Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KOFFKA KURT (1886-1941)

L'un des principaux théoriciens du mouvement gestaltiste. Né à Berlin, où il fait ses études, Koffka s'intéresse vivement à la science et à la philosophie. Il suit les cours de Carl Stumpf et obtient son doctorat en 1909. En 1910 commence sa fructueuse collaboration avec Max Wertheimer et Wolfgang Köhler, à Francfort, puis à Giessen, où il reste jusqu'en 1924. Après la Première Guerre mondiale, il répond à la curiosité des Américains concernant le mouvement gestaltiste en écrivant, pour le Psychological Bulletin, un article sur la perception (1922). En 1927, il quitte l'Allemagne pour les États-Unis où il devient professeur à Smith College. Il y reste jusqu'en 1941. Parmi ses livres, on peut citer celui qu'il consacra au développement de l'enfant, La Croissance de l'intelligence (The Growth of the Mind, 1921), et son traité sur la théorie de la forme, Les Principes de la psychologie de la forme (Principles of Gestalt Psychology, 1938).

En Allemagne, Koffka participa au mouvement gestaltiste qui critiquait le structuralisme de Wilhelm Wundt à l'aide de trois arguments fondamentaux : les données primaires de la perception ne sont pas des sensations élémentaires, mais des formes, c'est-à-dire des totalités structurées ; l'expérience mentale complexe peut donner lieu à des observations et à des expériences fructueuses ; l'introspection n'est pas adultérée quand elle porte sur des totalités significatives comme telles, plutôt que sur des sensations.

L'expatriation des chefs de file du mouvement aux États-Unis aurait pu considérablement réduire leur entreprise critique ; il n'en fut rien. Si les gestaltistes reconnaissent la portée historique de la révolution béhavioriste, ils n'en contestent pas moins sa philosophie réductionniste et associationniste : par exemple, ils considèrent que, sur le plan épistémologique, la différence n'est pas très grande entre une psychologie qui se fonde sur l'expérience subjective de sensations élémentaires et une psychologie qui se construit à partir de l'expérience objective de comportements réduits à une somme de réflexes. D'autre part, avec Koffka, les gestaltistes contestent la condamnation sans appel que fait le béhaviorisme de l'introspection, de la conscience et de la vie mentale en général. Pour eux, la verbalisation de l'expérience directe, les comptes rendus naïfs et l'intérêt pour les activités mentales sont nécessaires pour mener à bien l'entreprise de construire une science psychologique.

L'analyse de l'organisation sensorielle et des phénomènes perceptifs a joué un rôle central dans l'élaboration des principes de la théorie de la forme. Les résultats obtenus dans le domaine du mouvement apparent, des constances perceptives, des contrastes ou des posteffets figuraux vont tenir lieu en quelque sorte de modèle pour l'analyse d'autres activités mentales complexes : ainsi, la transduction de l'expérience temporelle en expérience spatiale au niveau du cerveau rend les phénomènes de mémoire interprétables dans le cadre des principes établis pour la perception ; de même, les analogies qui existent entre les activités perceptives et les activités cognitives seront à l'origine de la théorie de l'insight et des principes qui régissent le champ intellectuel.

— Pierre LECOCQ

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien professeur de psychologie comportementale à l'université de Lille-III

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • FINALITÉ

    • Écrit par Raymond RUYER
    • 6 624 mots
    ...circuits tout préparés, conduirait le pouce vers la bouche. Ce mécanisme pur suppose une finalité dans l'agencement des conducteurs nerveux. Mais, remarque Koffka, les choses se passent tout autrement : l'enfant s'arrange pour trouver son pouce aussi bien en tournant la tête qu'en bougeant son bras ou sa main....
  • PSYCHIATRIE

    • Écrit par Jean AYME, François CAROLI, Universalis, Chantal GUÉNIOT, Georges LANTERI-LAURA, Frédéric ROUILLON
    • 16 781 mots
    ...théorique, mais aussi avec des incidences pratiques, par plusieurs courants. La psychologie de la forme, ou gestalt-théorie, principalement représentée par Kurt Koffka (1886-1941), lui fournit une conception et un usage rationnel des notions de totalité, irréductible à la somme de ses parties, et de structure,...