CHOIX COLLECTIFS ET PRÉFÉRENCES INDIVIDUELLES, Kenneth Joseph ArrowFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans sa Préface à l'édition française de Choix collectifs et préférences individuelles, Kenneth J. Arrow (Prix Nobel d'économie en 1972) présente son ouvrage, initialement publié en 1951, comme un « retour aux sources » de la mathématique sociale de Condorcet et des Lumières françaises. Et il est vrai que le projet arrovien tout entier, même s'il s'inspire aussi de l'économie du bien-être développée depuis Vilfredo Pareto, peut être compris dans cette tradition : construire, au plus haut degré de généralité possible, une analyse formelle des procédures de choix collectifs. La fécondité de la méthode se révèle alors aussi bien au niveau des résultats immédiats – le célèbre « théorème d'impossibilité » – que de ses développements ultérieurs. Elle ouvre ainsi sur un champ de recherche nouveau appelé à remplacer l'économie du bien-être, la théorie du choix social.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : enseignant-chercheur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CHOIX COLLECTIFS ET PRÉFÉRENCES INDIVIDUELLES, Kenneth Joseph Arrow  » est également traité dans :

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « Choix social »  : […] Lorsque deux mesures concurrentes permettent l'une et l'autre d'augmenter l'efficacité économique et recueilleraient chacune l'unanimité si elles étaient proposées isolément, rien n'assure que le choix entre les deux puisse se faire à l'unanimité. Pour choisir, il faut disposer d'une règle d'agrégation des intérêts privés qui puisse représenter l'intérêt collectif. La théorie du « choix social » é […] Lire la suite

MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 4 768 mots

Dans le chapitre « Le théorème d'impossibilité »  : […] L'idéal serait d'avoir une règle qui permette de déduire un classement collectif cohérent à partir des classements individuels ; il suffirait alors de choisir l'alternative la plus haute dans ce classement, compte tenu des ressources dont dispose la société, pour résoudre sans contestation possible, le problème du bien-être collectif. En fait, une telle règle n'existe pas. Il y a plus de deux sièc […] Lire la suite

NOUVELLE ÉCONOMIE POLITIQUE, analyse économique du vote

  • Écrit par 
  • Jean-François LASLIER
  •  • 7 212 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La règle majoritaire »  : […] Par définition, la règle majoritaire est l'exigence que, entre deux possibilités sur lesquelles des individus expriment leur préférence, on retienne la possibilité préférée par le plus grand nombre d'entre eux. Dans le cadre de préférences individuelles unimodales qu'on vient de décrire, la règle majoritaire possède une propriété remarquable : aucune autre politique ne peut être préférée par une […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Samuel FEREY, « CHOIX COLLECTIFS ET PRÉFÉRENCES INDIVIDUELLES, Kenneth Joseph Arrow - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/choix-collectifs-et-preferences-individuelles/