LESPINASSE JULIE DE (1732-1776)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La célébrité de Mlle de Lespinasse tient à ce qu'elle a tenu un salon (1764-1776), fréquenté notamment par son grand ami d'Alembert et par d'autres fidèles tels que Condillac, Marmontel, Condorcet, Turgot. À dire vrai, elle n'eut son propre salon qu'après avoir rompu avec la marquise du Deffand et entraîné avec elle la plupart des hôtes de son ancienne patronne. La brouille entre les deux femmes fut retentissante.

Julie de Lespinasse était la fille naturelle d'une grande dame. À la mort de sa mère, se trouvant dans le dénuement, elle devient gouvernante des enfants de sa sœur, puis elle vient à Paris, comme demoiselle de compagnie de Mme du Deffand. La tâche est pénible et fatigante, mais lui permet de connaître le grand monde. Les deux femmes rompent, et Mlle de Lespinasse peut s'installer à son compte grâce à l'aide de Mme de Luxembourg, de Mme Geoffrin et grâce à une pension annuelle sur la cassette du roi. Elle tient remarquablement son salon, et la conversation qui s'y tient est de qualité. Son intelligence lui permet de faire oublier son visage défiguré par la petite vérole. Mais elle est de santé fragile et d'une nature exaltée : son âme ardente recherche les sentiments extrêmes et la voue à des passions malheureuses : « Il n'y a qu'une chose qui résiste, écrit-elle, c'est la passion, et c'est celle de l'amour, car toutes les autres resteraient sans réplique [...]. Il n'y a que l'amour-passion et la bienfaisance qui me paraissent valoir la peine de vivre. » Elle s'éprend successivement du marquis de Mora, fils de l'ambassadeur d'Espagne en France, bientôt rappelé par sa famille, et du comte de Guibert, dont l'indifférence la tue, bien qu'elle n'ait pas le courage de se suicider : « J'ai souffert, j'ai haï la vie, j'ai invoqué la mort [...] oh ! qu'elle vienne ! et je fais serment de ne pas lui donner le dégoût et de la recevoir au contraire comme une libératrice. »

On a d'elle un certain nombre de lettres tout empreintes d'une imagination ardente et qui, selon l'expression d'un de ses éditeurs, « brûlent parfois le papier ».

Voltaire écrivait le 17 avril 1776 : « Je n'ai jamais vu Mlle de Lespinasse, mais tout ce qu'on m'en a dit me la fait bien aimer. Je serais bien affligé de sa perte. »

Mlle de Lespinasse est un des personnages importants mis en scène par Diderot dans le Rêve de d'Alembert. Il est aussi beaucoup question d'elle dans les Mémoires de Marmontel. Elle semble avoir exercé sur tous ceux qui la connurent une séduction puissante.

—  Denise BRAHIMI

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, professeure agrégée des Universités (littérature comparée), université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  LESPINASSE JULIE DE (1732-1776)  » est également traité dans :

ALEMBERT JEAN LE ROND D' (1717-1783)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 2 878 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le savant et l'encyclopédiste »  : […] Né le 16 novembre 1717, abandonné par sa mère, la marquise de Tencin, sur les marches de l'église Saint-Jean-le-Rond à Paris – d'où son nom –, Jean Le Rond d'Alembert fut recueilli et élevé par la femme d'un vitrier, M me Rousseau, chez qui il demeura jusqu'à l'âge de quarante-huit ans. Son père, le chevalier Destouches, fit en sorte de subvenir à ses besoins et de lui procurer la meilleure éduca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alembert-jean-le-rond-d/#i_11550

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 164 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les ambiguïtés de Julie de Lespinasse : aimer ou être aimée »  : […] La deuxième Julie pousse, en effet, à l'extrême les élans d'amour difficilement harmonisés chez la première. D'un côté, un amour universel lui fait prendre part à tous ceux qui l'entourent et l'entraîne à les « identifier » à elle ; de l'autre, la fureur d'aimer l'attache à l'être élu suivant la loi de tout ou rien. Là, une religion quasi œcuménique. Ici, au contraire, une mystique de l'amour imp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/#i_11550

DEFFAND MARIE marquise du (1697-1780)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 590 mots

Sainte-Beuve ( Lundis I et XIV) et Gustave Lanson ( Choix de lettres du XVIII e siècle ) ont parlé admirablement de M me du Deffand. Ame d'une richesse exceptionnelle, elle offre une image exemplaire du sort de la femme sous l'Ancien Régime. Son œuvre tient dans sa correspondance et sa conversation : sûr moyen de parvenir à la postérité. Supérieurement intelligente, elle a su en toute circonsta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-deffand/#i_11550

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 694 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Une civilisation de la conversation : les salons »  : […] Les lumières du Versailles culturel de Louis XIV étaient à peine éteintes que les salons reprenaient à Paris le rôle qui avait été le leur au début du xvii e  siècle. Non que l'hôtel de Rambouillet ait été le premier salon littéraire. On peut trouver dès le milieu du xvi e  siècle, et même en province, des embryons de salons qui attirent les lettrés et créent une certaine convivialité culturelle. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/#i_11550

PASSION

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 6 821 mots

Dans le chapitre « Le paradoxe des lettres d'amour »  : […] Situons par rapport à cette tradition le paradoxe que constituent les lettres d'amour. « Il me semble que je fais le plus grand tort du monde aux sentiments de mon cœur, de tâcher de vous les faire connaître en les écrivant », dit en commençant la Religieuse portugaise. L'écriture ne peut qu'apparaître superflue, voire déplacée, lorsqu'il s'agit d'une évidence aussi aveuglante que cette totale or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/passion/#i_11550

SALONS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Antoine LILTI
  •  • 6 529 mots

Plus encore qu'une réalité historique, le salon littéraire est une invention historiographique. L'expression désigne habituellement une maison où l'on reçoit régulièrement, notamment des écrivains, pour converser mais aussi pour se livrer à toutes sortes d'activités et de jeux littéraires. Or, les plus célèbres de ces salons, ceux de la marquise de Rambouillet, de Madame Geoffrin ou de Mademoisel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salons-litteraires/#i_11550

Pour citer l’article

Denise BRAHIMI, « LESPINASSE JULIE DE - (1732-1776) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/julie-de-lespinasse/