L'ÈRE DU SOUPÇON, Nathalie SarrauteFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour un renouveau du roman

Écrit par un auteur qui réfléchit sur son activité créatrice, L'Ère du soupçon tient à la fois du manifeste et de l'art poétique. Du premier, il a les idées générales et le ton volontiers polémique, acerbe et ironique ; du second, le propos plus personnel, et la relation intime avec l'œuvre en train de s'écrire.

Il s'agit d'abord – il convient d'y insister – d'un essai sur le roman. Or, si celui-ci n'a jamais cessé d'être florissant sur le plan de la production « commerciale », on connaît l'hostilité nourrie à son égard par les avant-gardes du début du xxe siècle (André Breton, après Paul Valéry). Les années de guerre et de l'immédiat après-guerre, sur fond de surréalisme finissant, sont marquées par un retour à ce genre littéraire, de nouveau investi par les jeunes auteurs. Nathalie Sarraute s'inscrit dans ce contexte : contrairement à ce qu'on a pu croire alors, son propos n'est pas de rupture mais plutôt de rénovation, et sa position somme toute plus réformiste que révolutionnaire. Ainsi le roman se trouve-t-il réhabilité dans L'Ère du soupçon, et, finalement, sous ses aspects les plus traditionnels : psychologie, réalisme, dialogue. À la condition toutefois que les formes anciennes évoluent : que la psychologie renonce aux « types » et délaisse la banale « étude de caractère » ; que le « réalisme phénoménologique » remplace le sempiternel « petit fait vrai » ; que, dans le dialogue, la « sous-conversation » vienne suppléer l'artificielle « conversation »... Ainsi l'écrivain exigeant pourra-t-il rendre ces « tropismes » qui seul intéressent Nathalie Sarraute : « mouvements indéfinissables, qui glissent très rapidement aux limites de notre conscience ; ils sont à l'origine de nos gestes, de nos paroles, des sentiments que nous manifestons, que nous croyons éprouver et qu'il est possible de définir. Ils me paraissaient et me paraissent encore constituer la source secrète de notre existence ». On voit que si, par sa critique d'un certain académisme et son reje [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  L'ÈRE DU SOUPÇON, Nathalie Sarraute  » est également traité dans :

RÉALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Gerald M. ACKERMAN, 
  • Henri MITTERAND
  •  • 6 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La littérature comme reflet de la réalité »  : […] Pourtant, cette étiquette a fait fortune au xix e  siècle, et encore au xx e . Les points de repère abondent. C'est Stendhal, définissant le roman comme un miroir que l'on promène le long d'une grande route. C'est Balzac, se donnant dans l'avant-propos à La Comédie humaine « un plan qui embrasse à la fois l'histoire et la critique de la Société, l'analyse de ses maux et la discussion de ses princ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-art-et-litterature/#i_35935

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 683 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Influences, ruptures et manifestes »  : […] Le nouveau roman est spécifiquement français, voire parisien (ce qui ne l'a pas empêché de connaître une grande fortune à l'étranger, notamment aux États-Unis). Cette origine se perçoit à l'adjectif « nouveau », qui a servi, chez nous, d'autres effets de mode. On l'expliquera par la tradition du roman français, réputée pour ses vertus de clarté et pour la priorité qu'elle accorde à la psychologie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_35935

SARRAUTE NATHALIE (1900-1999)

  • Écrit par 
  • Marianne ALPHANT
  •  • 2 476 mots
  •  • 1 média

Si l'on peut faire remonter au recueil de L'Ère du soupçon , paru en 1956, le rayonnement de l'œuvre de Nathalie Sarraute, l'une des plus neuves et des plus marquantes de notre époque, c'est parce que s'y trouve alors abordée pour la première fois l'idée d'une crise du roman, idée partagée par un certain nombre d'écrivains dont l'œuvre serait rangée sous l'étiquette du Nouveau Roman. Il ne s'agis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nathalie-sarraute/#i_35935

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « L'ÈRE DU SOUPÇON, Nathalie Sarraute - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ere-du-soupcon/