FRÉNÉTIQUES LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle souvent frénétiques de nombreux écrivains français, vers 1830, que regroupe à proprement parler une tendance plutôt qu'une école. Cette tendance se ressent de l'influence du roman noir anglais de la fin du xviiie siècle qui, traduit et imité à des milliers d'exemplaires, obtint un succès triomphant. Il s'agit principalement des romans d'Ann Radcliffe (L'Italien, Les Mystères d'Udolphe) et de Lewis (Le Moine), qui introduisent dans la littérature, en les vulgarisant, les thèmes du surnaturel, du démoniaque (pactes avec le Diable), des forces mauvaises déchaînées (crimes, sang, folie) et de l'innocence persécutée. Il subit aussi l'influence exemplaire de la personnalité et de la pensée de Byron : narcissisme et attirance vers le mal.

Cette veine du frénétisme, entretenue avec style dans le fantastique de Nodier, trouve son plein épanouissement dans l'œuvre de toute une génération d'écrivains mineurs, satellites de Victor Hugo et des « grands » du romantisme, que la critique désigne du nom de « petits romantiques ». Les plus caractéristiques, dont les œuvres se situent à peu près entre 1830 et 1835, furent Pétrus Borel (Rhapsodies, Champavert), Philotée O'Neddy (Feu et flamme), Xavier Forneret (L'Homme noir), Charles Lassailly (Les Roueries de Trialph, notre contemporain avant son suicide), le Gérard de Nerval et le Théophile Gautier des Contes du bousingot. Hyper-romantiques, les frénétiques vécurent leurs sentiments avec plus d'intensité que tous les autres. Plus absolu aussi fut leur désir de singularité, leur volonté de se retrancher d'une société qui de son côté les rejetait : dandysme en haillons aussi arrogant que celui des « fashionables » des boulevards. Ils vivent leur misère, tant matérielle que morale, comme un tribut payé à la gloire, une ascèse, un salut... Le tribut est lo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FRÉNÉTIQUES LES  » est également traité dans :

BOREL PIERRE-JOSEPH D'HAUTERIVE dit PÉTRUS (1809-1859)

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 1 015 mots

Chef de file de ceux que l'on désigne communément du nom de « petits romantiques français », boudé par le succès de son vivant, Pétrus Borel s'impose aujourd'hui comme l'un des écrivains les plus originaux du romantisme. Il est le douzième des quatorze enfants d'une famille d'émigrés pauvres, réfugiée en Suisse après que le père eut combattu à Lyon, dans les rangs royalistes, les armées de la Conv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/borel-pierre-joseph-d-hauterive-dit-petrus/#i_42034

CÉNACLES ROMANTIQUES

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 2 433 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Petit Cénacle »  : […] Petite communauté romantique dont l'existence se situe entre les années 1829 et 1833 et qui se composait d'étudiants en beaux-arts, épris de littérature nouvelle ; le « Petit Cénacle » rend hommage, par son nom, au Cénacle de Victor Hugo. Certains, comme Théophile Gautier et Gérard de Nerval , connurent la célébrité de leur vivant et contribuèrent, le premier surtout avec son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenacles-romantiques/#i_42034

FORNERET XAVIER (1809-1884)

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 359 mots

Poète romantique français à peu près inconnu à son époque, Forneret publia, grâce à une fortune personnelle, tous ses ouvrages à compte d'auteur. Trois drames, dont, en 1835, L'Homme noir (surnom adopté ultérieurement par le poète), annoncés à grand renfort de publicité, furent joués à Dijon, sa ville natale, qui garda longtemps le souvenir de ces représentations uniques, ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xavier-forneret/#i_42034

MATURIN CHARLES ROBERT (1782-1824)

  • Écrit par 
  • Ann Daphné GRIEVE
  •  • 332 mots

Personnage qui séduit les surréalistes par son extravagance : danseur, dandy, allant à la pêche en bas de soie ou portant une hostie rouge au front pour signaler qu'il se livre à la composition littéraire, Maturin débute pourtant dans la carrière ecclésiastique après de sérieuses études à Dublin, puis à Trinity College. D'impérieux besoins d'argent le poussent à écrire pour le théâtre, et sa premi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-robert-maturin/#i_42034

ROMANTIQUES PETITS

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 295 mots

Terme appliqué par la critique de la fin du xix e  siècle aux écrivains mineurs, plus ou moins connus en leur temps, du mouvement romantique. Ce sens large va être modifié par les surréalistes qui redécouvrent, ou découvrent tout court, un certain nombre de ces écrivains et tentent de mettre en lumière l'unité de leurs œuvres d'inspiration et de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petits-romantiques/#i_42034

SATANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Max MILNER
  •  • 3 574 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le satanisme frénétique »  : […] Ces renversements ne sont blasphématoires qu'en apparence. Que reste-t-il de son aura maléfique, à ce Satan enrôlé sous la bannière du bien ? On assiste certes, tout au long du xix e siècle, à l'élaboration de théories destinées à démontrer que le mal, tout en gardant ses aspects violents, est dialectiquement nécessaire à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satanisme-litterature/#i_42034

SUE MARIE-JOSEPH dit EUGÈNE (1804-1857)

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 1 064 mots

L'écrivain français le plus populaire du xix e siècle, qui conféra au feuilleton ses lettres de noblesse en y intégrant le roman social. Issu d'une famille prestigieuse de chirurgiens, fils du médecin en chef de la garde des consuls, le petit Marie-Joseph Sue a pour marraine Joséphine Bonaparte et pour parrain Eugène de Beauharnais. Ces glorieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sue-marie-joseph-dit-eugene/#i_42034

Pour citer l’article

France CANH-GRUYER, « FRÉNÉTIQUES LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-frenetiques/