PRIESTLEY JOSEPH (1733-1804)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste anglais, théologien, chef principal (avec Theophilus Lindsey), du mouvement des unitariens ou antitrinitaires, pédagogue et théoricien politique, né à Birstall Fieldhead (près de Leeds) et mort à Northumberland en Pennsylvanie Joseph Priestley était le fils d'un tailleur calviniste qui, d'esprit ouvert, le laissa se préparer au pastorat chez les dissidents. Priestley apprit alors l'hébreu, le chaldéen, le syriaque et un peu d'arabe. Dès l'âge de dix-sept ans, il correspondait avec Pierre Annet (1693-1769), penseur déiste et maître de Voltaire, lui reprochant son attachement au déterminisme. De 1752 à 1755, il étudia à l'Académie de Daventry, un des établissements d'enseignement des non-conformistes, puis passa trois ans comme assistant dans la paroisse presbytérienne de Needham Market. Il devint ensuite professeur à Warrington, où il adapta l'enseignement aux débouchés que pouvaient offrir le commerce et l'industrie. Pour pallier l'insuffisance des manuels, il écrivit lui-même Rudiments of English Grammar (1761) et de nombreux ouvrages sur l'éducation.

Il s'intéresse alors aux sciences et commence à rédiger un ouvrage sur l'électricité. Encouragé par Benjamin Franklin, il publie The History and Present State of Electricity (1767), ouvrage dans lequel il résume les connaissances de son temps et rapporte ses propres expériences (il prévoit que la force doit être inversement proportionnelle au carré de la distance) et sur les rapports entre électricité et chimie.

En 1767, il est nommé pasteur congrégationaliste de Mill Hill Chapel à Leeds, où la proximité d'une brasserie lui inspire ses expériences sur les gaz. En six ans, il identifie dix gaz nouveaux, notamment, pendant son séjour à Leeds, l'oxyde et le dioxyde de carbone, l'oxyde nitreux, l'acide chlorhydrique. Il doit ses réussites à son talent d'expérimentateur et surtout à l'utilisation de la cuve à mercure qui permet de recueillir les gaz solubles dans l'eau.

En même temps, Priestley se préoccupe de politique et publie un ouvrage dans lequel il prône la démocratie, Essay on the First Principles of Govern [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRIESTLEY JOSEPH (1733-1804)  » est également traité dans :

AIR, élément

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 720 mots

Anaximène (~ 556-~ 480), à la différence de Thalès, enseignait que toute substance provient de l'air ( pneuma ) par raréfaction et condensation ; dilaté à l'extrême, cet air devient feu ; comprimé, il se transforme en vent ; il produit des nuages, qui donnent de l'eau lorsqu'ils sont comprimés. Une compression plus forte de l'eau transforme celle-c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/air-element/#i_2375

AMMONIAC

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 051 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] On connaît depuis l'Antiquité le « sel ammoniac », c'est-à-dire le chlorure d'ammonium NH 4 Cl, dont le nom viendrait de celui du dieu égyptien Amon et qui, initialement obtenu par sublimation, en décomposant par la chaleur la fiente de chameau, était importé d'Orient. En chauffant ce « sel » avec de la chaux, plusieurs alchimistes constatèrent la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ammoniac/#i_2375

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 163 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  L'étude des gaz ou la chimie pneumatique »  : […] Une théorie empirique des gaz supposait d'abord la mise en œuvre d'une technique d'isolement. Au début du xviii e  siècle, Hales inventa le dispositif simple mais indispensable de la cuve à eau, qui sera perfectionné quand on remplacera l'eau par le mercure. Hales recueillit ainsi de nombreux gaz dégagés par chauffage de diverses substances ; mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-histoire/#i_2375

EAU, élément

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 714 mots

Pour Thalès de Milet, le premier des physiologues ioniens, l'eau est le principe de toutes choses ; après lui, Empédocle d'Agrigente introduit quatre éléments : l'air, l'eau, la terre et le feu, qu'il appelle les quatre racines. Mais c'est surtout Platon qui développe la théorie des quatre éléments empédocléens. Dans son dialogue Le Timée , il attr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-element/#i_2375

GAZ ANALYSE DES

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 6 558 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Historique et évolution de la gazométrie »  : […] Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, on ne se préoccupait pas de recueillir les gaz qui se produisaient au cours des réactions chimiques. Tous les gaz étaient alors confondus avec l'air, l'un des quatre éléments des alchimistes. Ceux-ci imaginaient-ils qu'il puisse exister d'autres fluides aériformes que l'air ? L'Anglais Robert Boyle (1627-1691), qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-des-gaz/#i_2375

GAZ DE L'AIR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 276 mots

1697 En s'appuyant sur les travaux de Johann Joachim Becher, Georg Ernst Stahl nomme phlogistique le principe combustible de « corps souterrains », c'est-à-dire des matériaux. 1754 J. Black désigne du nom d'« air fixé » le gaz (CO 2 ) qui s'échappe de la craie attaquée par un acide. 1766 Henry Cavendish, faisant agir l'acide sulfurique sur le fe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaz-de-l-air-reperes-chronologiques/#i_2375

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 008 mots

Dans le chapitre « Considérations historiques »  : […] Ce n'est pas un hasard que l'invention et les premiers développements de l' algèbre coïncident avec le renouveau de l'idée de méthode : à l'origine, l'algèbre se présente comme un système de règles opératoires qui prescrivent comment transformer des symboles indépendamment de leur interprétation. Elle possède donc le caractère essentiel d'une métho […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/methode/#i_2375

OXYGÈNE

  • Écrit par 
  • Robert CREUSE, 
  • René NOTO
  •  • 6 318 mots
  •  • 13 médias

L'oxygène (symbole O, numéro atomique 8) peut être considéré comme un des éléments fondamentaux de la chimie et de la biochimie (avec l'azote, le carbone et l'hydrogène), tant en raison de son rôle capital dans la respiration et la nutrition du règne animal et du règne végétal qu'en raison de celui de ses composés (l'eau, les sucres, l'anhydride ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxygene/#i_2375

PNEUMATIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 052 mots

L'expression chimie pneumatique, loin de désigner une doctrine établie, se rapporte à une période de l'histoire de la chimie, qui prend place dans la seconde moitié du xviii e  siècle. L'étude de divers gaz obligea de renoncer à l'ancienne doctrine, héritée de la scolastique, des quatre éléments, terre, air, eau et feu. La chimie pneumatique – cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-pneumatique/#i_2375

Pour citer l’article

Pierre MOYEN, « PRIESTLEY JOSEPH - (1733-1804) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-priestley/