LAWRENCE D'ARABIE, film de David Lean

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre sévère aux proportions gigantesques

Lawrence d'Arabie (Lawrence of Arabia) est avec Le Docteur Jivago (Doctor Zhivago, 1965), la plus grande réussite visuelle de David Lean. Il faut bien sûr accepter la convention d'un Anthony Quinn en chef arabe et d'un Alec Guinness en roi Faysal Ier. Le film adopte aussi le classique et agaçant schéma du film colonialiste, où un Européen en remontre à des « indigènes » sur le plan de l'endurance physique et de la connaissance du terrain, puis leur donne en prime des leçons d'humanité et de volonté. Ici, Lawrence oppose au « c'était écrit » des fatalistes musulmans un « rien n'est écrit » qui les impressionne. Il se montre courageux, mais a des états d'âme quand il doit tuer, ce que n'ont pas les cruels Arabes, etc. Au-delà de ces clichés du cinéma colonial – que d'autres films, notamment ceux très respectueux de James Ivory, ont remis en question – il faut voir les exceptionnelles qualités de cette superproduction.

La construction, sur une arche du type ascension et décadence, gloire et vanité, en est magistrale. La première partie, où se trouvent les séquences les plus marquantes, agit comme un crescendo, où des instruments se joindraient peu à peu au groupe : un méhari, deux, trois, dix... Les quarante premières minutes s'attachent à un nombre restreint de personnages évoluant dans un cadre gigantesque, celui du désert, qui est le héros du film. La seconde partie se concentre sur les « états d'âme » de Lawrence, personnage fascinant tant que ses motivations et son passé nous restent impénétrables. La dernière image du film montre son visage inexpressif derrière le pare-brise d'une jeep, s'effaçant dans l'immensité.

Format qui fut, dans les années 1960, le support de quelques chefs-d'œuvre, comme Playtime, en 1967, de Jacques Tati, ou 2001 : l'Odyssée de l'espace (2001 : a Space Odyssey), en 1968, de Stanley Kubrick, le 70 mm a trouvé grâce aux yeux de David Lean dès 1962. Son sujet de prédilection : le vide, le désert. Une trouvaille de raccord subtilement préparée, entre la flamme fragile d'une minuscule allumette frottée par Lawrence dans un bureau militaire et le plan général du désert où se lève un soleil rougeoyant, dit tout sur cette dissolution de l'échelle humaine : trop petit, ou trop grand. Stanley Kubrick se souviendra de ce changement d'échelle pour le fameux raccord de 2001 : l'Odyssée de l'espace où à un os jeté par un singe s'enchaîne, des millions d'années après, un vaisseau spatial futuriste. Les prises de vues soulignent l'insignifiance de l'homme dans un paysage gigantesque et indifférent. L'œuvre abonde aussi en effets de surgissement : un bateau sur le canal de Suez alors que l'on est en plein désert, l'attaque d'un train prise en pleine action, après de longues discussions de bureau – effets dont le corollaire est la disparition absolue, le retour au vide.

Avec ses yeux clairs, Peter O'Toole incarne formidablement une sorte de volonté pure qui confine à l'absurde. Ce premier rôle fit de lui une vedette, mais, à l'image de son personnage, ne retrouvant jamais un rôle aussi puissant, il s'effaça dans une carrière terne. En revanche, Omar Sharif, l'Égyptien, se préparait à interpréter le Docteur Jivago, le film suivant du réalisateur, tandis qu'Anthony Quinn campe un Arabe fruste et pittoresque dans la tradition de ses innombrables rôles de Mexicain, Esquimau, Grec... Cette caractérisation conventionnelle, fidèle à celle des mélodrames muets, est bien sûr moins équilibrée que complétée par la façon dont Alec Guinness compose, non sans ironie, un roi Faysal Ier cultivé, raffiné et fourbe.

Lawrence d'Arabie, de D. Lean

Photographie : Lawrence d'Arabie, de D. Lean

Inspirée du livre de Thomas Edward Lawrence, Les Sept Piliers de la sagesse, cette superproduction de plus de trois heures, avec Peter O’Toole, Anthony Quinn, Omar Sharif et Alec Guinness pour vedettes, consacre David Lean comme grand réalisateur épique. Lawrence d’Arabie (1962) demeure... 

Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

Afficher

Considéré à l'époque comme un représentant du « vieux cinéma », David Lean prit une forme de revanche avec le renouveau du cinéma épique. George Lucas, dans sa saga, commencée en 1977, de la Guerre des étoiles (Star Wars) et surtout Steven Spielberg (L'Empire du soleil, Empire of the Sun, 1987) sont parmi ses héritiers.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : écrivain, compositeur, réalisateur, maître de conférences émérite à l'université de Paris-III

Classification

Autres références

«  LAWRENCE D'ARABIE, David Lean  » est également traité dans :

JARRE MAURICE (1924-2009)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 733 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hollywood »  : […] Pour beaucoup de cinéastes, la musique constitue une facette secondaire de leur œuvre. Mais, à l'instar de certains scénaristes ou directeurs de la photographie, des compositeurs ont su mener à bien des collaborations privilégiées et suivies avec des réalisateurs. Quelques exemples illustres inscrits dans l'histoire du cinéma – au premier rang desquels Bernard Herrmann et Alfred Hitchcock, John Wi […] Lire la suite

O'TOOLE PETER (1932-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 726 mots
  •  • 1 média

Acteur de théâtre et de cinéma, Peter Seamus O’Toole est né le 2 août 1932 à Connemara (Comté de Galway, Irlande). Il grandit à Leeds en Angleterre et suit les cours de la Royal Academy of Dramatic Arts à Londres. Adolescent, il est journaliste au quotidien Evening Post de Yorkshire et débute dans le théâtre amateur au Civic Theatre de Leeds. Après deux années de service militaire dans la Royal N […] Lire la suite

SHARIF OMAR (1932-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 439 mots

L’acteur égyptien Omar Sharif se fit connaître du public international et fut une nommer aux oscars (meilleur acteur dans un second rôle) pour son interprétation d’Ali Ibn el Kharish, le loyal chef arabe du film épique de David Lean, Lawrence d’Arabie ( Lawrence of Arabia , 1962). Le rôle-titre du D octeu r Jivago ( Doctor Zhivago , 1965), une adaptation par Lean du roman éponyme de Boris Pa […] Lire la suite

SPIEGEL SAM (1903-1985)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 698 mots

L'industrie du cinéma américain regrette parfois, après avoir longtemps condamné leur dictature, les grands producteurs des années 1940 et 1950. Sam Spiegel fut l'un de ces ultimes « nababs » décrits sans complaisance par Scott Fitzgerald dans son roman posthume. Curieux déterminisme de l'histoire : The Last Tycoon fut le dernier film produit par Sam Spiegel en 1976. S'il fut un producteur indépe […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CHION, « LAWRENCE D'ARABIE, film de David Lean », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lawrence-d-arabie/