ARROW KENNETH JOSEPH (1921-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Croissance et progrès technique

Dans les années 1960, les échanges entre Paul Samuelson et Joan Robinson sur l'origine de la croissance, connus sous le nom de « Querelle des deux Cambridge », passionnent les économistes. Arrow décide de s'investir dans le débat sur la croissance, mais à sa manière, c'est-à-dire en refusant toute polémique, en cherchant à ne froisser personne et en essayant d'explorer en profondeur tous les aspects du problème. Parmi les éléments de la croissance qui lui paraissent absents du débat, il y a le processus d'apprentissage (il lance en 1962 la formule « learning by doing »). En effet, si, comme tous les économistes, il associe la croissance de long terme à l'évolution de la productivité, il considère que cette productivité augmente certes avec le progrès technique, avec la formation des travailleurs mais aussi, plus simplement, avec l'expérience des gens qui travaillent. D'où l'intérêt des entreprises et de la société à ce que les salariés ne quittent pas trop vite leur fonction, soit de leur fait, soit du fait de restructurations répétées. Il amorce ainsi les travaux connus dans les années 1980 sous le nom de théorie de la croissance endogène, c'est-à-dire des facteurs de croissance qui reposent sur l'amélioration globale de la qualité du travail fourni.

Dans ses travaux sur la croissance, il utilise une fonction de production dite à élasticité de substitution constante (en anglais constant elasticity of substitution, soit C.E.S.) appelée depuis une fonction C.E.S. d'Arrow. Les processus de production décrits par cette fonction sont ceux où l'arbitrage entre capital et travail ne dépend pas de la taille de l'entreprise.

Le but ultime de ses recherches sur la croissance est d'essayer de comprendre le rôle effectif du progrès technique. Mêlant considérations mathématiques, analyses historiques et réflexions personnelles sur la motivation de l'innovation, Arrow conclut que le progrès technique est non seuleme [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARROW KENNETH JOSEPH (1921-2017)  » est également traité dans :

CHOIX COLLECTIFS ET PRÉFÉRENCES INDIVIDUELLES, Kenneth Joseph Arrow - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 038 mots

Dans sa Préface à l'édition française de Choix collectifs et préférences individuelles, Kenneth J. Arrow (Prix Nobel d'économie en 1972) présente son ouvrage, initialement publié en 1951, comme un « retour aux sources » de la mathématique sociale de Condorcet et des Lumières françaises. Et il est vrai que le projet arrovien tout entier, […] Lire la suite

ASSURANCE - Économie de l'assurance

  • Écrit par 
  • Pierre PICARD
  •  • 5 618 mots

Dans le chapitre « Franchise, coassurance et plafond de couverture »  : […] La plupart des polices d'assurance couvrent des risques qui se matérialisent par des dommages plus ou moins importants. La police d'assurance définit le barème des indemnités en fonction des dommages. Elle peut incorporer une franchise (c'est-à-dire un seuil minimal de dommages au-dessous duquel aucune indemnité n'est payée), une clause de coassurance (c'est-à-dire un dispositif répartissant l'ac […] Lire la suite

CHOIX COLLECTIF ET BIEN-ÊTRE SOCIAL, Amartya Kumar Sen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 131 mots

Dans le chapitre « Développer la théorie du choix social »  : […] Sen part du théorème d'Arrow qui énonce que, sous certaines hypothèses, il est impossible de trouver une procédure de choix collective et rationnelle qui agrège les préférences individuelles. Parmi ces hypothèses, trois sont particulièrement importantes : l'ordinalité (on ne fait que classer des préférences sans mesurer leur intensité) ; l'universalité des préférences (toutes les préférences sont […] Lire la suite

COÛT SOCIAL

  • Écrit par 
  • Xavier GREFFE
  •  • 4 114 mots

Dans le chapitre « Le théorème de Coase est-il valide ? »  : […] Auparavant, on peut se demander si le théorème de Coase mérite l'attention et la fiabilité qui lui ont été prêtées. Rien n'est moins sûr. Considérons la première version du théorème, celle où le libre échange des droits de propriété suffirait à régler le problème du coût social. Kenneth J.  Arrow a montré, dès 1969, qu'un tel marché ne pouvait fonctionner de manière correcte, et qu'il déboucherait […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

Dans le chapitre « Économie et idéologie »  : […] Le désir de prouver que la science économique serait différente des autres sciences humaines et sociales, parce qu'elle peut être mise sous forme mathématique conduit aussi à des aberrations. C'est ainsi que la théorie actuellement dominante sur la formation des prix a été à l'origine proposée dans les années 1870 par Léon Walras, qui cherchait surtout à déterminer des prix qui soient, selon lui, […] Lire la suite

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « Choix social »  : […] Lorsque deux mesures concurrentes permettent l'une et l'autre d'augmenter l'efficacité économique et recueilleraient chacune l'unanimité si elles étaient proposées isolément, rien n'assure que le choix entre les deux puisse se faire à l'unanimité. Pour choisir, il faut disposer d'une règle d'agrégation des intérêts privés qui puisse représenter l'intérêt collectif. La théorie du « choix social » é […] Lire la suite

LA DÉMOCRATIE ET LE MARCHÉ (J.-P. Fitoussi)

  • Écrit par 
  • Jézabel SOUBEYRAN
  •  • 1 111 mots

Deux discours s'affrontent généralement en ce qui concerne la relation entre le marché et la puissance publique. Pour les thuriféraires du marché, l'intervention de l'État interfère avec les mécanismes du marché, dont elle réduit l'efficacité. Aux antipodes, il y a ceux pour qui la progression du marché dans le processus actuel de globalisation condamnerait l'État à l'impuissance. Dans son essai […] Lire la suite

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Les grandes étapes de l'économie mathématique »  : […] En Angleterre, à la fin du xvii e  siècle, William Petty prône l'usage du calcul pour rationaliser l'action publique. Il nomme « arithmétique politique » sa méthode, l'appliquant à ce que l'on appellerait aujourd'hui de l'économie, de la démographie et de la statistique descriptives ( Political Arithmetick , 1690). On doit à ses disciples la loi de King, qui indique de combien varie le prix du bl […] Lire la suite

MICROÉCONOMIE - Théorie de l'équilibre général

  • Écrit par 
  • Antoine d' AUTUME
  •  • 1 682 mots

La théorie de l'équilibre général étudie l'allocation des ressources dans le cadre d'une économie de marché où règne la concurrence parfaite. Elle met en lumière la manière dont les marchés et les prix assurent la coordination des activités économiques. Se trouve ainsi formalisée l'idée avancée en 1776 par Adam Smith dans La Richesse des nations , selon laquelle c'est la « main invisible » des mar […] Lire la suite

MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 4 768 mots

Dans le chapitre « Le théorème d'impossibilité »  : […] L'idéal serait d'avoir une règle qui permette de déduire un classement collectif cohérent à partir des classements individuels ; il suffirait alors de choisir l'alternative la plus haute dans ce classement, compte tenu des ressources dont dispose la société, pour résoudre sans contestation possible, le problème du bien-être collectif. En fait, une telle règle n'existe pas. Il y a plus de deux sièc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marc DANIEL, « ARROW KENNETH JOSEPH - (1921-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kenneth-joseph-arrow/