TURCO-MONGOLES LANGUES ET LITTÉRATURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les langues turques et mongoles présentent un certain nombre de caractères communs qui les font considérer comme étroitement parentes, et il a été convenu depuis le milieu du xixe siècle de leur donner le nom de langues altaïques, du nom des monts Altaï qui auraient été le berceau des peuples turco-mongols. Plus tard, on leur adjoignit le tongouse, et, finalement, les linguistes de la fin du xixe siècle créèrent un vaste groupe ouralo-altaïque. Cependant, certains spécialistes estimèrent que ce groupe était factice et jugèrent avec juste raison que les langues finno-ougriennes ou ouraliennes constituaient un groupe indépendant et que les langues altaïques en formaient un autre, où Ramstedt voulut faire entrer le coréen ; Vladimircov établit en 1929 un arbre généalogique dans lequel il voulait faire figurer le mongol et le turc comme issus du mongol commun et du turc commun, lesquels remontaient à une prélangue altaïque par l'intermédiaire d'un turco-mongol commun. Malheureusement, il oubliait des langues comme le khitan, qui, bien que très imparfaitement connu, semble présenter une forme très archaïque du mongol, ou le tabghatch (Wei), ce parler, très vraisemblablement apparenté au turc, qui fut noté par les Chinois. Il s'agit là de langues issues probablement de la même souche, mais qui s'étaient différenciées très tôt pour former des groupes distincts, l'un du mongol, très palatalisé, l'autre du turc.

À vrai dire, il y a peut-être un degré très lointain de parenté entre les langues turques, mongoles, tongouses et le groupe finno-ougrien, mais, dans la situation présente des connaissances, il est prématuré de vouloir y chercher des liens de parenté, et l'on doit se contenter d'étudier les emprunts qui ont pu être faits par les langues turques de Sibérie au samoyède, celles de la Volga au finno-ougrien et même l'osmanli au hongrois, comme les emprunts faits par les langues turques, et en particulier le turc de la période ancienne, aux langues des peuples avec lesquels i [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages




Écrit par :

  • : directeur de l'Institut des hautes études chinoises, professeur au Collège de France

Classification


Autres références

«  TURCO-MONGOLES LANGUES ET LITTÉRATURES  » est également traité dans :

AZERI

  • Écrit par 
  • Charles URJEWICZ
  •  • 715 mots

Habitants de l'Azerbaïdjan, les Azeri (Azerbaïdjanlylar) forment la population caucasienne la plus nombreuse. Estimés à 6 800 000 en 2006, ils sont concentrés dans leur république, où, avec 7 600 000 habitants, ils représentent près de 90 p. 100 de la population totale. Les Azeri constituent 6,5 p. 100 de la population géorgienne et 4,2 p. 100 de la population de la république du Daghestan. La lan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azeri/#i_42421

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un héros majeur : Gesar »  : […] Une différence frappe d'emblée. Certains peuples (les Sibériens : Samoyèdes, Toungouses, Altaïens...) connaissent plusieurs épopées et plusieurs héros. D'autres (ceux des steppes et des hauts plateaux) accordent à une épopée et à un héros une supériorité qui frise l'exclusivité : c'est le cas du Gesar tibétain comme du Geser mongol, qui s'en inspire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee/#i_42421

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 428 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le cas des turcophones du Xinjiang »  : […] Pour le Xinjiang, province de 1 600 000 kilomètres carrés immensément riche en ressources pétrolières, minéralogiques et agricoles, totalement extérieure à la Chine propre (la capitale, Urumqi [Ürümchi, Dihua à l'époque nationaliste], est à 2 500 km à vol d'oiseau de Pékin et isolée par le désert), on a qualifié de colonialiste la politique du régime communiste. En effet, autant dans les phases d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-le-monde-musulman-contemporain/#i_42421

KITAN ou KHITAN

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 620 mots
  •  • 1 média

Ancien peuple de pasteurs nomades protomongols, connu depuis le iv e  siècle, qu'on trouve installé à la fin du viii e  siècle sur le territoire des actuelles Mongolie-Intérieure et république populaire de Mongolie. En 926, son chef Abaoji (872-926, du clan Yelü), qui s'était proclamé empereur une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kitan-ou-khitan/#i_42421

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 559 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les Uigur »  : […] Les Tujue (ou Türküt), descendants d'une branche des Xiongnu de l'Altai, établirent sur toute la zone des steppes asiatiques le premier Empire turc , qui fut divisé dès la mort de son fondateur, Bumin-qagan (552). Scindé en deux parties, occidentale et orientale – à laquelle appartenait la Mongolie –, l'Empire turc ne put résister aux querelles intestines et aux révoltes locales, si bien qu'en 74 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_42421

ORKHON

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 131 mots

Rivière de haute Asie (aujourd'hui en République mongole) affluent de la Selenga, près de laquelle ont été découvertes au début du xviii e  siècle des inscriptions qui ont été étudiées surtout depuis la fin du xix e  siècle. Ces inscriptions, datant de 732 et 735, constituent quelques-uns des prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orkhon/#i_42421

OUÏGHOUR ou OUÏGOUR

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 186 mots
  •  • 1 média

Peuple d'origine turque, faisant partie des grandes tribus oghouz, qui a succédé aux Tujue orientaux dans la région de l'Orkhon vers le milieu du viii e siècle  ; il a constitué pendant un siècle un empire s'étendant jusqu'à la Chine. Battus par les Kirghiz, les Ouïghours (Ouïgour, Uigur) ont alors émigré vers l'ouest et se sont établis dans le T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouighour-ouigour/#i_42421

TUJUE [T'OU-KIUE]

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 564 mots
  •  • 1 média

Confédération de tribus nomades d'origine prototurque qui, venant de l'Altaï, a succédé en Asie centrale , à partir du milieu du vi e  siècle, à l'empire Ruanruan. Elle est désignée communément, dans les travaux occidentaux, par son nom chinois de Tujue, plutôt que par son nom autochtone de Türk, afin d'éviter la confusion avec le terme ethnique g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tujue-t-ou-kiue/#i_42421

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis HAMBIS, « TURCO-MONGOLES LANGUES ET LITTÉRATURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langues-et-litteratures-turco-mongoles/