LES PEINTURES DÉCORATIVES DE PIERRE PUVIS DE CHAVANNES(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

1854-1855 Puvis réalise, pour la salle à manger de la maison de son frère au Brouchy, en Saône-et-Loire, quatre peintures à contenu religieux pour illustrer le thème des Quatre saisons, complété par une grande composition centrale, Le Retour de l'Enfant prodigue. C'est son premier essai de peinture décorative, mettant en place deux aspects qui guideront ensuite son travail, le parti-pris monumental et la couleur claire. Pour des édifices privés, cet ensemble sera suivi de la décoration du vestibule de l'hôtel Vignon, à Passy (1866, musée de Tourcoing) et Doux Pays (vers 1882, musée Bonnat, Bayonne) pour l'hôtel Bonnat.

1861-1882 « Cycle d'Amiens » comprenant Bellum et Concordia, où Puvis développe ce qui sera l'esprit et le style de ses grandes décorations murales : des sujets souvent traditionnels, mais envisagés sous un angle général et traités sur un mode apparemment simple (des figures humaines dans un paysage), un langage évident (les symboles, réduits au maximum, sont rejetés dans les bordures décoratives, les figures principales explicitant le thème plus par leurs attitudes et leur disposition que par les attributs traditionnels trop compliqués et d'ailleurs souvent absents), une composition résolument monumentale, à la manière d'une fresque ou d'une tapisserie ancienne, qui privilégie les figures en à-plats placées dans un décor de paysage intemporel.

1867 L'État commande à Puvis de Chavannes, sur le modèle d'Amiens, des peintures murales pour le nouveau musée bâti à Marseille, le Palais Longchamp : Massilia, Colonie grecque et Marseille, Porte de l'Orient, toutes deux présentées au Salon de 1869, où elles sont assez mal accueillies.

1870 Commande de deux panneaux muraux pour l'hôtel de ville de Poitiers. Puvis choisit, pour la première fois, des sujets historiques précis, L'An 732, Charles Martel secourant la chrétienté par sa victoire sur les Sarrasins près de Poitiers (1874) et Retirée au couvent de Sainte-Croix, Radegonde donne asile aux poètes et protège les lettres contre [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « LES PEINTURES DÉCORATIVES DE PIERRE PUVIS DE CHAVANNES - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-peintures-decoratives-de-pierre-puvis-de-chavannes-reperes-chronologiques/