Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JUAN D'AUTRICHE don (1545-1578)

Fils naturel de Charles Quint et demi-frère de Philippe II, qui lui donne le nom de don Juan d'Autriche, ce vaillant capitaine s'illustre d'abord en réprimant un soulèvement des Maures à Grenade en 1570. En 1571, il est choisi pour commander la flotte que l'Espagne, Venise et le pape envoient contre les Turcs (deux cents galères et six galéasses fortement armées d'artillerie). Le 7 octobre, la rencontre a lieu dans le golfe de Patras, devant Lépante. Don Juan détruit plus de deux cents galères ennemies. Cette victoire éclatante, due surtout à la supériorité de l'artillerie et des arquebuses chrétiennes sur les archers turcs, marque le début de la décadence de l'Empire ottoman.

Malgré les réticences de Philippe II, don Juan part, en 1573, vers Tunis qu'il occupe presque sans combat, mais qui est reperdue l'année suivante, faute d'argent. Les efforts de la nonciature auprès du souverain espagnol, afin d'obtenir le titre de roi de Tunis pour don Juan, ont échoué. Toute sa vie, ce bâtard princier avait rêvé d'une couronne. En 1574, il convoitera celle de France, laissée vacante par la mort de Charles IX. Il essaiera ensuite, avec l'aide du pape, d'obtenir la couronne anglaise en épousant Marie Stuart, alors prisonnière de sa cousine Élisabeth ; une croisade contre l'hérétique Angleterre pourrait le porter au pouvoir. Il semble que Philippe II ait éprouvé de la jalousie pour ce brillant demi-frère et qu'il se soit opposé à ces projets, tout chimériques qu'ils paraissent aujourd'hui. En 1576, don Juan n'en est pas moins nommé gouverneur général des Pays-Bas alors insurgés. Il défait les rebelles dans la plaine de Gembloux en 1578. Il meurt la même année, peut-être empoisonné, sans avoir pu réaliser ses ambitions politiques.

— Pierre GOBERT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École polytechnique, général

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LÉPANTE BATAILLE DE (1571)

    • Écrit par Pascal BURESI
    • 220 mots
    • 1 média

    Depuis le règne de Soliman le Magnifique (1521-1566), la suprématie navale en Méditerranée appartient aux Turcs. Son successeur, Sélim II, entreprend la conquête de Chypre : le 1er août 1571, les Vénitiens de Famagouste capitulent, ce qui provoque un grand émoi en Europe. La république...

Voir aussi