BRÛLURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les brûlures sont la conséquence du contact entre les tissus et une source d'énergie calorique telle que flammes, liquides ou solides chauds, radiations ou électricité. Certaines substances chimiques, acides ou bases fortes, peuvent provoquer des lésions analogues. Les organes internes sont quelquefois atteints, comme c'est le cas pour le pharynx ou l'œsophage lors de l'absorption de liquides brûlants, ou la trachée sous l'action des gaz inflammables. Cependant, dans la majorité des cas, ce sont les aires cutanées qui sont les plus exposées et ce sont les brûlures cutanées qui sont prises pour type de description du syndrome.

Les pays industrialisés paient un tribut de l'ordre de 7,5 brûlés pour 1 000 habitants avec une mortalité d'environ 4,3 pour 100 000, dont 60 p. 100 pour les enfants de moins de 15 ans et les personnes de plus de 65 ans. Les nourrissons se brûlent surtout à l'eau bouillante, les enfants de 3 à 14 ans par le feu, les adultes par accident professionnel, les personnes âgées par accidents domestiques (vêtements, literie, appareils à flamme ou électriques mal entretenus) ; les alcooliques, les malades neurologiques et psychiatriques y sont plus exposés.

Classification

Les brûlures se caractérisent par leur profondeur qui commande souvent le pronostic fonctionnel et par leur étendue qui commande généralement le pronostic vital. Un segment de membre carbonisé peut avoir un pronostic vital moins sombre qu'une brûlure cutanée très étendue.

Suivant la profondeur, on divise, depuis Dupuytren, les brûlures en six degrés. Mais en fait les trois dernières variétés, qui concernent l'atteinte du tissu cellulaire sous-cutané, des muscles et des os, ne modifient pas la gravité générale de la brûlure. On a donc tendance aujourd'hui à retenir trois degrés. Au premier degré l'érythème (coup de soleil banal sans « cloques » par exemple) se caractérise par la rougeur de la peau. La brûlure est limitée à l'épiderme, son étendue peut lui conférer un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : chirurgien des hôpitaux de Paris
  • : spécialiste du cadre hospitalier d'anesthésie-réanimation, rédacteur en chef de la revue Agressologie

Classification


Autres références

«  BRÛLURES  » est également traité dans :

ÉLECTROCUTION

  • Écrit par 
  • René NOTO
  •  • 920 mots

En toute rigueur, il convient de définir l' électrocution comme étant l'accident suivi de mort et l' électrisation comme l'accident suivi de survie plus ou moins longue. Les accidents électriques se répartissent en trois catégories, selon les circonstances où ils se produisent : – accidents domestiques, dus à des courants de basse tension (BT inférieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrocution/#i_15588

GREFFES DE TISSUS CUTANÉS

  • Écrit par 
  • Jean THIVOLET
  •  • 757 mots

Les deux tissus qui constituent la peau –  l'épiderme épithélial et le derme conjonctif mésenchymateux – peuvent être reconstitués par culture in vitro, isolément ou ensemble. Épiderme reconstitué . Les feuillets épidermiques sont obtenus en mettant en culture un à deux millions de cellules épithéliales, les kératinocytes, obtenues par des biopsies de peau normale. Le milieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greffes-de-tissus-cutanes/#i_15588

HISTOCOMPATIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Jean DAUSSET, 
  • David GRAUSZ
  •  • 4 807 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En transplantation »  : […] Le rôle des antigènes HLA et H-2 (souris) en transplantation et survie des greffes a été la première observation, c'est pourquoi ils sont appelés couramment antigènes de transplantation. Par greffe de peau il a été démontré que le destin du greffon est fonction essentiellement de la compatibilité de deux systèmes : le système ABO (groupes sanguins) et le système HLA. Ces notions ont été rapideme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histocompatibilite/#i_15588

PHARYNX

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER
  • , Universalis
  •  • 5 692 mots

Dans le chapitre « Rétrécissements cicatriciels »  : […] Les rétrécissements cicatriciels postcaustiques sont dus à des brûlures graves, surtout par la soude caustique, associées à des délabrements importants de l'œsophage. Les séquelles de ces brûlures sont non seulement la dysphagie progressive, mais également les troubles vocaux et respiratoires dus aux lésions du vestibule laryngé associées. Le traitement peut dans quelques cas se limiter à des dil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharynx/#i_15588

RÉGÉNÉRATION ET CICATRISATION

  • Écrit par 
  • Alan H. CRUICKSHANK, 
  • André PARAF, 
  • Catherine ZILLER
  •  • 6 101 mots

Dans le chapitre « Cas des plaies étendues »  : […] Les blessures, dans lesquelles l'agression traumatique ou suppurante a produit une brèche importante, cicatrisent bien plus lentement. Il semble, en effet, que l'extension de l' épithélium, qui va recouvrir la plaie, soit limitée par le fait que, d'une part, les cellules épithéliales qui migrent à partir des bords de la plaie ne se divisent pas ; que, d'autre part, la source de ces cellules, c'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regeneration-et-cicatrisation/#i_15588

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri LABORIT, Bernard WEBER, « BRÛLURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brulures/