SFORZA LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Muzio Attendolo (1369-1424), fils d'un paysan de Romagne, devenu condottiere, reçoit le surnom de Sforza en raison de sa force et doit à la gloire des armes la fortune de sa famille. Son fils François (1401-1466), lui aussi valeureux condottiere, soutenu par les Médicis, est nommé grand connétable du royaume de Naples. Il épouse une fille de Philippe-Marie Visconti, fait disparaître la république ambrosienne qui l'avait appelé à son service contre Venise et devient duc de Milan en 1450. Il réorganise l'administration du duché et il est le principal artisan de la paix de Lodi (1454) qui consacre l'équilibre des différentes puissances italiennes. À sa mort, en 1466, Galéas-Marie (1444-1467), prince violent et jouisseur, dirige le duché mais est victime d'un complot. Bona de Savoie assure la régence jusqu'en 1479, lorsque Ludovic le More s'empare du pouvoir au nom de Jean Galéas (1469-1494). En 1498, Milan est occupée par les armées du roi de France, Louis XII ; Ludovic s'y rétablit en 1500, mais il est fait prisonnier des Français. En 1512, les Suisses restaurent la dynastie des Sforza au profit de Maximilien (1490-1530) qui s'efface en 1515 devant François Ier. Les armées impériales redonnent Milan en 1521 à François II Sforza (1492-1535) qui, pour avoir tenté de secouer le joug de Charles Quint, perd le duché en 1525, le retrouve en 1529, sous la protection de l'empereur. Il meurt sans héritier, et la noblesse milanaise offre alors le duché à Charles Quint.

Des branches collatérales des Sforza se maintiennent à Pesaro jusqu'en 1512, à Santa Fiora jusqu'au xixe siècle, à Borgonovo jusqu'en 1679 et à Caravaggio jusqu'en 1697.

—  Michel BALARD

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  SFORZA LES  » est également traité dans :

BORGIA LUCRÈCE (1480-1519)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 486 mots

Aristocrate italienne née le 18 avril 1480 à Rome, morte le 24 juin 1519 à Ferrare. Lucrèce Borgia est la fille du cardinal espagnol Rodrigo Borgia et de Vannozza Catanei et la sœur de César Borgia. En 1491, elle est fiancée successivement à deux aristocrates espagnols. Cependant, c'est Giovanni Sforza, seigneur de Pesaro, qu'elle épouse en 1493 pour satisfaire les visées stratégiques de son pèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucrece-borgia/#i_13048

FILARÈTE (1400 env.-env. 1469)

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 1 212 mots
  •  • 2 médias

« Qu'il te plaise d'accepter cet ouvrage, composé par ton architecte Antonio Averlino, florentin, qui sculpta les portes de bronze de Saint-Pierre-de-Rome et les décora des faits mémorables de la vie de saint Pierre et saint Paul, et de celle d'Eugène IV, sous le pontificat duquel elles furent exécutées. Et dans ta glorieuse ville de Milan, je construisis la célèbre auberge des pauvres du Christ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/filarete/#i_13048

LUDOVIC SFORZA, dit LE MORE (1451-1508)

  • Écrit par 
  • Michel BALARD
  •  • 336 mots
  •  • 1 média

Fils cadet de François Sforza, Ludovic le More (le surnom lui vient moins de son teint basané que de sa prudence que symbolisait chez les Anciens la mûre, en grec to moron ) profite de la régence de Bonne de Savoie, après l'assassinat du duc Galéas-Marie (1476), pour s'emparer des rênes du pouvoir au nom de son neveu Jean-Galéas. Patient, calculateur, cruel et rusé, protégeant les artistes et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludovic-sforza/#i_13048

MILAN

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Petros PETSIMERIS
  •  • 4 503 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Naissance et développement d'un État (fin du XIIIe-début du XVIe s.) »  : […] Le changement institutionnel n'est pas aussi radical. Le podestat, les anciens offices de la Commune subsistent, mais soumis au seigneur de Milan qui, s'appuyant sur l'alliance guelfe, sur les éléments populaires et sur les membres de sa famille nommés podestats dans d'autres villes lombardes, étend sur celles-ci la domination milanaise. Les nobles exilés aident l'archevêque Ottone Visconti à ren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milan/#i_13048

Pour citer l’article

Michel BALARD, « SFORZA LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-sforza/