KALMOUKS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La République socialiste soviétique autonome des Kalmouks

L'avènement du régime communiste va infliger de nouvelles épreuves à ceux des Kalmouks (les Buzāva surtout) qui avaient lié leur destin à l'armée Wrangel. L'exil les mène successivement à Istanbul, puis en Bulgarie ou en Tchécoslovaquie, enfin, pour beaucoup d'entre eux, en France où une colonie buzāva assez importante se fixe à partir de 1924, perpétuant depuis lors un culte lamaïque encore vivace et des bribes de coutumes et de folklore ancestraux.

Cependant, en U.R.S.S., les Kalmouks ralliés au régime sont autorisés, en 1920, à constituer sur la rive droite de la Volga un Territoire autonome, lequel est promu en 1935 au rang de République socialiste soviétique autonome, avec une population de 185 000 habitants (dont 75 p. 100 de Kalmouks) et, pour capitale, la nouvelle ville d'Elista (El'st, en kalmouk), fondée en pleine steppe en 1928. La collectivisation et la laïcisation semblent assez mal supportées, de sorte qu'en 1943, après le siège de Stalingrad, plusieurs centaines de familles se joignent, plus ou moins volontairement, à la retraite des armées allemandes. En représailles, les Kalmouks restés sur place sont tous déchus de leur citoyenneté et déportés en Sibérie. C'est en 1957 seulement que le Territoire autonome des Kalmouks est recréé, sur la rive droite de la Volga. Il est proclamé, le 26 juillet 1958, République autonome, avec encore une population de 185 000 habitants (dont 65 000 des 100 000 Kalmouks de l'U.R.S.S.), sur une superficie de 75 900 kilomètres carrés. En 1995, la République comptait 320 000 habitants.

Quant aux Kalmouks entraînés par les armées allemandes, ils se retrouvent, à la fin de la guerre, groupés dans des camps de personnes déplacées et doivent attendre 1951 pour que leur demande d'admission aux États-Unis soit acceptée. Ils sont maintenant concentrés surtout dans deux colonies prospères, au New Jersey et à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)

Classification

Autres références

«  KALMOUKS  » est également traité dans :

OÏRAT

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 2 091 mots
  •  • 1 média

En 1207, Gengis-khan, proclamé depuis l'année précédente empereur, envoyait son fils aîné J̌öči à la conquête des peuples de la forêt de la Sibérie méridionale (cf. mongolie - Histoire). C'est ainsi que les Oirat, qui nomadisaient le long de l'Enisei à l'ouest du lac Baikal, entrèrent dans l'orbite de la confédération mongole, mais ils ne participèrent à sa grandeur que par l'intermédiaire de co […] Lire la suite

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Sibérie gengiskhanide »  : […] Alors que la Sibérie centrale et orientale suit la destinée des Gengiskhanides, un sort particulier revient à la Sibérie occidentale ; là, le territoire, appelé Sibir, faisait partie de l' oulous de Djûchî, fils de Gengis khan, puis passa à sa mort, en 1227, à son fils Batou ; celui-ci porta ce khanat à sa plus grande dimension, vassalisant même des principautés russes. La frontière septentrionale […] Lire la suite

TURCO-MONGOLES LANGUES ET LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Louis HAMBIS
  •  • 10 304 mots

Dans le chapitre « La littérature mongole »  : […] Comme c'est généralement le cas dans toutes les littératures, les Mongols ont possédé des chants épiques relatant les exploits de leurs souverains ; on constate leur existence dans certains passages de l'histoire des Mongols rédigée par le Persan Rachīd al-Dīn (Reshid ed-Din) et surtout par ceux qui subsistent dans le texte de l' Histoire secrète des Mongols (1240 env.). Cette chronique est l'œu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, « KALMOUKS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kalmouks/