KEATON BUSTER(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

4 octobre 1895 Naissance de Joseph Frank Keaton à Piqua (ou Pickway, Kansas). Ses parents, Joe et Myra, sont des acteurs qui participent à des tournées ambulantes avec le prestidigitateur Harry Houdini qui donnera à l'enfant le surnom de « Buster ». Dès l'âge de trois ans, il se produit sur scène avec eux.

1899 Les Trois Keaton abandonnent les tournées pour le vaudeville. Ils connaissent de nombreux ennuis et interdictions, surtout à New York, en raison de la violence subie par le jeune Buster dans certains numéros.

1917 L'alcoolisme de Joe Keaton aidant, le trio se sépare. Buster rencontre Roscoe Arbuckle, dit « Fatty », qui le fait entrer à la Comique Film Corporation, récemment fondée par Joseph M. Schenck.

Avril 1917-novembre 1919 C'est l'âge d'or du burlesque. Quinze courts-métrages interprétés par Fatty et Keaton, qui a pris le nom de Malec (ou Frigo), sont écrits et dirigés par Roscoe Arbuckle.

Janvier 1920-mars 1923 Après un long-métrage inspiré par un succès de Broadway et produit par Metro Pictures, dix-neuf courts-métrages sont produits par Joseph Schenck et Buster Keaton. Parmi eux La Maison démontable, L'Épouvantail, Malec chez les fantômes, Malec chez les Indiens.

31 mai 1921 Buster Keaton épouse Natalie Talmadge, dont la sœur Norma, actrice célèbre, est l'épouse de Joseph Schenck.

1923 Comme de nombreux burlesques, Keaton passe au long-métrage. Ses films sont le plus souvent produits par Joseph Schenck et Keaton et distribués par Metro Pictures, puis M.G.M. Tournage des Trois Âges et des Lois de l'hospitalité (1923).

Octobre 1924 Sortie de La Croisière du « Navigator » à New York. Le record des recettes est battu en une seule journée. Keaton devient le plus dangereux rival de Chaplin.

15 mars 1925 Première mondiale de Fiancées en folie au Capitole de New York.

Été 1925 Tournage de Ma Vache et moi (Go West), en Arizona.

1926 Tournage du film le plus coûteux de Keaton, Le Mécano de la « General ». Mais, lors de sa sortie en février 1927, le film connaît un échec retentissant.

Mars-septembre 1927 Tournages de Sportif par amour et Cadet d'eau douce, qui seront à leur tour des échecs commerciaux.

Janvier 1928 Sur les conseils de Schenck, qui se consacre aux Artistes associés, Keaton signe un contrat avec la M.G.M., qui lui ôte bientôt toute liberté.

Septembre 1928 Sortie de The Cameraman, le plus gros succès de la carrière muette de Keaton.

Novembre-décembre 1928 Le Figurant (Spite Marriage) est le dernier film muet de Buster Keaton. L'avènement du parlant met fin à son œuvre proprement personnelle.

Novembre 1928-septembre 1932 Malgré de gros succès, comme Buster s'en va-t-en guerre (1930) et Buster millionnaire (1931), on assiste à une dégradation des rapports entre Keaton et la M.G.M.

1932 Divorce d'avec Natalie Talmage. Ruiné, Keaton sombre dans l'alcoolisme, provoquant des interruptions de tournage.

1932-1933 Keaton est forcé à tourner trois films avec Jimmy Durante, dont il est n'est que le faire-valoir, mais qui rencontrent un certain succès.

2 février 1932 Keaton est licencié par la M.G.M.

1933-1934 Séjours dans des cliniques pour alcoolisme.

1934-1937 Keaton interprète seize films courts pour Educational.

Août-décembre 1934 Tournage en France du Roi des Champs-Élysées, de Max Nosseck, et en Grande-Bretagne d'Un baiser S.V.P., d'Adrien Brunel.

Octobre 1935 Nouvelle hospitalisation, suite à une crise aiguë d'alcoolisme.

1937 M.G.M. emploie Keaton comme réalisateur, conseiller et gagman, en particulier auprès du comique Red Skelton.

1937-1958 Keaton réalise quelques films pour M.G.M., puis Columbia. Il est également scénariste, gagman, acteur dans de nombreux films insignifiants, y compris au Mexique, et à la télévision.

1939 Keaton joue son propre rôle dans Hollywood Cavalcade, d'Irving Cummings et de Malcom St. Clair.

1947 Engagement de quatre semaines au cirque Montmartre-Médrano, à Paris.

Décembre 1949-juin 1950 Donne une émission hebdomadaire, The Buster Keaton Show, sur une télévision de Los Angeles.

1950 Keaton joue son propre rôle dans Sunset Boulevard, de Billy Wilder.

1950-1954 Trois nouvelles saisons au cirque Médrano, entrecoupées d'une tournée en Angleterre et en Écosse.

1952 Keaton joue au côté de Chaplin dans Limelight (Les Feux de la rampe).

Décembre 1955 Nouve [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  KEATON BUSTER (1895-1966)  » est également traité dans :

KEATON BUSTER

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 2 077 mots
  •  • 2 médias

« Du mécanique, plaqué sur du vivant » : cette célèbre définition du rire par Bergson, qui pourrait mieux l'illustrer que Buster Keaton, « l'homme qui ne riait jamais » ?Le « mécanique » fonde tous les gags de Keaton qui demeure, pour cette raison, le comique de cinéma par excellence, celui qui identifie les lois du rire à celles du « cinématographe » – au s […] Lire la suite

LE MÉCANO DE LA "GENERAL", film de Clyde Bruckman et Buster Keaton

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 892 mots

Le Mécano de la « General » (The General) est l'un des films les plus célèbres de l'ère du muet. Dans la carrière de Buster Keaton (1896-1966) – « l'homme qui ne rit jamais », comme le vantait la publicité officielle des studios –, il se situe à l'exact milieu d'une lignée de longs-métrages acclamés par des génér […] Lire la suite

LE MÉCANO DE LA "GENERAL" (B. Keaton)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 228 mots

« J'étais plus fier de ce film que de tous ceux que j'ai jamais réalisés », déclare Buster Keaton à propos du Mécano de la « General ». Bien des années après sa réalisation, critiques et public confirmeront ce jugement sur une œuvre qui représente un sommet non seulement de l'art muet, mais du cinéma tout court. Le film révélait un […] Lire la suite

ARBUCKLE ROSCOE (1887-1933)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 598 mots

Comédien et réalisateur américain, Roscoe Arbuckle vit sa brillante carrière interrompue par le premier des grands scandales hollywoodiens. Né le 24 mars 1887 à Smith Center, au Kansas, Roscoe Conkling Arbuckle se produit dès l'âge de dix-douze ans dans des spectacles amateurs, dont l'entrée est fixée à cinq dollars. À vingt ans, ce jeune homme est déjà un vieil habitué des spectacles de variété […] Lire la suite

BURLESQUE COMÉDIE, cinéma

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 3 075 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une pléiade de génies »  : […] Comme il était fatal, certaines personnalités émergèrent du bataillon des clowns. Au comique unanimiste, hâtif et inspiré, de Mack Sennett se substituèrent, au cours des années vingt, les silhouettes affirmées de Charlot , Buster Keaton, Harry Langdon, Harold Lloyd, Laurel et Hardy . On ne dira jamais assez la prodigieuse richesse de cette période. Longtemps, Chaplin, seul, retint l'attention, mai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « KEATON BUSTER - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/keaton-reperes-chronologiques/