Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

WERTHEIMER MAX (1880-1943)

Un des maîtres de l'école gestaltiste. Né à Prague, Wertheimer étudie le droit pendant deux ans et demi à l'université. Il s'oriente ensuite vers la philosophie et la psychologie et suit les cours de C. von Ehrenfels, C. Stumpf et O. Külpe jusqu'en 1904. Il enseigne à Francfort de 1912 à 1916, puis à Berlin, puis de nouveau à Francfort à partir de 1929. Il fait partie du premier groupe de réfugiés qui, en 1933, s'exilent aux États-Unis, chassés par le nazisme. En 1934, il est professeur associé à la New School for Social Research de New York. Bien qu'on le regarde comme le chef de file de l'école gestaltiste, sa production fut minime : il convient cependant de citer ses articles, de 1912 à 1923, sur le mouvement apparent et sur le groupement perceptif, et son livre posthume : La Pensée productive (Productive Thinking, 1945).

C'est Wertheimer qui imagina l'expérience cruciale qui devait constituer, à ses yeux, une réfutation sans appel du structuralisme de Wundt : l'expérience sur le mouvement apparent, réalisée à Francfort avec W. Köhler et K. Koffka comme sujets. Si dans un tachystoscope on illumine successivement deux fentes, dont l'une est verticale et l'autre inclinée d'environ 25 degrés par rapport à la précédente, la perception que l'on a des raies lumineuses projetées dépend de l'intervalle temporel séparant les deux illuminations. Avec un intervalle de 200 millisecondes, on perçoit successivement deux raies ; quand l'intervalle est de 20 millisecondes, on perçoit les deux raies simultanément ; mais, pour un intervalle optimal de 50 à 60 millisecondes, on perçoit les raies comme si elles se déplaçaient de l'une vers l'autre. Ce phénomènephi, comme l'appelle Wertheimer, récuse l'explication élémentariste de Wundt : on perçoit des totalités structurées, dont l'organisation est irréductible à la simple somme de leurs composantes.

Dans son article de 1923, Wertheimer reprend cette idée et l'étend à toute la perception. Pour lui, l'organisation perceptive est immédiate et spontanée ; elle n'est donc pas soumise à l'apprentissage. Les percepts sont des totalités et non des collections d'éléments associés. Le cerveau est un système dynamique où tous les éléments actifs à un moment donné entrent en interaction : les éléments similaires tendent à se combiner, les éléments dissemblables à se dissocier. Wertheimer énonce alors les quatre principes d'organisation de la perception : les principes de proximité, de similarité, de fermeture et de prégnance.

Dans son livre de 1945, Wertheimer applique les principes gestaltistes à la pensée créatrice de l'homme. Ses intérêts se portent aussi bien sur l'enseignement des mathématiques et sur la résolution de problèmes que sur les processus de pensée qui ont amené Einstein à découvrir la relativité. Toute situation problématique a une structure. Si l'on fait apprendre par cœur à un enfant que la surface d'un rectangle est égale à L Œ l, cette information n'est pas généralisable. Si on lui fait découvrir la structure des opérations relatives à ce calcul, il pourra construire lui-même les formules donnant la surface d'autres figures. La compétence acquise dans cette situation est transférable à d'autres situations.

— Pierre LECOCQ

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien professeur de psychologie comportementale à l'université de Lille-III

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ASCH SOLOMON (1907-1996)

    • Écrit par Olivier KLEIN
    • 306 mots

    Psychologue social d'inspiration gestaltiste, Solomon Asch soulignait la nécessité d'envisager l'individu dans sa globalité en prenant en compte le contexte dans lequel s'insère le comportement social. Né à Varsovie en 1907, il émigre à New York avec sa famille en 1920. Il effectue un doctorat sur...

  • GESTALTISME

    • Écrit par Georges THINÈS
    • 6 590 mots
    • 2 médias
    ...mouvements qui lui succédèrent. Elle devait inaugurer, à long terme, l'un des chapitres les plus importants de la psychologie des perceptions. En 1912, Max Wertheimer publia ses Experimentelle Studien über das Sehen von Bewegung (Études expérimentales sur la perception du mouvement), dans lesquelles...