LANDSTEINER KARL (1868-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Karl Landsteiner

Karl Landsteiner
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Groupes sanguins : réactions

Groupes sanguins : réactions
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


La médecine moderne doit beaucoup à l'œuvre de l'Autrichien Landsteiner, le père de l'immunologie sanguine. Non seulement il trouva les groupes sanguins A, B et O, découverte fondamentale qui rendit possible la transfusion du sang, mais encore il fut l'un des investigateurs les plus influents dans les domaines de l'immunologie, de la sérologie et des maladies infectieuses, en particulier de la poliomyélite et de la syphilis.

Karl Landsteiner

Karl Landsteiner

Photographie

Le médecin autrichien Karl Landsteiner (1868-1943), père de l'immunologie sanguine, définit les groupes sanguins A, B et O, et fait avancer la recherche sur le traitement de la syphilis et de la poliomyélite. Il reçoit le prix Nobel de médecine en 1930. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La vocation de sérologiste

Karl Landsteiner, fils de journaliste, est né à Baden en Autriche. Après des études secondaires à Vienne et à Linz, il entre en 1885 à la faculté de médecine de Vienne et passe sa thèse en 1891. Il étudie ensuite la chimie chez Eugen von Bamberger, Arthur Hantzsch et Emil Fischer (prix Nobel 1902). Max von Gruber éveille son intérêt pour la sérologie.

Pendant les années 1897 à 1908, Landsteiner travaille à l'Institut d'anatomie pathologique de l'université de Vienne, dont le directeur est Anton Weichselbaum ; et il découvre le système sanguin ABO. Chargé de cours en anatomie pathologique en 1903, il quitte ses fonctions cinq ans plus tard pour diriger l'Institut de pathologie du Wilhelminenspital, à Vienne. C'est là qu'il réussit à transmettre la poliomyélite humaine au singe. Puis il est nommé successivement professeur (1911) et prosecteur, pendant la Première Guerre mondiale, du kaiserlich-königliches Kriegsspital I à Vienne.

Après la guerre, il s'expatrie à cause des mauvaises conditions de travail et s'installe à La Haye, où il occupe le poste de prosecteur du Rooms-Katholik Ziekenhuis, puis, en 1922, à New York, où il devient membre de l'Institut Rockefeller, et où il reste jusqu'à sa mort. C'est à l'Institut Rockefeller qu'il découvre avec A. S. Wiener et P. Levine les facteurs (antigènes ou agglutinogènes) M, N et Rh. Pour son œuvre, Landsteiner reçoit, entre autres, le prix Hans Aaronsohn en 1926 et le prix Nobel de médecine en 1930 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur de l'Institut für Blutgruppen-serologie der Universitat Wien

Classification


Autres références

«  LANDSTEINER KARL (1868-1943)  » est également traité dans :

GROUPES SANGUINS : KARL LANDSTEINER

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 255 mots
  •  • 1 média

Karl Landsteiner (1868-1943), médecin viennois en même temps que biochimiste, fut un précurseur de l'étude moléculaire des maladies. Son nom reste surtout attaché à la découverte des groupes sanguins en 1901, pour laquelle il reçut le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1930. On savait depuis des années que lorsqu'on mélange les sangs d'animaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupes-sanguins-karl-landsteiner/#i_18942

ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard HALPERN, 
  • Georges HALPERN, 
  • Salah MECHERI, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 12 542 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les allergènes »  : […] Selon les réactions induites, on dénomme antigènes ou allergènes les substances capables de provoquer une réponse immunologique dont le support biochimique est formé par des facteurs spécifiques appelés anticorps . La propriété antigénique est liée à la nature physico-chimique de la molécule et de certains de ses groupements fonct […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allergie-et-hypersensibilite/#i_18942

ANTIGÈNES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 7 370 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les déterminants antigéniques (structure épitopique des Ag) »  : […] Le concept de déterminant (site) antigénique élaboré dès 1950 est actuellement un des paradigmes fondamentaux de l'immunologie. Les premiers travaux qui ont étayé ce concept ont été menés entre 1930 et 1965. Ils concernent l'étude de la réactivité des haptènes, des antigènes (protéines et polyosides) et de leurs fragments obtenus par clivage enzymatique ou chimique avec les anticorps homologues ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigenes/#i_18942

IMMUNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Pierre GRABAR
  •  • 5 242 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'immunologie moléculaire »  : […] En 1892, P. Ehrlich a élaboré une théorie sur l'apparition des anticorps qu'on désigne par « théorie des chaînes latérales ». Les cellules formant les anticorps comporteraient des constituants membranaires capables de fixer spécifiquement des antigènes. Ces chaînes seraient ensuite libérées dans la circulation et seraient les anticorps. Pour expliquer la spécificité de cette fixation, il l'a comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunologie/#i_18942

POLIOMYÉLITE

  • Écrit par 
  • Pierre LÉPINE
  •  • 3 785 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Transmission du virus à l'animal »  : […] En 1909, à Vienne, K.  Landsteiner et E. Popper transmirent la maladie au singe à partir de la moelle d'un enfant mort de paralysie infantile. À Paris, C.  Levaditi et K. Landsteiner démontraient que le virus est filtrable et transmissible par passages en série de singe à singe. La maladie du singe reproduit dans tous ses caractères celle de l'enfant, mais la mortalité atteint jusqu'à 76 p. 100. O […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poliomyelite/#i_18942

SANG - Identité et hérédité

  • Écrit par 
  • Jacques RUFFIÉ, 
  • Jean-Pierre SOULIER
  •  • 5 526 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le système ABO »  : […] La découverte fondamentale des premiers groupes sanguins, c'est-à-dire du système ABO, revient à Landsteiner en 1901. Mettant en contact les globules rouges de certains individus avec le sérum d'autres individus, il remarque que tantôt se produit une agglutination, tantôt il ne se produit rien. Il est alors possible de classer les sujets en quatre groupes : O, A, B, AB. Les sujets du groupe O ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sang-identite-et-heredite/#i_18942

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul SPEISER, « LANDSTEINER KARL - (1868-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-landsteiner/