L'ARMÉNIE, DES ORIGINES AU IVe SIÈCLE (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En faisant découvrir au grand public les trésors de l'Arménie ancienne, l'exposition L'Arménie des origines au IVe siècle organisée à Nantes du 23 mars au 15 septembre 1996, au musée Dobrée, a été l'une des manifestations les plus originales de l'année 1996. Le projet de l'exposition est né au cours d'une mission humanitaire, au lendemain du séisme qui ravagea l'Arménie soviétique en 1988. Sa réalisation par le commissaire Jacques Santrot nécessita l'engagement du conseil général de la Loire-Atlantique et donna la preuve de la vitalité des relations entre la France et l'Arménie indépendante, depuis 1991. Deux comités scientifiques, l'un arménien présidé par Aram Kalantarian, directeur de l'Institut d'archéologie et d'ethnographie d'Erevan, l'autre international présidé par Paul Bernard, spécialiste de l'histoire de l'expansion grecque en Asie, ont présidé au choix des objets, ont discuté leur datation, leur attribution et leur interprétation, opérations d'autant plus indispensables que le champ couvert par l'exposition s'étendait de la préhistoire au début de l'ère chrétienne, que certains des objets provenaient de découvertes fortuites ou de fouilles récentes et que leur étude relevait de disciplines variées.

Quelques rares pièces majeures étaient prêtées par le musée du Louvre, le British Museum, le Museum zu Allerheiligen de Schaffhausen, le cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France et la bibliothèque de l'Institut de France. Mais la plupart des deux cent soixante-neuf pièces exposées, ainsi que neuf autres hors catalogue, destinées à remplacer les pièces transférées à Paris à l'occasion de la remarquable exposition corollaire Arménie entre Orient et Occident qui s'est tenue à la Bibliothèque nationale de France du 14 juin au 20 octobre 1996, provenaient des collections des musées arméniens d'Erevan, de Sardarapat, de Gumri. Révélant l'ancienneté, la richesse et la diversité de l'héritage culturel arménien, l'exposition de Nantes a été un événement, car, à l'exception de quelques objets déjà vus dans deux expositions, à Paris en 1970 et à Bochum en 1995, beaucoup d'œuvres sortaient pour la première fois d'Arménie.

Située au nord de l'Assyrie, au sud du Caucase, à l'est de l'Anatolie, au nord-ouest du plateau iranien, définie très souvent par référence aux sociétés et aux États qui y sont apparus, soumise aux influences du monde grec, pénétrée par les incursions des nomades des steppes, l'Arménie a été un carrefour de civilisations. Selon les termes de Véronique Schiltz dans un des remarquables articles du catalogue, à la fois livre d'art et ouvrage d'érudition, « c'est d'abord un territoire qui fait l'unité de cette exposition ». Ce territoire, celui de l'actuelle république d'Arménie, est réduit à la partie septentrionale de la Grande Arménie et reste, malgré sa prodigieuse richesse archéologique, un champ de recherche encore à peine exploité. Un parcours chronologique ponctué de cartes, de photographies, de panneaux didactiques était proposé au spectateur. Il lui était aussi rappelé que l'Arménie a été une terre de mythes où se sont mêlées les traditions mésopotamiennes, bibliques, iraniennes et grecques, une terre peuplée de dragons et de géants substituts des Scythes, de héros tels Prométhée et des Amazones, qui échappent aux normes de l'espèce humaine. Terre de mythes, l'Arménie a également été une terre des origines. C'est là, au pied de l'Ararat, la montagne sacrée, que l'humanité aurait pris un nouveau départ après le Déluge.

Cette présentation classique, où se lisait le penchant des archéologues ex-soviétiques pour les théories qui mettent l'accent sur l'évolution des sociétés et pour l'histoire comparée, était heureusement compensée par la nouveauté et la beauté des œuvres exposées. Le début de l'exposition était placé sous le règne de l'obsidienne, matériau par excellence des industries lithiques, qui a été un objet de « commerce international » pendant la préhistoire. Ces gisements auraient fixé les premières implantations humaines dans la chaîne de l'Aragatz. Un grand nucléus prismatique, des bifaces, des lames attestaient la lente évolution, mais aussi l'unité fondamentale des industries du Paléolithique et du Mésolithique.

Au cours du VIIe millénaire, l'Arménie a participé à la révolution néolithique, elle a connu la domestication des plantes et des animaux. L'apparition d'une culture du cuivre et de la terre cuite au Chalcolithique et au Bronze ancien a donné naissance à une culture locale « kouro-araxienne » (4000-2200 av. J.-C.). Un support de foyer aux deux béliers, des figurines féminines, un vase polychrome orné d'un registre d'oiseaux témoignaient des progrès techniques et artistiques. Les pièces trouvées dans le trésor du kourgane princier de Kharachamb, daté du xxiie siècle avant J.-C., un collier d'or à pectoral de cornaline, plusieurs gobelets en or, une hachette de cérémonie en argent et surtout un très beau gobelet cylindrique en argent orné de scènes de chasse royale sont déjà des œuvres accomplies.

La période charnière entre le Bronze final et le Fer ancien a été très productive en Arménie, où les contacts avec les cultures voisines sont nettement perceptibles. Diverses nécropoles ont livré des armes, des ornements de char zoomorphes, des bijoux, des vases, des coupes. Datée du Ier millénaire avant J.-C., la tête d'un prince à tiare radiée est une sculpture raffinée qui attirait l'attention des visiteurs. Objets de commentaires savants, une ceinture-calendrier, des pétroglyphes, certains motifs décoratifs de céramiques seraient liés à la mesure du temps, et à l'existence en Arménie d'un calendrier solaire similaire au calendrier iranien.

L'exposition consacrait une large place au royaume d'Ourartou. Ce puissant royaume qui émerge au ixe siècle avant J.-C. et s'effondre au viie siècle, peut-être sous les coups conjugués des Mèdes et des Scythes, a occupé un vaste territoire entre la Koura, l'Euphrate et le Tigre. L'histoire, l'organisation étatique et militaire du royaume d'Ourartou, dont les capitales Touchpa (Van en Turquie), Arguichtikhinili (Armavir), Erebouni (Erevan) ont laissé des vestiges mégalithiques, ont été étudiées par le Russe B. B. Piotrovski mais restent trop souvent ignorées en Occident. Les affrontements et les contacts constants avec l'Assyrie ont laissé leur marque sur la civilisation ourartéenne : sa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Anahide TER MINASSIAN, « L'ARMÉNIE, DES ORIGINES AU IVe SIÈCLE (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-armenie-des-origines-au-ive-siecle/