KALAHARI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Population et économie

Le Kalahari est surtout peuplé d'Africains de langue bantoue et de Bochimans de langue khoisan, mais compte aussi une minorité d'Européens.

Peuples de langue bantoue

Les peuples de langue bantoue (Tswana, Kgalagadi et Herero) sont arrivés relativement tard dans le désert du Kalahari. À la fin du xviiie siècle, les Tswana quittèrent l'ouest du bassin du Limpopo pour se diriger vers le nord et l'est du Kalahari. Les Kgalagadi migrèrent quant à eux vers le nord et l'ouest, atteignant ainsi le sud et l'ouest du Kalahari. Les Herero, menacés d'extermination par les colons allemands dans le territoire du Sud-Ouest africain (Namibie), se réfugièrent à l'est, vers l'ouest et le nord du Kalahari au début du xxe siècle.

Dans les zones reculées du Kalahari, les Bantous qui ne travaillent pas dans l'extraction minière ou les autres secteurs industriels vivent dans des villages de 200 à 5 000 âmes. Les habitations demeurent pour la plupart traditionnelles : huttes en terre séchée et au toit de chaume, comportant une pièce unique. La présence d'eau potable conditionne l'emplacement des foyers de peuplement, toujours situés à proximité d'un puits ou d'un forage.

Les bovins, base de l'économie, paissent aux abords des villages, ou, parfois, dans un rayon de 80 kilomètres à la ronde. À l'exception du district de Ghanzi au Botswana (où l'élevage est essentiellement pratiqué dans de grandes exploitations privées, appartenant souvent à des Africains), les pâturages appartiennent à l'État, et leur utilisation est réglementée par les autorités locales. Les puits et les forages sont détenus par les autorités locales, des associations de propriétaires de bétail ou des particuliers. Les pâturages permanents ne se trouvent qu'à l'abord de ces points d'eau. Durant les étés très arrosés, les pasteurs peuvent cependant amener leur troupeau dans des pâturages plus éloignés, où des mares temporaires se forment. Les bovins et les chèvres ne mangent que des quelques-unes des espèces végétales locales. La gestion des pâturages étant peu raisonnée, cette pratique est très destructive. La disparition de pâturages et la désertification qui s'ensuit constituent une sérieuse menace écologique dans le Kalahari. Les bovins sont estimés bien au-delà de leur valeur d'usage, car le fait d'en posséder confère un certain statut social et une dignité personnelle. Le désir d'accroître son cheptel fait donc peser une charge grandissante sur les pâtures, moins nombreuses, interdisant toute régénération. Les dangers traditionnels qui menacent le bétail (sécheresse, maladies, parasites, prédateurs sauvages) ont été fortement réduits par la multiplication des forages, l'amélioration des soins vétérinaires et la raréfaction de la faune indigène. Les plus riches éleveurs ont par ailleurs amélioré leur troupeau par une sélection génétique appropriée et en pratiquant l'insémination artificielle.

Les chèvres fournissent la majeure partie de la viande et du lait utilisés en autoconsommation, et presque tous les foyers cultivent du maïs, du sorgho et des melons. En raison de la sécheresse, moins de la moitié des plantes semées parviennent à maturité et sont récoltées. Les plantes comestibles sauvages et la viande de gibier constituent une part importante du régime alimentaire dans les petits villages et les plus éloignés. Tous les villages possèdent des échoppes ou sont visités par des colporteurs qui vendent des denrées et d'autres produits de base.

Chaque village, à l'exception des plus petits, possède une école primaire publique, où sont scolarisés la grande majorité des enfants. Peu d'entre eux poursuivent en revanche dans le secondaire. Dans les grands villages, des cliniques et des hôpitaux publics complètent les services proposés par les guérisseurs et les devins.

Le cheval et l'âne sont les principaux moyens de locomotion pour les courtes distances. Des camions appartenant à des commerçants ou aux agences recrutant du personnel pour les mines assurent les longs trajets.

De vastes réserves de diamants ont été découvertes au Botswana peu après l'indépendance du pays. L'ouverture de la mine de diamant d'Orapa en 1971 marqua le début du développement des activités minières dans divers [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Kalahari

Kalahari
Crédits : Clem Haager/ The National Audubon Society Collection/ Photo Researchers

photographie

Suricates

Suricates
Crédits : Digital Vision/ Getty Images

photographie

Les San, un peuple nomade

Les San, un peuple nomade
Crédits : N. Cirani/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  KALAHARI  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 709 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Bassin du Congo et Kalahari »  : […] Après la période du Karoo, au Jurassique, la région congolaise forme une vaste cuvette où s'accumulent des formations continentales. À la base se déposent des argilites rouges qui comportent à leur sommet des schistes bitumineux surmontés d'un niveau calcaire. Ces horizons ont fourni une faune de Poissons du Jurassique supérieur (Kimméridgien). Le calcaire et les Poissons qu'il contient évoquent […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les paysages »  : […] Immense territoire (1 224 297 km 2 ) compris entre le 18 e et le 33 e  parallèle sud, la République d'Afrique du Sud couvre un espace marqué par des inégalités de toutes natures. Tout d'abord, la chaîne du Drakensberg et les reliefs qui la prolongent jusque dans l'arrière-pays du Cap constituent la limite entre l'Ouest sec et peu peuplé et l'Est bien arrosé et plus densément occupé. Ensuite, à l […] Lire la suite

BOTSWANA

  • Écrit par 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 2 665 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les nouvelles politiques économiques »  : […] Au moment de l'indépendance, l'économie du pays repose sur l'élevage bovin – activité principale des Botswanais –, sur les aides financières octroyées par les Britanniques, et sur le rapatriement des salaires de plus de 40 000 nationaux employés dans les mines sud-africaines. Le miracle économique botswanais est fondé à la fois sur la diversification des ressources, et sur la gestion économique et […] Lire la suite

DÉSERTS

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Huguette GENEST, 
  • Francis PETTER
  •  • 20 856 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les genres de vie »  : […] Les besoins en eau d'un homme travaillant dans le désert s'élèvent à neuf litres par jour, utilisés pour la cuisine et la boisson. La recherche continuelle de l'eau a obligé les habitants à vivre en nomades, mais leurs accoutumances particulières ont donné lieu à une certaine diversité de modes de vie. Les tribus les plus primitives pratiquent des formes anciennes de nomadisme : la chasse et la c […] Lire la suite

NAMIB

  • Écrit par 
  • Richard F. LOGAN
  •  • 2 404 mots
  •  • 2 médias

Le Namib est un désert côtier « froid » qui longe l'Atlantique sur près de 1 900 kilomètres. Il s'étend de la ville de Namibe (autrefois Moçâmedes) en Angola au fleuve Orange dans la province du Cap-Nord en Afrique du Sud, traversant ainsi la Namibie. Le Namib s'enfonce d'environ 150 kilomètres dans les terres jusqu'au pied du Grand Escarpement. La partie méridionale se confond avec le désert du […] Lire la suite

NAMIBIE

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Reginald H. GREEN
  • , Universalis
  •  • 7 135 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Une géographie « inégale » »  : […] Avec 2,3 millions d'habitants en 2014 pour une superficie de 824 790 kilomètres carrés, la Namibie est un des territoires les plus faiblement peuplé d'Afrique, et dont la répartition de la population est très inégale, pour des raisons tant historiques que naturelles. Les paysages namibiens sont, avant tout, caractérisés par la sécheresse. Le courant froid de Benguela combine ses effets à ceux de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Richard F. LOGAN, GEORGE BERTRAND SILBERBAUER, « KALAHARI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kalahari/