OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature occitane

La littérature occitane n'a jamais été une littérature nationale au sens moderne du mot, les pays d'oc n'ayant jamais formé une nation. Au Moyen Âge, son domaine appartenait aux juridictions politiques du Saint Empire romain germanique, du comté de Toulouse, du duché d'Aquitaine et du royaume d'Aragon. Plus tard, il appartient aux provinces méridionales de la France. C'est essentiellement une littérature de « civilisation ».

Sous ce trait général, on peut distinguer trois phases dans sa manifestation concrète : au Moyen Âge, elle fut littérature d'une langue ; du xvie au xixe siècle, elle fut littérature d'un tempérament ; elle devient au xixe siècle littérature d'un peuple. Naturellement, ces trois traits se compénètrent à chaque époque.

Littérature d'une langue

L'idée que, pour l'essentiel, une littérature s'identifie à la langue dont elle procède est commune au Moyen Âge : c'est par exemple la conception de Dante. La langue d'oc fut une des premières langues modernes, sinon la première, à se dégager du latin dans la Romania. Ses plus anciens textes littéraires, dont le plus important est le poème de Boèci, datent du xe siècle. Dès son apparition, la langue littéraire occitane apparaît dans une forme presque parfaite et définitive. Quelles qu'en soient les causes (tradition scripturaire surimposée aux évolutions dialectales ou création d'une koinè à partir des dialectes), elle est l'outil unifié d'une littérature exprimant une unité de civilisation dont l'influence s'étend à toute l'Europe chrétienne, de l'Ibérie au Rhin, de la Sicile à l'Angleterre. On retrouvera ce caractère dans les traités de grammaire de Raimon Vidal de Besalú, les Rasons de trobar destinés aux Catalans, et, de Uc Faidit, le Donats Proençals destiné aux Italiens. Ce même caractère est évident, dès le milieu du xiie siècle, dans le Codi de Justinien, dont l'influence se fera largement sentir sur la formation de la langue juridique française.

Ce « vulgaire illustre » s'impose à la lyrique occidentale avec le premier troubadour connu, Guillaume IX, duc d'Aquitaine (1071-1127), dont l'œuvre, loin d'être contradictoire avec ce qui précède (sinon dans la forme et le style) constitue un nouvel art d'aimer. Cet art d'aimer, débattu et infléchi dans des directions diverses par les premiers troubadours : Jaufré Rudel, Marcabru, Cercamon, Bernard Marti, aboutira à la fin'amor grâce au joy, jeu et joie d'amour. Cette fin'amor emprunta la forme de la canso pour son expression la plus directe et celle des tensons et partimens pour l'expression de ses subtilités. Elle utilise pour s'exprimer soit le style du trobar leu, soit celui du trobar clus, ou ceux du trobar ric et du trobar prim. Au-delà de la monotonie de l'inspiration des épigones, ces diverses voix se feront entendre à travers les œuvres magistrales de Bernard de Ventadour, de Raimbaut d'Aurenja, de la comtesse de Die, de Peire d'Alvernha suivis de Giraut de Bornelh, Arnaud Daniel, Arnaud de Maruelh, Peire Vidal, Peire de Vic, Gaulcelm Faidit, et plus tard encore de Sordel et de Guiraud Riquier.

Dès le xiie siècle – le siècle d'or –, le sirventès, chant d'actualité, enseignement éthique, satire violente, joue un très grand rôle poétique avec Bertrand de Born, poète de la guerre comme de l'amour. Mais c'est au xiiie siècle, le siècle de la croisade contre les Albigeois, le siècle de la résistance occitane, que le sirventès s'élève au niveau de la satire tragique et épique, avec Peire Cardenal surtout.

Les travaux récents d'érudits espagnols et belges laissent entendre que la poésie épique est aussi ancienne en langue d'oc qu'en français. A côté d'œuvres de caractère traditionnel, dont une des plus belles est celle de Girard de Roussillon (xiie siècle), la langue d'oc a laissé un incontestable chef-d'œuvre avec la seconde partie de la Canson de la croisade albigeoise, dont la modernité est frappante.

La littérature narrative, sans même parler de l'abondante littérature religieuse dont la Vida de santa Enimia et la délicieuse Vida de santa Docelina sont les chefs-d'œuvre, es [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Poitiers, ancien directeur du Centre d'études supérieures de civilisation médiévale
  • : professeur honoraire à l'université Paul-Valéry, Montpellier
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE  » est également traité dans :

BERNARD DE VENTADOUR (1145 env.-env. 1195)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 256 mots

La poésie du troubadour Bernard de Ventadour est considérée comme l'une des expressions les plus achevées de la langue d'oc. Les quelques éléments de sa vie ne nous sont connus qu'à travers le texte des vidas , ces courtes biographies postérieures d'un demi-siècle au moins et destinées à présenter l'œuvre des troubadours à un auditoire étranger – celui des cours italiennes notamment. Si certaines […] Lire la suite

CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Hélène HAZERA
  •  • 5 012 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De la révolution occitane à la chanson populaire »  : […] La Chanson de Roland (vers 1100) et d'autres chansons de geste, psalmodiées, accompagnées d'instruments, les lais de Marie de France, poétesse établie en Angleterre (active entre 1160 et 1185), relèvent-ils de la chanson, hors du système couplets-refrain ? Une chose est certaine : la première grande révolution chansonnière se situe en Occitanie, avec l'apparition des troubadours, dans la premiè […] Lire la suite

CHANSONS, Arnaut Daniel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 000 mots

Du troubadour Arnaut Daniel, « gentilhomme de Ribérac » (comme le dit Aragon dans La Leçon de Ribérac ou l'Europe française) et né vers 1150-1160, ont été conservées peu de choses : un sirventès (poème satirique) obscène, seize cansos (chansons d'amour) et une « sextine », forme très complexe dont il est l'inventeur. Un ensemble d'une extrême exigence poétique qui lui a valu d'être salué par Da […] Lire la suite

LAFONT ROBERT (1923-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 242 mots

Écrivain et linguiste occitan. Robert Lafont est né à Nîmes en 1923. En 1945, il participe à la fondation de l'Institut d'études occitanes, qui vient remplacer la Société d'études occitanes qui s'était discréditée durant l'Occupation. En 1950, il en devient le président, un poste qu'il occupera jusqu'en 1981. Professeur à l'université de Montpellier, écrivant aussi bien en occitan qu'en français […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BEC, Charles CAMPROUX, Philippe GARDY, « OCCITANES LANGUE ET LITTÉRATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-litterature-occitanes/