EREVAN ou ERIVAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bâtie dans une cuvette, à 900 mètres d'altitude, Erevan, la capitale de l'Arménie, est traversée par la rivière Hrazdan, émissaire du lac Sevan, et entourée de cinq collines densément urbanisées. À l'origine, Erebouni, forteresse ourartéenne (viie s. av. J.-C.), lui aurait donné son nom. Capitale d'un khanat persan au xviiie siècle, puis annexée à l'empire russe en 1827, Erevan n'était alors qu'une bourgade au rayonnement limité.

Arménie : carte administrative

Arménie : carte administrative

Carte

Carte administrative de l'Arménie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

C'est à l'époque soviétique que l'urbanisation a explosé, en relation avec l'industrialisation massive de l'Arménie. De 30 000 habitants en 1920, la capitale de la République socialiste soviétique d'Arménie passe à 760 000 en 1970 et à 1,5 million d'habitants, lors de l'indépendance (1991). La construction de la ville soviétique s'est effectuée en deux temps. D'abord, durant la période stalinienne, avec des architectes et urbanistes « traditionalistes », comme Alexandre Tamanian (1878-1936), qui utilisaient des matériaux locaux avec un art conférant une certaine « arménité » aux quartiers construits : Erevan fut alors dénommée la « ville rose », en raison de la couleur du tuf volcanique couvrant ses façades. Puis, avec les « constructivistes », tenants de l'architecture prolétarienne, les immeubles standards couvrent les collines ceinturant la ville : le plan central est alors conçu en damier avec, au centre, la place Lénine – aujourd'hui place de la République – et l'Opéra.

Jusqu'à 1991, l'industrie, fonction principale de la capitale, marque la morphologie urbaine par l'emprise d'énormes infrastructures. Les services étaient alors essentiellement ceux du monde socialiste, laissant peu de place aux commerces. Quinze ans après l'indépendance, la fonctionnalité de la ville a considérablement changé, marquant un ralentissement de sa fonction industrielle, le développement d'un nouvel urbanisme et l'explosion des services marchands et de la publicité. Depuis 2000, d'énormes travaux de rénovation ont été entrepris dans le centre d'Erevan, grâce au financement du milliardaire américain d'origine arménienne [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  EREVAN ou ERIVAN  » est également traité dans :

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 737 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Population, urbanisation et société »  : […] Au recensement de 2011, la république d'Arménie comptait officiellement 2 871 500 habitants contre 3 800 000 en 1991. Fuyant le chaos postsoviétique, les forces vives ont quitté le pays. Aspirés par la diaspora arménienne dans le monde, les émigrants contribuent à l'amélioration du revenu familial mais affaiblissent le potentiel humain du pays. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armenie/#i_37541

Pour citer l’article

Françoise ARDILLIER-CARRAS, « EREVAN ou ERIVAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/erevan-erivan/