Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LANDSTEINER KARL (1868-1943)

Le père de l'immunologie sanguine

Immunologie sanguine

Groupes sanguins : réactions

Groupes sanguins : réactions

Le premier travail scientifique sur l'agglutination de certains globules rouges par le sérum d'autres individus paraît en 1900. En 1901, Landsteiner publie un article fondamental : « Über Agglutinationserscheinungen normalen menschlichen Blutes » (Wiener klinische Wochenschrift, 1901), où il définit les réactions des groupes sanguins A, B et O. Ses collaborateurs A. von Decastello et A. Sturli trouvent en 1902 le quatrième groupe, connu actuellement sous le nom AB. Ces réactions figurent dans le tableau.

En outre, immunisant des animaux avec du sang humain, Landsteiner met en évidence les facteurs M, N, P et Rh, ce qui permet à P. Levine, son collaborateur à New York, d'éclaircir les rapports qui existent entre le facteur Rh et la maladie hémolytique du nouveau-né. Landsteiner suppose que le sang d'un individu peut être différencié de celui de toute autre personne par des méthodes sérologiques. Cette hypothèse est aujourd'hui amplement démontrée grâce au grand nombre de facteurs érythrocytaires, leucocytaires et sériques qui ont été identifiés.

Syphilis

Landsteiner démontre que l'on peut utiliser comme antigène, pour la réaction de Wassermann, non seulement des extraits d'organes syphilitiques, mais aussi un extrait de cœur bovin. Il trouve une nouvelle méthode microscopique (éclairage sur fond noir) pour prouver que le Treponema pallidum est bien l'agent de la syphilis. Il démontre que les gommes syphilitiques sont aussi infectieuses et, avec E. Finger, il parvient à reproduire chez le singe les symptômes de la maladie.

Poliomyélite

En injectant à un singe de la moelle épinière homogénéisée d'un enfant mort de poliomyélite, Landsteiner réussit à reproduire les altérations caractéristiques de cette maladie (lésions de la moelle, paralysie). En collaboration avec C. Levaditi (Institut Pasteur, Paris), il décrit une méthode sérologique pour la diagnose de la poliomyélite et un procédé pour conserver le virus.

Sérologie générale

Landsteiner introduit la notion d' haptène : partie de l'antigène qui s'unit avec l'anticorps sans provoquer une immunisation. Il démontre, d'une part, que des substances organiques ayant une structure chimique simple conduisent à une production d'anticorps spécifiques et, d'autre part, que les hémoglobines de divers animaux peuvent être différenciées par des méthodes chimiques et sérologiques. Avec J. Donath, il explique le mécanisme pathogénétique de l'hémoglobinurie paroxystique a frigore (test de Donath-Landsteiner), affection survenant chez des sujets jeunes, souvent des syphilitiques, et dont les manifestations, déclenchées par un refroidissement, consistent en accès d'hémoglobinurie précédés de frissons, d'angoisse et de courbature et accompagnés d'une crise hémoclasique sanguine ; le sérum contient une hémolysine.

Enfin, pour purifier les solutions d'anticorps, qui sont extrêmement importants pour la recherche sérologique, il met au point une technique d'élution thermique.

— Paul SPEISER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de l'Institut für Blutgruppen-serologie der Universitat Wien

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Karl Landsteiner

Karl Landsteiner

Groupes sanguins : réactions

Groupes sanguins : réactions

Autres références

  • GROUPES SANGUINS : KARL LANDSTEINER

    • Écrit par Gabriel GACHELIN
    • 256 mots
    • 1 média

    Karl Landsteiner (1868-1943), médecin viennois en même temps que biochimiste, fut un précurseur de l'étude moléculaire des maladies. Son nom reste surtout attaché à la découverte des groupes sanguins en 1901, pour laquelle il reçut le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1930. On savait...

  • ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

    • Écrit par Bernard HALPERN, Georges HALPERN, Salah MECHERI, Jean-Pierre REVILLARD
    • 12 574 mots
    • 2 médias
    ...fixation sur un substrat, protéinique ou non, de divers radicaux judicieusement choisis. Ces études sur les déterminants antigéniques artificiels ont conduit Landsteiner à la notion d' haptène. L'haptène est un antigène incomplet incapable d'induire par lui-même un état de sensibilisation. Il peut...
  • ANTIGÈNES

    • Écrit par Joseph ALOUF
    • 7 382 mots
    • 5 médias
    ...haptènes, des antigènes (protéines et polyosides) et de leurs fragments obtenus par clivage enzymatique ou chimique avec les anticorps homologues (K.  Landsteiner, M. Heidelberger, E. Kabat, C. Lapresle) : de très nombreux travaux, à partir de 1970 jusqu'à présent, devaient permettre de préciser, sur...
  • IMMUNOLOGIE

    • Écrit par Joseph ALOUF, Pierre GRABAR
    • 5 262 mots
    • 8 médias
    ...sérums des lapins immunisés avec les globules rouges d'un animal d'une autre espèce agglutinaient ces derniers, mais non ceux de lapin. Cependant, en 1902, Landsteiner a démontré l'existence d'hémagglutinines dans des sérums humains pour des érythrocytes d'autres humains, et il a établi l'existence des groupes...
  • POLIOMYÉLITE

    • Écrit par Pierre LÉPINE
    • 3 782 mots
    • 2 médias
    En 1909, à Vienne, K. Landsteiner et E. Popper transmirent la maladie au singe à partir de la moelle d'un enfant mort de paralysie infantile. À Paris, C.  Levaditi et K. Landsteiner démontraient que le virus est filtrable et transmissible par passages en série de singe à singe. La maladie du singe...

Voir aussi