KOFFKA KURT (1886-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des principaux théoriciens du mouvement gestaltiste. Né à Berlin, où il fait ses études, Koffka s'intéresse vivement à la science et à la philosophie. Il suit les cours de Carl Stumpf et obtient son doctorat en 1909. En 1910 commence sa fructueuse collaboration avec Max Wertheimer et Wolfgang Köhler, à Francfort, puis à Giessen, où il reste jusqu'en 1924. Après la Première Guerre mondiale, il répond à la curiosité des Américains concernant le mouvement gestaltiste en écrivant, pour le Psychological Bulletin, un article sur la perception (1922). En 1927, il quitte l'Allemagne pour les États-Unis où il devient professeur à Smith College. Il y reste jusqu'en 1941. Parmi ses livres, on peut citer celui qu'il consacra au développement de l'enfant, La Croissance de l'intelligence (The Growth of the Mind, 1921), et son traité sur la théorie de la forme, Les Principes de la psychologie de la forme (Principles of Gestalt Psychology, 1938).

En Allemagne, Koffka participa au mouvement gestaltiste qui critiquait le structuralisme de Wilhelm Wundt à l'aide de trois arguments fondamentaux : les données primaires de la perception ne sont pas des sensations élémentaires, mais des formes, c'est-à-dire des totalités structurées ; l'expérience mentale complexe peut donner lieu à des observations et à des expériences fructueuses ; l'introspection n'est pas adultérée quand elle porte sur des totalités significatives comme telles, plutôt que sur des sensations.

L'expatriation des chefs de file du mouvement aux États-Unis aurait pu considérablement réduire leur entreprise critique ; il n'en fut rien. Si les gestaltistes reconnaissent la portée historique de la révolution béhavioriste, ils n'en contestent pas moins sa philosophie réductionniste et associationniste : par exemple, il [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien professeur de psychologie comportementale à l'université de Lille-III

Classification


Autres références

«  KOFFKA KURT (1886-1941)  » est également traité dans :

FINALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond RUYER
  •  • 6 602 mots

Dans le chapitre « L'effet de Gestalt »  : […] Soit un nouveau-né, s'efforçant de sucer son pouce. Selon le mécanisme pur, un fonctionnement nerveux, en des circuits tout préparés, conduirait le pouce vers la bouche. Ce mécanisme pur suppose une finalité dans l'agencement des conducteurs nerveux. Mais, remarque Koffka, les choses se passent tout autrement : l'enfant s'arrange pour trouver son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/finalite/#i_39017

PSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Jean AYME, 
  • François CAROLI, 
  • Georges LANTERI-LAURA, 
  • Jean-Michel THURIN
  •  • 17 779 mots

Dans le chapitre « La psychiatrie moderne »  : […] La période de la psychiatrie moderne commence de façon conventionnelle avec le congrès de Genève-Lausanne, en 1926, où Eugen Bleuler expose en français sa conception de la schizophrénie, pour s'achever à la mort d'Henri Ey (1900-1977). Elle est marquée par certaines influences importantes qui vont réorienter la psychiatrie, par un développement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie/#i_39017

Pour citer l’article

Pierre LECOCQ, « KOFFKA KURT - (1886-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-koffka/