WERTHEIMER MAX (1880-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des maîtres de l'école gestaltiste. Né à Prague, Wertheimer étudie le droit pendant deux ans et demi à l'université. Il s'oriente ensuite vers la philosophie et la psychologie et suit les cours de C. von Ehrenfels, C. Stumpf et O. Külpe jusqu'en 1904. Il enseigne à Francfort de 1912 à 1916, puis à Berlin, puis de nouveau à Francfort à partir de 1929. Il fait partie du premier groupe de réfugiés qui, en 1933, s'exilent aux États-Unis, chassés par le nazisme. En 1934, il est professeur associé à la New School for Social Research de New York. Bien qu'on le regarde comme le chef de file de l'école gestaltiste, sa production fut minime : il convient cependant de citer ses articles, de 1912 à 1923, sur le mouvement apparent et sur le groupement perceptif, et son livre posthume : La Pensée productive (Productive Thinking, 1945).

C'est Wertheimer qui imagina l'expérience cruciale qui devait constituer, à ses yeux, une réfutation sans appel du structuralisme de Wundt : l'expérience sur le mouvement apparent, réalisée à Francfort avec W. Köhler et K. Koffka comme sujets. Si dans un tachystoscope on illumine successivement deux fentes, dont l'une est verticale et l'autre inclinée d'environ 25 degrés par rapport à la précédente, la perception que l'on a des raies lumineuses projetées dépend de l'intervalle temporel séparant les deux illuminations. Avec un intervalle de 200 millisecondes, on perçoit successivement deux raies ; quand l'intervalle est de 20 millisecondes, on perçoit les deux raies simultanément ; mais, pour un intervalle optimal de 50 à 60 millisecondes, on perçoit les raies comme si elles se déplaçaient de l'une vers l'autre. Ce phénomène phi, comme l'appelle Wertheimer, récuse l'explication élémentariste de Wundt : on perçoit des totalités structurées, dont l'organisation est irréductible à la simple somme de leurs composantes.

Dans son article de 1923, Wertheimer reprend cette idée et l'étend à toute la perception. Pour lui, l'organ [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien professeur de psychologie comportementale à l'université de Lille-III

Classification


Autres références

«  WERTHEIMER MAX (1880-1943)  » est également traité dans :

ASCH SOLOMON (1907-1996)

  • Écrit par 
  • Olivier KLEIN
  •  • 305 mots

Psychologue social d'inspiration gestaltiste, Solomon Asch soulignait la nécessité d'envisager l'individu dans sa globalité en prenant en compte le contexte dans lequel s'insère le comportement social. Né à Varsovie en 1907, il émigre à New York avec sa famille en 1920. Il effectue un doctorat sur l'apprentissage à Columbia avant d'enseigner à Bro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/solomon-asch/#i_30873

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les précurseurs »  : […] En 1830, le physicien belge Joseph Plateau construisit un dispositif qu'il destinait à l'étude des lois de la vision. Cet appareil, appelé «  phénakistiscope », était constitué de deux disques parallèles. L'un, divisé en secteurs, portait les images successives d'un personnage en mouvement ; l'autre, percé de fentes radiales, permettait de voir le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestaltisme/#i_30873

Pour citer l’article

Pierre LECOCQ, « WERTHEIMER MAX - (1880-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-wertheimer/