LE MOT ET LA CHOSE, Willard van Orman QuineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Mot et la chose n'est pas seulement le plus connu des livres que Willard van Orman Quine (1908-2000) a publiés ; il est aussi celui qui aura engagé la philosophie issue du cercle de Vienne, après son implantation aux États-Unis, dans les voies nouvelles dont la philosophie analytique est pour une large part l'héritière. Publié en 1953, Le Mot et la chose (Word and Object) enrichit, tout en la dépassant, la critique de l'empirisme que Quine avait inaugurée dans sa brève étude de 1950 : « Les Deux Dogmes de l'empirisme ». Quine y montrait que la distinction entre propositions analytiques et propositions synthétiques, entre des énoncés vrais indépendamment de l'expérience et des énoncés vrais en fonction de leur seule signification, ainsi que le vérificationnisme, autour desquels le positivisme logique avait édifié sa théorie de la science, se heurtaient à d'insurmontables difficultés, et devaient donc être abandonnés. À partir de là, Le Mot et la chose va s'engager dans la construction de la théorie du langage et des catégories que réclame une conception conséquente de la science.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

10-26 juin 2007 France. Victoire de la majorité présidentielle aux élections législatives

Le 20, Nicolas Sarkozy prononce un discours télévisé volontariste: « J'ai été élu pour faire quelque chose sur tout », affirme-t-il. Le 26, les députés élisent Bernard Accoyer (U.M.P.) à la présidence de l'Assemblée nationale. La présidence de la commission des finances, réservée à l'opposition, revient à Didier Migaud (P.S.). Le P.C.F. et les Verts décident de former un groupe parlementaire unique. […] Lire la suite

2-10 décembre 1986 France. Pause dans la politique des réformes après l'agitation universitaire

Cependant, Alain Devaquet annonce qu'il a remis sa démission, après la déclaration de René Monory, et Jacques Chirac, rentré précipitamment de Londres, s'entretient avec François Mitterrand, qui déclare : « La cohésion nationale doit passer avant toute chose. Je donnerai tort, et le pays avec moi, à quiconque usera de la violence. » Le 7, les dirigeants du R. […] Lire la suite

6-19 septembre 1984 France. Prise de distance des communistes avec la majorité

] pour faire quelque chose de mieux » en développant des « actions énergiques de masse ». Le 17, dans un long rapport présenté devant le comité central du P.C.F., Georges Marchais justifie la stratégie de son parti et sa décision de ne plus participer « à un gouvernement qui continuerait, voire accentuerait, la même orientation négative ». Le secrétaire général précise les orientations qui seront défendues lors du XXVe congrès qui aura lieu en février 1985 et dont le mot d'ordre sera : « Un nouveau rassemblement populaire majoritaire. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre COMETTI, « LE MOT ET LA CHOSE, Willard van Orman Quine - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mot-et-la-chose/