MASSOUD AHMAD SHAH (1956-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peu d'hommes deviennent des légendes de leur vivant. Ce fut le cas de Massoud. À l'heure du thé où les Afghans sont souvent conteurs d'histoires, les habitants du Panjshir, haute vallée du nord-est du pays, disaient que leur chef était partout à la fois, qu'il volait au-dessus des rochers, que Dieu avait mis de la lumière en lui. Les journalistes occidentaux qui l'avaient rencontré lui avaient donné un titre qui ajouta à la construction du mythe : « Massoud, le Lion du Panjshir ». Les événements dramatiques des guerres d'Afghanistan allaient, eux, fournir le cadre d'une destinée hors du commun. En réalité, Massoud était plus simple.

Né dans la vallée du Panjshir en 1953, Ahmad Shah Massoud fait des études à Kaboul, au lycée français puis à l'École polytechnique. Son père était officier dans l'armée, lui voulait devenir architecte. Le renversement du roi Zaher en 1973 et l'activité des communistes vont amener Massoud à militer au sein du Mouvement de la jeunesse musulmane (qui deviendra le Jamiat-i-Islami dirigé par Burhanuddin Rabbani et le Hezb-i-Islami dont Gulbuddin Hekmatyar assurera la direction). Après le nouveau coup d'État du 27 avril 1978 (Inqilab-é-Saour : la révolution d'avril), fomenté par des membres du Parti communiste afghan acquis à Moscou, Massoud prend les armes. En décembre 1979, les troupes soviétiques entrent en Afghanistan. En dix années, la guerre fera plus d'un million et demi de victimes et jettera quatre millions d'Afghans sur les routes de l'exil. La résistance afghane devient légendaire ; c'est en fait une composition hétéroclite de groupes de paysans et de religieux. Massoud, dans son Panjshir natal, devient l'un de ses plus fameux chefs, symbole de cette opposition courageuse à une des armées les plus puissantes du monde. Avec un armement rudimentaire, les moudjahidins tiennent tête. En 1984, la vallée est rasée par l'aviation soviétique, mais quelques jours avant le déclenchement de l'opération, Massoud a réussi à faire évacuer la population. Ses moudjahidins, installés dans des grottes, harcèlent les occupants. En 1985, Massoud signe une trêve avec les généraux soviétiques. Cet acte n'est pas compris par plusieurs autres groupes de la résistance, notamment par les Pashtounes, mais permet à Massoud d'étendre son influence sur le Nord-Est du pays. En organisant quelques mois plus tard le Conseil du Nord, embryon de la future Alliance du Nord, il rompt la trêve et lance des attaques de plus en plus efficaces contre l'occupant. À la surprise générale, en février 1989, l'armée soviétique abandonne le terrain. Mais il faudra attendre 1992 pour voir le régime du président Najibullah, mis en place par Moscou, s'effondrer. Ayant passé un accord avec le général Rashid Dostom, chef de la milice ouzbèke au service du régime communiste, Massoud le Tadjik entre dans la capitale le 29 avril 1992. Il laisse le pouvoir à Rabbani et devient ministre de la Défense. Hélas, les Panjshiris repoussent les Pashtounes des postes à responsabilité. L'anarchie s'installe à Kaboul, où les prisons ont été ouvertes, où les ex-communistes se sont fondus dans la foule, où trop d'armes circulent. Dès le mois de mai, Gulbuddin Hekmatyar, pion des Pakistanais, longtemps armé par la C.I.A., fait bombarder la capitale. La guerre de Kaboul commence. Le 26 septembre 1996, Massoud abandonne la ville aux talibans, nouvelle force apparue en 1994. Soutenus par les Pakistanais, ces „étudiants en religion“ ne cesseront d'attaquer les troupes de Massoud repliées dans le Panjshir. Et personne, en Occident, ne lui vient en aide. En 1997, il lance une contre-offensive vers Kaboul mais renonce à avancer car les moudjahidins ne parviennent pas à former un gouvernement. En avril 2001, Massoud tente d'alerter l'Occident sur les dangers du terrorisme, que les groupuscules arabes alliés des Pakistanais et des talibans font courir au monde libre. Reçu au Parlement européen, il impressionne. Mais un mystérieux compte à rebours a commencé : le 9 septembre 2001, c'est un homme qui avait appris de ses erreurs que deux commandos-suicides assassinent. Deux jours plus tard, d'autres attentats-suicides mettent l'Amérique sur le pied de guerre. L'Afghanistan entre enfin dans le regard du monde. Mais Massoud n'existait pas dans celui des Américains ; il est vrai qu'il ne parlait pas l'angla [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MASSOUD AHMAD SHAH (1956-2001)  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'Afghanistan : l'invasion américaine et ses conséquences »  : […] Le 9 septembre 2001, Ahmad Shah Massoud est assassiné par de faux journalistes venus d'Europe, en réalité des membres d'Al-Qaida. Les Talibans contrôlent alors pratiquement l'ensemble du territoire afghan, face à une opposition décapitée par la mort du commandant du Panjshir. Vainqueur à l'intérieur, le régime Taliban est de plus en plus radicalisé, et isolé internationalement, mais il jouit enco […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « En Afghanistan »  : […] Pays de peuplement divers, l'Afghanistan a connu en 1973 un coup d'État qui a amené au pouvoir le prince Daoud, devenu ensuite président d'une république de caractère moderniste et modéré, nationaliste et aussi indépendante que possible des grandes puissances, encore que l'influence de l'Union soviétique soit présente dans de nombreux domaines, notamment dans l'armée et dans une partie de l'Admini […] Lire la suite

PONFILLY CHRISTOPHE DE (1951-2006)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 157 mots

Journaliste et écrivain français. Un des premiers journalistes à se rendre clandestinement en Afghanistan lors de l'invasion soviétique de ce pays en 1980, Christophe de Ponfilly y devient bientôt ami du commandant Massoud, leader des Moudjahidin du peuple afghan qui luttent contre l'envahisseur. De ses rencontres et reportages sur le terrain sont nés, outre des dizaines d'articles, plusieurs li […] Lire la suite

TADJIKISTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 5 829 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Conditions géopolitiques de résolution du conflit »  : […] Au final, un environnement géopolitique favorable va contribuer à l'apaisement des tensions. Ainsi, les groupes de l'opposition islamiste armée avaient pour base le nord de l'Afghanistan où ils étaient soutenus par le commandant Massoud. Celui-ci, d'origine tadjike du Panshir, bousculé par ses opposants talibans, avait fini par accepter les propositions de soutien russe pour échapper à son isolem […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe de PONFILLY, « MASSOUD AHMAD SHAH - (1956-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmad-shah-massoud/