HALLÉVI JUDA (1075 env.-1141)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La philosophie et le peuple d'Israël

Suivant Juda Hallévi, la philosophie nie toute possibilité de dialogue entre l'homme et Dieu. Certes, elle est parvenue à démontrer l'existence d'un Premier Moteur impersonnel ; elle demeure foncièrement incapable d'accéder jusqu'au Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. En fait, la philosophie ne comprend pas le phénomène religieux. Cependant il n'est pas question de récuser la raison, et Juda Hallévi affirme avec force que le judaïsme refuse l'irrationnel. Toutefois, il est très conscient des limites de la raison raisonnante des philosophes : déjà la physique d'Aristote défie le bon sens, et une bonne part de sa métaphysique et de celle de ses sectateurs musulmans apparaît ridicule. Il serait vain de réfuter la philosophie en usant des mêmes méthodes ratiocinantes. Il faut partir de l'histoire.

Dieu a fait irruption dans l'histoire : il s'est révélé à tout un peuple sur le mont Sinaï. Cette théophanie est un événement irréfutable dont furent témoins des centaines de milliers d'hommes à l'esprit critique aiguisé qui avaient été élevés en Égypte dans l'idée que Dieu ne peut adresser la parole aux hommes, et qui ne s'en laissaient pas conter. L'histoire miraculeuse du peuple d'Israël, communauté qui n'est soumise à aucun déterminisme sociologique, prouve surabondamment qu'il existe un Dieu qui dialogue avec l'homme, exerce sur lui sa providence et accomplit des prodiges. Si l'on écarte Israël, on supprime le seul argument irrécusable qu'on puisse avancer en métaphysique. Aussi bien le christianisme et l'islam s'appuient-ils tous les deux sur l'histoire juive.

Le peuple d'Israël témoigne, contre la philosophie, que Dieu entre en relation avec l'homme. De génération en génération, depuis Adam créé parfait jusqu'au patriarche Jacob, un individu unique a été doué d'« une faculté divine », supérieure à l'intellect, qui le rendait apte [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : docteur en théologie, docteur en histoire de la philosophie, docteur d'État ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  HALLÉVI JUDA (1075 env.-1141)  » est également traité dans :

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « La littérature apologétique juive »  : […] Le judaïsme antique n'a eu une littérature apologétique qu'à partir du moment où il a été en contact avec les peuples environnants. On doit mentionner le Contre Apion de Flavius Josèphe (95 apr. J.-C.), adressé aux Romains, et l'œuvre philosophique de Philon qui, bien qu'elle n'ait jamais été reconnue par le judaïsme orthodoxe, a constitué une première tentative d'explication du judaïsme par rapp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologetique/#i_4728

JUDAÏSME - La religion juive

  • Écrit par 
  • Georges VAJDA
  •  • 6 502 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théologie du judaïsme médiéval »  : […] La conquête arabe ne fut pas sans effets sur la vie propre d'une grande partie du monde juif. Les groupes minoritaires qui professaient les religions bibliques jouissaient d'un statut relativement favorable auprès des autorités musulmanes. Ainsi purent-ils participer, d'une certaine façon, à la vie sociale du nouvel État islamique. Ils jouèrent surtout un grand rôle dans la transmission au monde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-la-religion-juive/#i_4728

TŌRAH

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 2 855 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La pensée juive médiévale et la Tōrah »  : […] Différents courants parcourent la pensée juive médiévale, qui reste solidement entée sur le tronc du judaïsme rabbinique, mais se trouve aux prises avec des problèmes nouveaux résultant de son insertion dans les milieux culturels chrétien et musulman. Le rationalisme juif est déjà présent chez Saadia Ben Joseph (882-942), qui développe dans son œuvre une théorie des rapports entre la raison et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/torah/#i_4728

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles TOUATI, « HALLÉVI JUDA (1075 env.-1141) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juda-hallevi/