VERTS LES, France

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Organisation

Les écologistes, en démontrant le soutien dont ils bénéficient dans la population, espéraient imposer aux partis un infléchissement de l'orientation productiviste de leurs programmes. La participation régulière aux élections a marqué le passage du mouvement social au mouvement politique et imposé un mode d'organisation plus conventionnel. Le choix de la stratégie électorale a permis de faire connaître l'écologie à un vaste public même si les contraintes institutionnelles et médiatiques ont partiellement conduit les écologistes à renoncer à l'idéal d'une politique conduite par des amateurs temporairement investis dans les institutions. Par ailleurs, la pratique de la démocratie directe et participative s'est révélée extrêmement difficile dès lors que la durabilité et la popularité de l'écologie ont eu fait d'elle un partenaire électoral potentiel.

Il a fallu près de dix ans pour que les militants écologistes acceptent l'idée d'une formation durable et presque autant pour qu'ils admettent être un parti politique. Jusqu'en 1992, les statuts s'inscrivaient dans le cadre de la loi de 1901 sur les associations, les Verts préférant marquer ainsi leur proximité revendiquée avec la société civile. En effet, dès la création du parti en 1984, les premiers statuts constituaient une sorte de compromis malaisé entre différents courants idéologiques qui conçurent des mécanismes de blocage organisationnel afin de limiter l'influence de « l'autre bord ». Vingt ans plus tard, les statuts ont conservé un caractère hybride, combinant souci d'efficacité et exigence d'autonomie, refus des hiérarchies et institutionnalisation progressive, rejet de la personnalisation du pouvoir et dépendance à l'égard de quelques personnalités clés. Ces tensions expliquent les pesanteurs du fonctionnement interne et des incohérences occasionnelles qui compliquent tout effort pour s'engager dans des négociations et des partenariats durables. Elles expliquent également l'auto-imposition de règles strictes de non-cumul des mandats et des positions qui ont freiné l'émergence d'une élite politique et administrative écologiste.

Les structures des Verts demeurent originales. L'assemblée générale fédérale à deux niveaux (régional puis fédéral), réunie tous les deux ans depuis 1997, demeure souveraine. Elle discute les propositions politiques mais surtout adopte une motion d'orientation qui encadre et définit l'action et la stratégie du parti. Le parlement interne (Conseil national inter-régional ou C.N.I.R.) est composé de représentants des régions et d'élus de l'assemblée générale fédérale. Cet organe délibératif est le lieu d'affrontements parfois féroces entre courants qui contribuent à donner du parti une image de divisions et d'indécision. Le collège exécutif compte une quinzaine de membres, élus par scrutin de liste à l'issue de négociations internes entre courants. Au niveau pratique et quotidien, la coordination interne est assurée par un secrétaire national aux fonctions administratives et politiques, tandis que la communication externe est animée par quatre porte-parole nationaux. Cette division du travail garantit au parti une image plurielle qui reflète la diversité des adhérents mais n'est pas toujours très lisible pour les électeurs voire pour les médias. Le même souci de pluralisme en interne explique le choix de la représentation proportionnelle de liste. Ce mode de scrutin tend à favoriser la constitution de « sensibilités » coalisées autour de personnes ou d'idées. Bien que ces sensibilités soient supposées faciliter et structurer le débat démocratique interne, elles contribuent souvent à rigidifier des positions idéologiques. En outre, leur poids dans la sélection des dirigeants et des représentants est tel qu'il limite sérieusement les chances des non-alignés. Pour peser sur la vie interne du parti, il faut s'inscrire dans une tendance. Les membres les plus militants tendent à jouer le jeu stratégique des sensibilités même si la plupart des adhérents de la base ne s'identifient pas du tout ou très peu à elles et considèrent qu'elles rendent impossible un réel débat.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : docteur en science politique, chercheuse au Cevipof (Centre d'études politiques de Sciences Po)

Classification

Autres références

«  VERTS LES, France  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2007 »  : […] À l'automne de 2006, au moment où s'intensifie la pré-campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy apparaît comme la seule personnalité de droite pouvant faire gagner son camp et Ségolène Royal comme la seule pouvant à gauche le concurrencer. Après une campagne interne très active et médiatisée, elle est choisie comme candidate en novembre par 60,6 p. 100 des adhérents, Dominique Strauss-Kahn devant […] Lire la suite

DUFLOT CÉCILE (1975- )

  • Écrit par 
  • Blaise MAGNIN
  • , Universalis
  •  • 1 342 mots

Femme politique française, secrétaire nationale du parti écologiste Les Verts de 2006 à 2012 ( devenu Europe Écologie-Les Verts en 2010), puis ministre de l'Égalité des territoires et du Logement de mai 2012 à mars 2014. L’ascension politique de Cécile Duflot est atypique. Alors que la plupart des dirigeants politiques français ont fourbi leurs armes dans les écoles du pouvoir et les cabinets min […] Lire la suite

ÉCOLOGISTE MOUVEMENT

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION, 
  • Bruno VILLALBA
  •  • 10 798 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'unification (1981-1986) »  : […] Lalonde obtient 3,90 p. 100 des voix et ne donne pas de consigne pour le second tour. Le Parti socialiste et son allié communiste gagnent l'élection et François Mitterrand devient président de la République. Ce dernier met fin aux projets controversés de Plogoff et du Larzac, ce qui contribue à désamorcer les mobilisations écologistes. Il bénéficie en outre des intenses querelles internes aux dif […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2012

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La gauche à l'épreuve de sa pluralité »  : […] Les dissensions à gauche, moins brutales qu'à droite, perturbent cependant l'action gouvernementale. Si, à l'Assemblée, le parti du président dispose de la majorité absolue, au Sénat, les voix communistes conduisent au rejet, entre autres, du projet de loi de financement de la Sécurité sociale – avec des conséquences limitées. Au-delà des critiques virulentes de Jean-Luc Mélenchon dont la formatio […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2010

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 575 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les nouveaux troubles de la gauche »  : […] Alors que la fin de l'année 2009 et le début de 2010 avaient pu sembler traduire une certaine accalmie dans les relations internes du Parti socialiste (P.S.) et un leadership accru de la première secrétaire Martine Aubry, deux types de conflit ont réapparu au milieu de l'année. Le premier est celui, traditionnel, des querelles de personnes, avivé par l'approche de la présidentielle. Alors que Fr […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2007

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 991 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une gauche désorientée »  : […] La gauche et notamment le Parti socialiste peinent à surmonter la défaite du 6 mai 2007, et si les résultats des élections législatives sont pour elle moins désastreux qu'elle ne l'avait redouté, rien ne paraît fait pour dénouer la crise. D'abord, le Parti socialiste ne dispose pas d'un dirigeant incontesté, capable de porter au gouvernement une contradiction crédible. Le premier secrétaire, Fran […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2006

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 947 mots

Dans le chapitre « La victoire de Ségolène Royal au péril des divisions »  : […] La désignation par les militants du Parti socialiste de Ségolène Royal comme candidate à la présidentielle, dès le premier tour de scrutin interne, le 16 novembre, et avec 60,70 p. 100 des voix (contre 20,57 p. 100 à Dominique Strauss-Kahn et 18,73 p. 100 à Laurent Fabius), a renforcé l'image du P.S., mais n'a pas pour autant dissipé les incertitudes. D'un côté, en effet, la procédure transparen […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2003

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 520 mots

Dans le chapitre « Une gauche divisée »  : […] L'affaiblissement et la division n'épargnent pas la gauche. La gauche plurielle semble alors définitivement morte – malgré un accord électoral entre le Parti socialiste et les Verts pour les régionales en Île-de-France – et chaque force joue d'autant plus une stratégie propre qu'elle est peu assurée de son message et se trouve elle-même divisée. Tandis que le leadership de Gilles Lemaire est cont […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2001

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 458 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'objectif de l'élection présidentielle de 2002 »  : […] À la fin de 2001, alors que les deux têtes de l'exécutif n'avaient pas encore officiellement annoncé leur candidature – le Premier ministre se déclarant seulement « candidat probable » –, les prétendants se sont multipliés. Ainsi, devaient alors être candidats (sauf renoncement ultérieur ou impossibilité de réunir les cinq cents signatures d'élus nécessaires), François Bayrou (U.D.F.), Olivier Bes […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1999

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 3 065 mots

Dans le chapitre « Tempêtes sur la majorité plurielle »  : […] Ce sont les Verts qui font l'actualité à la fin de l'été de 1999. Ils réclament avec force un moratoire sur la construction de centrales nucléaires et l'introduction de la proportionnelle aux élections législatives. Souvent embarrassée par les déclarations de ses amis, et notamment par celles de Daniel Cohn-Bendit, qu'elle voit sans plaisir revenir en France, Dominique Voynet menace même de démis […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

24-27 novembre 2021 France. Mise en cause de Nicolas Hulot pour des faits de violences sexuelles.

Le 27, l’eurodéputé Mounir Satouri, directeur de campagne de Yannick Jadot, candidat d’Europe Écologie-Les Verts (EE-LV) à l’élection présidentielle de 2022, annonce la « mise en retrait » du député Matthieu Orphelin, porte-parole de la campagne, en raison de ses relations personnelles avec Nicolas Hulot qui pourraient l’amener à être interrogé dans le cadre de l’enquête. […] Lire la suite

19-28 septembre 2021 France. Désignation de Yannick Jadot comme candidat d'EE-LV à l'élection présidentielle.

Le 19 se déroule le premier tour de la primaire destinée à désigner le candidat d’Europe Écologie-Les Verts (EE-LV) à l’élection présidentielle d’avril 2022. L’eurodéputé Yannick Jadot arrive en tête avec 27,7 % des suffrages, devant l’économiste Sandrine Rousseau qui recueille 25,14 % des voix. La députée et ancienne ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie Delphine Batho obtient 22,32 % des suffrages, le maire de Grenoble Éric Piolle 22,29 % et le conseiller municipal de Nice Jean-Marc Governatori 2,35 %. […] Lire la suite

20-27 juin 2021 France. Élections régionales et départementales.

Europe Écologie-Les Verts (EE-LV) ne parvient pas à transformer au niveau régional ses succès aux élections européennes de 2019 et municipales de 2020, et reste derrière le PS au niveau national. La République en marche (LRM) ne se qualifie que dans huit régions sur treize, sans possibilité de peser sur l’issue du second tour. La France insoumise (LFI) ne peut se maintenir au second tour qu’en Île-de-France. […] Lire la suite

15-21 décembre 2020 France. Démission de la maire de Marseille Michèle Rubirola.

Le 15, la maire de Marseille Michèle Rubirola (Europe Écologie-Les Verts) annonce qu’elle quitte ses fonctions et souhaite échanger sa place avec celle de son premier adjoint Benoît Payan (Parti socialiste). Elle invoque sa santé qui ne lui permet pas de faire face à la crise liée à la Covid-19 et à la « situation financière calamiteuse » de la ville. […] Lire la suite

28 juin 2020 France. Second tour des élections municipales.

Le second tour des élections municipales, retardé en raison de la pandémie de Covid-19, se tient dans quelque quatre mille six cents communes. Il est marqué par une percée des écologistes et par un taux d’abstention élevé. Ce dernier atteint 59 p. 100, soit quatre points de plus qu’au premier tour, en mars, et vingt points de plus qu’au second tour en 2014. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Florence FAUCHER-KING, « VERTS LES, France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-verts-france/