LES FRAISES SAUVAGES, film de Ingmar Bergman

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un film de confession, de méditation et d'angoisse

Paradoxalement, ce film qui a parachevé l'image de Bergman comme auteur n'est pas de ceux qui imposent un style particulièrement inventif. Le scénario est bourré de personnages et d'événements, un peu comme s'il s'agissait d'un premier film. Les allers et retours entre le voyage-prétexte, les souvenirs et les rêveries du vieil homme, les rencontres avec des situations qui font écho à la sienne, ont parfois été jugés un peu artificiels. Quant aux scènes de rêve, elles sont chargées de symboles : l'horloge sans aiguilles, l'homme sans visage, le cadavre qui se dresse et s'avère le double du héros ; le noir et blanc contrasté, splendidement expressif, ne parvient pas à les rendre vraiment oniriques. Les parallèles entre la situation dans la voiture et les rencontres du passé sont insistants (la Sara vivante est prise entre deux prétendants, comme la Sara du passé ; le couple qui se déchire renvoie Isak à ses malheurs conjugaux). Au total, on a le sentiment d'une longue démonstration, qui se clôt d'ailleurs agréablement, sur une réconciliation du vieillard avec son passé, avec ses proches et avec lui-même, mais dans laquelle le cinéaste s'est engagé trop personnellement pour pouvoir être léger.

Les Fraises sauvages demeure un moment important de l'œuvre du maître suédois. D'abord, par ce caractère direct de la confession autobiographique. Quoique à peine parvenu « au milieu du chemin de la vie », Bergman s'identifie clairement à son vieux héros (dont le nom a les mêmes initiales que le sien), dans un geste mélancolique de retour sur le passé comme réserve de souvenirs heureux – les fraises des bois, que l'on trouvait déjà dans Jeux d'été (Sommarlek, 1951) – ou grinçants – la jeune Sara qui lui préfère un garçon moins torturé et plus entreprenant, sa femme qui le trompe de manière éhontée. Cette veine autobiographique était déjà présente dans bien des détails des films antérieurs, mais elle est ici haussée au rang de principe moteur du film, et ne disparaîtra plus jamais, jusqu'à culminer dans le plus heureux Fanny et Al [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  LES FRAISES SAUVAGES, Ingmar Bergman  » est également traité dans :

LES FRAISES SAUVAGES (I. Bergman), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 203 mots

D'une histoire simple – le vieux docteur Isaak Borg se rend en automobile de Stockholm à l'université de Lund pour fêter son jubilé –, Ingmar Bergman fait une plongée dans le passé et l'inconscient de son héros. Si Les Fraises sauvages confirme la « modernité » de Bergman, le film fait aussi découvrir à un large public l'œuvre d'un […] Lire la suite

ANDERSSON BIBI (1935-2019)

  • Écrit par 
  • Colette MILON
  •  • 901 mots
  •  • 1 média

Elle fut le sourire de Bergman, sa lumière vive. Apparue dans nombre de ses films et de ses réalisations pour la télévision, l’actrice suédoise est une figure indissociable de son œuvre. Née le 11 novembre 1935 à Stockholm, Berit Elisabeth Andersson, « Bibi », fille d’un homme d’affaires et d’une assistante sociale, rêve très tôt de devenir comédienne. Elle a quinze ans lorsqu’elle rencontre Ingm […] Lire la suite

SYDOW MAX VON (1929-2020)

  • Écrit par 
  • Colette MILON
  •  • 732 mots
  •  • 1 média

Chevalier qui joue aux échecs avec la mort ( Le   Septième S ceau , 1957), mage ambigu ( Le   Visage , 1958), père vengeur ( La   Source , 1960), Max von Sydow est une figure indissociable du cinéma d’Ingmar Bergman. Ses prestations dans L’Exorciste (William Friedkin, 1973), Star Wars  : É pisode   VII - Le Réveil de la Force (J. J. Abrams, 2015) ou la série Game of Thrones (2016) l’ont aussi […] Lire la suite

THULIN INGRID (1926-2004)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 812 mots
  •  • 1 média

Avec Harriet et Bibi Andersson, Liv Ullmann, Eva Dahlbeck, l'actrice Ingrid Thulin a marqué incontestablement le cinéma et les mises en scènes de théâtre d'Ingmar Bergman, tout comme le cinéaste suédois l'a profondément influencée. Pourtant, ce n'est pas à une débutante qu'il fait interpréter, en 1957, le rôle délicat de la belle-fille et confidente du vieil Isaak Borg dans Les Fraises sauvages . […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « LES FRAISES SAUVAGES, film de Ingmar Bergman », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fraises-sauvages/