HERAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-lieu d'une province de l'Afghanistan du même nom (41 561 km2 ; 1 816 000 hab. en 2013, estim.), métropole de l'ouest, Herat (Harat) est située dans une vaste oasis de piémont irriguée par le Harī Rūd et ses ramifications ainsi que par les traditionnels kariz ou qanāt. Bien connue pour son esprit d'indépendance, cette antique métropole du Khorasan est occupée très tôt par les Aryens. Englobée dans l'Empire achéménide, elle est l'une des Alexandrie d'Asie (celle d'Arie), avant de connaître des dominations successives (Parthes, Scythes, Kushāns, Sassanides). Disputée entre les Sassanides et les Huns Hephtalites, elle tombe aux mains des Arabes (651) et devient l'une de leurs têtes de pont vers l'Asie centrale. La ville prospère et devient un centre de culture islamique sous diverses dynasties iraniennes ou iranisées (āhirides, Ṣaffārides, Sāmānides, Ghaznévides). Après avoir profité pour un temps du règne du Saldjūqide Sandjar (xiie s.), elle est détruite par les Ghuz, puis relevée par les Ghūrides et les Kārazmshāh. Dévastée par les Mongols et Timūr Lang (Tamerlan), elle profite néanmoins de princes locaux (les Karts, xiiie-xive s.) et connaît sa plus grande prospérité au xve siècle sous les Timūrides. Disputée entre les Safavides et les Ouzbeks (xvie s.), elle n'entre dans l'orbite Safavide que pour redevenir l'objet de rivalités entre ses nouveaux maîtres et les Afghāns. Tout le xixe siècle est obscurci par les luttes des Persans pour regagner le Herat ṣafavide et par les manœuvres des Russes et des Anglais. Déclarée indépendante en 1857, puis incorporée dans le royaume d'Afghānistān en 1863, Herat montre des signes d'indépendance jusqu'en 1929. Maintenant bien reliée au reste de l'Afghanistan par la route moderne Herat-Kandahar-Kaboul et par avion, elle joue un rôle de plus en plus important dans l'économie afghāne (artisanat, textiles, minoteries). Sa population était estimée à 395 800 habitants en 2009. Elle possède, malgré les destructions, de nombreux vestiges intéressants d'époque kart, et surtout d'époque timūride.

—  Jean CALMARD

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  HERAT  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'avalanche des Mongols »  : […] Les Mongols étaient l'une des innombrables tribus de race jaune habitant le plateau du Gobi, situé au cœur même de l'Asie, entre la Chine et la Sibérie. Au début du xiii e  siècle, cette petite tribu acquit une importance sans commune mesure avec sa taille, grâce à la personnalité de son chef, Temujin, surnommé Gengis khan, qui unissait, à un rare […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_28067

KHORĀSĀN ou KHURĀSĀN ou KHORASSAN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 515 mots
  •  • 1 média

Situé dans l’est de l’Iran, le Khorasan (ou Khurasan) était la plus grande province du pays jusqu’en septembre 2004, où il a été divisé en trois nouvelles provinces lors d’un redécoupage territorial  : le Khorasan e-Shomali (du Nord, 28  434 km 2 et 811  572 hab. au recensement de 2006) dont la capitale est Bojnurd, le Khorazan e-Jonubi (du Sud, 69  555 km […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/khorasan-khurasan-khorassan/#i_28067

NĀDER SHĀH (1688-1747) shāh de Perse (1736-1747)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 115 mots

Roi de Perse. Nāder était un chef de la tribu turkmène des Afshār — du groupe des Qizilbash qui avait contribué à la venue au pouvoir des Séfévides. Une partie de la tribu était établie au Khorāsān où Nāder naquit (à Kubkān, le 22 novembre 1688). Après la prise d'Ispahan par les Afghans (1722), qui mit un terme à la dynastie séfévide, Nāder lutta d'abord de sa propre initiative pour rétablir l'ord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nader-shah/#i_28067

NĀSERODDIN SHĀH (1831-1896)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 039 mots

Quatrième souverain de la Perse qādjār, Nāseroddin Shāh (qui régna de 1848 à 1896) était le fils de Mohammad Shāh qui, durant la plus grande partie de son règne (1834-1848), avait laissé gouverner son vizir autocrate Hādji Mirzā Āqāsi. Bien qu'ayant hérité très jeune d'une situation politique et socio-économique très défavorable, il parvint, grâce à l'action de son remarquable vizir Mirzā Taqi Khā […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naseroddin-shah/#i_28067

QĀDJĀR LES (1794-1925)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 1 306 mots

C'est avec cette dernière grande dynastie turkmène que l'Iran entre dans le monde moderne et dans le jeu des intérêts stratégiques et économiques des grandes puissances. Ayant pénétré très tôt en Perse (probablement dès l'époque mongole), comme d'autres tribus turkmènes, les Qādjār s'étaient établis en Asie Mineure. Ils firent partie du groupe des Qizilbash qui portèrent les Séfévides au pouvoir. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-qadjar/#i_28067

TIMURIDES ou TIMOURIDES LES (1370-1506)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 445 mots
  •  • 1 média

Avant sa mort, Tamerlan (1336-1405) avait divisé les restes de son vaste empire entre ses fils et ses petits-fils. Une fois disparue la crainte que leur inspirait sa terrible présence, ses premiers successeurs ne furent le plus souvent que des princes locaux au Khorāsān et en Transoxiane. C'est seulement après des années de luttes que son fils cadet Shāh Rokh (1405-1447) parvint à s'affirmer comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/timurides-timourides/#i_28067

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « HERAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/herat/