970, et sa nouvelle orientation politique et économique conduisent les « nouvelles » autorités de ce pays à reconsidérer l'état du Tibet, où les effets de la révolution culturelle ont été particulièrement désastreux. Ainsi, au printemps de 1980, le Comité central du Parti communiste chinois publie-t-il un ensemble de directives pour la mise en œuvre d' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude CARRIERE, « DALAÏ-LAMA TENZIN GYATSO (1935- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dalai-lama-tenzin-gyatso/