AZERI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Habitants de l'Azerbaïdjan, les Azeri (Azerbaïdjanlylar) forment la population caucasienne la plus nombreuse. Estimés à 6 800 000 en 2006, ils sont concentrés dans leur république, où, avec 7 600 000 habitants, ils représentent près de 90 p. 100 de la population totale. Les Azeri constituent 6,5 p. 100 de la population géorgienne et 4,2 p. 100 de la population de la république du Daghestan.

La langue azeri fait partie du groupe ogouz (sud-occidental) des langues turques. Elle se divise en plusieurs groupes dialectaux : groupe oriental (koubin, de Bakou, chemakchin, ainsi que les parlers de Mougan et de Lenkoran) ; groupe occidental (kazakh, giandjin, karabakh, et le parler aïmoun) ; groupe septentrional (noukchin et le parler zakatalo-kakh) ; enfin, le groupe méridional (nakhitchevan, ordoubab, tebriz et le parler d'Erivan). Jusqu'en 1923, la langue azeri est écrite à l'aide de caractères arabes, puis à l'aide de l'alphabet latin ; enfin, peu avant la Seconde Guerre mondiale, elle est transcrite, en R.S.F.S. d'Azerbaïdjan, à l'aide de l'alphabet russe.

L'ethnie azeri se divise en trois groupes principaux. Les Aïroum, qui habitent dans les montagnes de l'Azerbaïdjan occidental (régions de Kirovabad, Dachkesan et Kedabek), ont conservé toute une série de traits archaïques dans leur genre de vie ; au début du siècle, ils habitaient des maisons souterraines et la roue leur était inconnue ; ils pratiquent un élevage de montagne et l'agriculture. Les Padar habitent la partie orientale ; c'est dans ce groupe, qui pratique un élevage semi-nomade, que se sont conservés les traits les plus anciens du genre de vie azeri. Les Chahsaven (« ceux qui aiment le shāh ») portent ce nom depuis le xvie siècle, époque où l'on commença à appeler ainsi ceux qui servaient dans la garde personnelle du shāh ; ce sont des éleveurs et des agriculteurs qui vivent dans la partie orientale. D'autres groupes, moins importants, peuvent être également cités : les Karapapakh, paysans sédentaires qui vivent dans la partie occidentale de la république ainsi qu'en Géorgie et en Arménie — mais la plus grande partie d'entre eux réside à l'étranger, surtout en Turquie et en Iran ; les Karadag, qui vivent sur le plateau de Karadag, en Iran nord-occidental, sont des éleveurs semi-nomades, culturellement proches des Chahsaven ; les Afchar, éleveurs semi-nomades qui se trouvent dispersés dans tout l'Iran.

D'abord introduit par les Arabes, l'islam, à partir du viie siècle, prend lentement la place des religions hégémoniques (christianisme en Albanie et zoroastrisme dans le Sud) ; sous sa forme shī‘ite ou sunnite, il s'impose comme la seule religion monothéiste. Pourtant, les religions et les croyances préchrétiennes ou prézoroastristes subsistent aux côtés de l'islam : fête du printemps, culte du feu, culte des sommets des montagnes, culte des pierres enfin ; celles-ci, le plus souvent noires, étant considérées comme sacrées, on leur accordait une très grande influence dans la guérison des maladies. Une ancienne fête de l'eau (sou djeddim) s'est conservée dans la tradition populaire. D'après la croyance populaire, l'âme d'un mort s'envolait en même temps que son dernier soupir, et l'on croyait que celle-ci, éternellement jeune et habituellement invisible, pouvait revenir faire une visite à sa famille sous la forme d'un oiseau.

Jusqu'au début du xxe siècle (et bien au-delà selon les groupes), la structure de la famille est demeurée essentiellement patriarcale : les anciens (agsakkal) jouent un grand rôle dans le village, et leurs conseils sont recherchés pour tous les aspects de la vie sociale et familiale. Les villages azeri étaient habituellement composés de plusieurs quartiers claniques (mekhelle), et les mariages, généralement endogamiques, se faisaient à l'intérieur du mekhelle, par ordre de priorité entre cousins ; la polygamie était relativement développée ; le lévirat et le sororat, très communs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AZERI  » est également traité dans :

ALIEV GAÏDAR (1923-2003)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 623 mots
  •  • 1 média

Dernier des apparatchiks soviétiques, Gaïdar Aliev – Heydar Aliyev, en azéri – a régné sans partage sur l'Azerbaïdjan. Appelé affectueusement « Baba », grand-père, par les Azéris, Gaïdar Aliev, de lointaine origine kurde, est né le 10 mai 1923 au Nakhitchevan, enclave azéri entre l'Arménie soviétique et la Turquie kémaliste. Après des études d'ingénieur, il entre en 1944 au N.K.V.D., l'ancêtre du […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'Arménie soviétique »  : […] La plus petite des quinze républiques fédérées de l'U.R.S.S., l'Arménie, ne s'étend que sur 29 800 kilomètres carrés. Kars et Ardahan ont été rendues à la Turquie kémaliste. Le Nakhitchevan et le Karabakh sont passés sous le contrôle de l'Azerbaïdjan soviétique, et la Géorgie a repris les provinces d'Akhaltskha et Alkhalkalak. L'histoire de l'Arménie soviétique est, dès l'origine, marquée par la r […] Lire la suite

AZERBAÏDJAN

  • Écrit par 
  • Raphaëlle MATHEY, 
  • Ronald Grigor SUNY
  • , Universalis
  •  • 6 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une démographie dynamique »  : […] L'Azerbaïdjan est le pays le plus peuplé du Caucase du Sud. Il est aussi l'un des plus jeunes de la région, avec 23 p. 100 de moins de 15 ans et seulement 8,8 p. 100 de plus de 60 ans en 2010. Sur un total d'environ 9,4 millions d'habitants (2014), les Azeris, peuple d'origine turque, représentent 90 p. 100 de la population. L'Azerbaïdjan a été longtemps un État multinational. Depuis la chute de […] Lire la suite

AZERBAÏDJAN IRANIEN

  • Écrit par 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 424 mots

Région située au nord-ouest des plateaux de l'Iran, l'Azerbaïdjan iranien, qui comptait 5 821 860 habitants lors du recensement de 2006, est divisé administrativement en deux provinces : Azerbaïdjan oriental (3 325 540 hab.) et Azerbaïdjan occidental (2 496 320 hab.), avec respectivement Tabriz et Ourmiah comme capitales et villes principales. Les conditions naturelles sont très différenciées dans […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Autonomie territoriale contre autonomie nationale »  : […] Au lendemain de la révolution d'Octobre, le fédéralisme est conçu par les bolcheviks comme une arme contre les aspirations indépendantistes des peuples sous domination russe, comme une concession tactique provisoire et non pas comme un modèle d'organisation de l'État ou une fin en soi. Le conflit qui oppose Lénine à Staline en 1922 concerne davantage les modalités de l'instauration de l'État fédé […] Lire la suite

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 748 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la dissidence à l'indépendance »  : […] Les turbulences de la perestroïka n'épargnent pas la Géorgie. En octobre 1987, des intellectuels nationalistes fondent l'association Ilya-Chavtchavadzé et organisent, pour la première fois depuis la soviétisation du pays, une manifestation célébrant le soixante-dixième anniversaire de l'indépendance. D'autres nationalistes fondent le Parti national démocratique. Ainsi, dès l'origine, l'opposition […] Lire la suite

IRAN - Géographie

  • Écrit par 
  • Bernard HOURCADE
  •  • 5 162 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diversité et cohésion culturelles »  : […] L'Iran est un État à la fois multi-ethnique et fortement unifié par son histoire et sa culture. Le nationalisme iranien, fondé sur l'ancienneté et la stabilité de l'État, est capable d'unir toutes les catégories sociales et culturelles du pays, comme ce fut le cas au début de la guerre Irak-Iran (1980-1988). La moitié des Iraniens ont le persan pour langue maternelle, mais un quart parlent d'autr […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Colonisation et peuples musulmans »  : […] Dans la théorie politique de l'U.R.S.S., un certain nombre de groupements non slaves, qui avaient été progressivement inclus dans l'Empire russe entre le xvi e et le xix e  siècle et qui étaient catalogués comme peuples musulmans sous l'ancien régime, détenaient, depuis le courant des années 1920 et 1930, le label de « nations » et de « nationalités » et occupaient des territoires qui leur étaien […] Lire la suite

MELKONIAN MONTE (1957-1993)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 664 mots

Monte Melkonian est né le 25 novembre 1957, à Visalia, entre Los Angeles et San Francisco. Sa famille est arrivée aux États-Unis avant le génocide arménien de 1915 et ne cultive guère le souvenir de la maison des morts. D'ailleurs, les quatre enfants Melkonian reçoivent une éducation en langue anglaise. Ce n'est qu'à l'adolescence que Monte retrouve ses racines. À vingt ans, il obtient un master d […] Lire la suite

Les derniers événements

18 septembre 2012 Azerbaïdjan – France. Visite controversée du président Ilham Aliev en France

azéri Ilham Aliev, en visite en France, est dénoncée par la communauté arménienne. Celle-ci reproche au dirigeant azéri d'avoir gracié un officier, Ramil Safarov, condamné en avril 2006, en Hongrie, à la prison à vie pour l'assassinat d'un soldat arménien à Budapest en février 2004. Le lieutenant Safarov avait été extradé en août vers son pays, où  […] Lire la suite

10-14 octobre 2009 Arménie – Turquie. Accord pour le rétablissement des relations diplomatiques

azéri. Malgré des signes d'ouverture depuis 2008, le rapprochement se heurte à de profondes résistances de la part de l'opposition nationaliste turque, qui estime que l'accord brade les intérêts de l'Azerbaïdjan, comme au sein de la population et de la diaspora arméniennes, en raison du refus d'Ankara de reconnaître le caractère génocidaire des massacres […] Lire la suite

20 mars 1997 Arménie. Nomination du président du Haut-Karabakh comme Premier ministre

azéri du Haut-Karabakh majoritairement peuplé d'Arméniens, qui réclame depuis février 1988 son rattachement à la mère patrie.  […] Lire la suite

2-21 avril 1993 Arménie – Azerbaïdjan. Offensive des forces arméniennes du Haut-Karabakh en Azerbaïdjan

azéri Aboulfaz Eltchibey et arménien Levon Ter-Petrossian, à Ankara, en marge des obsèques du président turc Turgut Özal.  […] Lire la suite

9-14 août 1992 Azerbaïdjan. Instauration de la loi martiale dans le Haut-Karabakh après les succès de la contre-offensive azérie

azéri Aboulfaz Eltchibey d'avoir déclenché une « guerre non déclarée » contre son pays en s'emparant d'un village arménien enclavé en Azerbaïdjan. Il appelle à l'aide les cinq autres États de la C.E.I., dont la Russie, parties au traité de sécurité collective et d'assistance mutuelle signé en mai à Tachkent. Le 11, le gouvernement russe précise que […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles URJEWICZ, « AZERI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/azeri/