LE MOT ET LA CHOSE, Willard van Orman QuineFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce qu'il y a

Si l'enquête de Quine paraît se concentrer sur des questions relatives au langage, elle n'en est pas moins clairement orientée, à travers le problème de la référence, vers une dimension ontologique des problèmes, qui se manifeste dans les interrogations formulées dans les derniers chapitres du livre. Dans le tout dernier, notamment, Quine pose à nouveaux frais la question du nominalisme et du réalisme, et jette les bases d'une ontologie qui, pour obéir à des critères de type pragmatique, n'en est pas moins réaliste dans son principe. Celle-ci se joue dans une forme d'engagement ontologique qui confie notamment à la logique la tâche d'une définition des catégories dans lesquelles se peuvent reconnaître les traits les plus généraux de la réalité. Il est vrai qu'une telle ontologie est relative, en ce sens qu'elle dépend d'une « théorie d'arrière-plan, elle-même munie d'une ontologie préalable et finalement inscrutable ». Elle n'en répond pas moins efficacement à ce que nous pouvons en attendre. Quant au souci du philosophe de savoir « ce qu'il y a », il ne diffère pas fondamentalement de celui des autres théoriciens : aucun ne peut jouir d'un point d'observation privilégié.

Quine est revenu maintes fois sur ces questions dans ses livres ultérieurs. Il en a, pour l'essentiel, maintenu les positions. Au nombre des influences sur lesquelles elles débouchent, deux courants s'y laissent apercevoir, l'un qui, à partir de la traduction radicale, aboutit à l'« interprétation radicale », chez Donald Davidson, pièce maîtresse de sa théorie de la signification. L'autre, moins évident, qui à travers la notion de schème conceptuel, liée à la thèse de la traduction radicale, a nourri le type de relativisme issu des travaux de Thomas Kuhn, et de La Structure des révolutions scientifiques (1962).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

France. Victoire de la majorité présidentielle aux élections législatives. 10-26 juin 2007

vouloir éviter « toute ambiguïté ». Le 13, alors que le projet gouvernemental d'une « T.V.A. sociale », évoqué par le ministre de l'Économie, des Finances et de l'Emploi Jean-Louis Borloo le soir du premier tour, s'impose dans les débats, le porte-parole du P.S. lance un « seul et unique mot d'ordre […] Lire la suite

France. Pause dans la politique des réformes après l'agitation universitaire. 2-10 décembre 1986

, et Jacques Chirac, rentré précipitamment de Londres, s'entretient avec François Mitterrand, qui déclare : « La cohésion nationale doit passer avant toute chose. Je donnerai tort, et le pays avec moi, à quiconque usera de la violence. » Le 7, les dirigeants du R.P.R. célèbrent le dixième anniversaire […] Lire la suite

France. Prise de distance des communistes avec la majorité. 6-19 septembre 1984

durant cette période. Le 16, Henri Krasucki, secrétaire général de la C.G.T., invité de l'émission le Grand Jury R.T.L. – Le Monde, appelle les travailleurs à « mettre le paquet [...] pour faire quelque chose de mieux » en développant des « actions énergiques de masse ». Le 17 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre COMETTI, « LE MOT ET LA CHOSE, Willard van Orman Quine - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mot-et-la-chose/