LAMPRIS GUTTATUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Animaux homéothermes et poïkilothermes, endothermes et ectothermes

La plupart des mammifères et des oiseaux gardent leur température corporelle à peu près constante : on dit qu’ils sont homéothermes. Ils sont aussi capables de produire de la chaleur grâce à leur activité métabolique : on dit qu’ils sont endothermes. Au contraire, les amphibiens et les reptiles, dans leur grande majorité, ont une température corporelle qui varie avec la température extérieure : ils sont poïkilothermes. Ils se réchauffent en s’exposant au soleil : ils sont ectothermes. Ainsi, on qualifie les mammifères et les oiseaux d’animaux « à sang chaud » et les amphibiens et les reptiles d’animaux « à sang froid ». Pourtant, la production de température interne et la conservation d’une température constante sont deux phénomènes bien distincts. On connaît ainsi des mammifères endothermes qui sont capables de faire baisser leur température, comme les chauves-souris, et des animaux ectothermes qui conservent une température corporelle constante, comme probablement certains dinosaures dans le passé.

Les poissons, un terme sans valeur scientifique qui regroupe essentiellement les Chondrichtyens (chimères, raies et requins ; poissons dits cartilagineux) et les Actinoptérygiens (poissons à nageoires rayonnées qui comprennent la vaste majorité des poissons osseux), sont typiquement considérés comme des vertébrés à « sang froid ». On connaît pourtant quelques poissons qui, grâce à leur activité métabolique élevée, sont capables de produire de la chaleur interne. C’est le cas du requin-saumon (Lamna ditropis) et de certains grands poissons pélagiques comme les thons, les marlins et les espadons. Ils élèvent leur température grâce à l’activité de leurs muscles locomoteurs logés au centre de leur corps afin d’év [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : conservateur du département de géologie et paléontologie au Muséum d'histoire naturelle de la ville de Genève

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Lionel CAVIN, « LAMPRIS GUTTATUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lampris-guttatus/