LE MOT ET LA CHOSE, Willard van Orman QuineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Mot et la chose n'est pas seulement le plus connu des livres que Willard van Orman Quine (1908-2000) a publiés ; il est aussi celui qui aura engagé la philosophie issue du cercle de Vienne, après son implantation aux États-Unis, dans les voies nouvelles dont la philosophie analytique est pour une large part l'héritière. Publié en 1953, Le Mot et la chose (Word and Object) enrichit, tout en la dépassant, la critique de l'empirisme que Quine avait inaugurée dans sa brève étude de 1950 : « Les Deux Dogmes de l'empirisme ». Quine y montrait que la distinction entre propositions analytiques et propositions synthétiques, entre des énoncés vrais indépendamment de l'expérience et des énoncés vrais en fonction de leur seule signification, ainsi que le vérificationnisme, autour desquels le positivisme logique avait édifié sa théorie de la science, se heurtaient à d'insurmontables difficultés, et devaient donc être abandonnés. À partir de là, Le Mot et la chose va s'engager dans la construction de la théorie du langage et des catégories que réclame une conception conséquente de la science.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Pierre COMETTI, « LE MOT ET LA CHOSE, Willard van Orman Quine - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mot-et-la-chose/