BLUM LÉON (1872-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dirigeant socialiste

La guerre modifie cet itinéraire en le faisant vraiment entrer en politique. Réformé, le conseiller d'État est appelé pour diriger le cabinet de Marcel Sembat dans le gouvernement d'Union sacrée (1914-1916). Occasion de pratiquer la politique d'une nouvelle manière, celle de l'épreuve gouvernementale. Le socialisme français se divise alors à propos du pacifisme, puis surtout à propos des voies révolutionnaires qui se développent en Russie. L'influence de Blum grandit parmi les socialistes français du fait qu'il défend une position centriste entre la gauche de la S.F.I.O., pacifiste, attirée par l'expérience bolchevique, et la droite du parti, jusqu'au-boutiste, gagnée par le goût du pouvoir. Élu député de la Seine en 1919, il devient le leader du groupe S.F.I.O. à la Chambre des députés.

Au Congrès de Tours, en décembre 1920, Blum fait une claire démonstration de sa logique politique au moment où la S.F.I.O. se brise entre ceux qui croient en l'aurore d'une ère nouvelle et ceux qui n'y croient pas. Défenseur de l'unité du parti, Blum montre la contradiction insurmontable entre les partisans du modèle bolchevique d'un parti dirigé d'en haut et ceux qui, comme lui, demeurent attachés à la démocratie interne dans le parti, même si la dictature du prolétariat s'impose pour faire triompher le socialisme. « Dictature exercée par un parti reposant sur la volonté des masses [...], mais pas une dictature exercée par un parti centralisé où toute l'autorité remonte d'étage en étage et finit par se concentrer entre les mains d'un comité patent ou occulte. » Le stalinisme était déjà dénoncé, avant terme.

À la fin de ce même discours, Blum utilise une phrase qui reste dans les esprits : « Nous sommes convaincus jusqu'au fond de nous-mêmes que, pendant que vous irez courir l'aventure, il faut que quelqu'un reste garder la vieille maison. » C'est signifier que le socialisme démocratique doit subsister, sinon le socialisme cessera d'exister. Sur le moment, la majorité de la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Le Front populaire

Le Front populaire
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Léon Blum

Léon Blum
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  BLUM LÉON (1872-1950)  » est également traité dans :

CONGRÈS DE TOURS, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 206 mots

Du 25 au 30 décembre 1920 se tient à Tours le XVIII e  congrès du Parti socialiste unifié, Section française de l'Internationale ouvrière (S.F.I.O.). Il est consacré à la question qui agite le parti depuis le milieu de l'année précédente : l'acceptation ou non des vingt et une conditions imposées par le Komintern pour adhérer à la III e  Internationale. Bien que quelques figures charismatiques com […] Lire la suite

FAURE PAUL (1878-1960)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 478 mots

Né à Périgueux, Paul Faure vient très jeune au socialisme et adhère au Parti ouvrier français de Jules Guesde. Élu à la direction du parti, il y représente la Haute-Vienne, dont la fédération est des plus actives : en 1904, son organe, Le Populaire du Centre , est le seul journal fédéral qui soit quotidien. Pendant la Première Guerre mondiale, Faure est minoritaire au sein de la S.F.I.O. : son pac […] Lire la suite

FRONT POPULAIRE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 202 mots
  •  • 1 média

La victoire du Rassemblement populaire aux élections législatives d'avril-mai 1936 est le produit de la coalition antifasciste formée par les socialistes, les communistes et les radicaux, à la suite du 6 février 1934. Des quatre gouvernements de Front populaire qui se succèdent entre juin 1936 et novembre 1938, le plus important est celui que dirige Léon Blum jusqu'en juin 1937. Signés dès le 7 j […] Lire la suite

FRONT POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 921 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origines et formation du Front populaire (1934-1936) »  : […] Le Front populaire apparaît comme la réponse à une triple crise. Tout d'abord, une crise économique qui, partie des États-Unis en 1929, atteint la France en 1931 et se caractérise par une chute de la production et des exportations à laquelle les gouvernements tentent de remédier par la déflation, c'est-à-dire par la diminution des dépenses publiques destinée à faire baisser les prix. Or celle-ci […] Lire la suite

GAUCHE EN FRANCE DANS L'ENTRE-DEUX-GUERRES (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 521 mots

Décembre 1920 Réunie en congrès à Tours, la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) se scinde en deux partis. Majoritaires, les partisans de l'adhésion à la III e  Internationale créent la Section française de l'Internationale communiste (rebaptisée Parti communiste, PC, en 1921), tandis que la minorité menée par Léon Blum demeure au sein de la SFIO. Mai 1924 Le Cartel des gauches, […] Lire la suite

GOUIN FÉLIX (1884-1977)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RIOUX
  •  • 1 033 mots

Né à Peypin (Bouches-du-Rhône), fils d'instituteur, Félix Gouin, après des études au lycée de Marseille et à la faculté de droit d'Aix, s'inscrit au barreau de Marseille en 1907 et y fait toute sa carrière d'avocat, plaidant pour les syndicats ouvriers avant de mêler le civil et les procès d'affaires. Dès 1902, il est militant socialiste et s'impose parmi les nouveaux dirigeants de la fédération d […] Lire la suite

MARJOLIN ROBERT (1911-1986)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 085 mots

À l'époque du Front populaire, Robert Marjolin se définit « à la fois comme socialiste et libéral ». Il explique : « Le socialisme me paraissait essentiel parce que nous vivions dans une société inégalitaire qui ne comportait ni salaire minimal, ni sécurité sociale, ni éducation gratuite. Et j'étais libéral parce que, au fond, j'avais vu les États-Unis, et j'étais convaincu qu'il n'y avait qu'un s […] Lire la suite

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le socialisme démocratique »  : […] Au fond, Kautsky illustre bien ce que sera le contenu d'un révisionnisme assimilé au socialisme démocratique, avec toutes ses ambiguïtés. De même, en France, Jean Jaurès et plus tard Léon Blum, figures emblématiques du révisionnisme social-démocrate, en resteront marqués chacun à sa manière. Ainsi Jaurès, fort proche de Bernstein par son humanisme, sa défense de la démocratie ou sa méfiance à l'é […] Lire la suite

MAYER DANIEL (1909-1996)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 985 mots

Militant des droits de l'homme et du socialisme, mort à Orsay le 29 décembre 1996, Daniel Mayer était né à Paris le 29 avril 1909. Fils d'un représentant et d'une institutrice, il travailla dès quatorze ans, après avoir obtenu son certificat d'études primaires. Adhérent à la Ligue des droits de l'homme et au Parti socialiste S.F.I.O. dès 1927, par révolte contre l'exécution aux États-Unis des ana […] Lire la suite

MENDÈS FRANCE PIERRE (1907-1982)

  • Écrit par 
  • Maurice DUVERGER, 
  • Emile SCOTTO-LAVINA
  •  • 4 628 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] Né à Paris dans une famille d'origine juive ashkénaze de commerçants aisés, docteur en droit, diplômé de l'École libre des sciences politiques, Mendès France est le plus jeune avocat de France lorsqu'il s'inscrit au barreau, le plus jeune député lorsqu'il est élu dans l'Eure en 1932, et le plus jeune membre du gouvernement lorsqu'il entre dans le second cabinet de Léon Blum, en mars 1938, comme s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René GIRAULT, « BLUM LÉON - (1872-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-blum/