CONRAD JOSEPH (1857-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une réalité corrompue

Avec Nostromo (1904), on atteint un sommet de l'œuvre conradienne. Il s'agit là, selon F. R. Leavis, d'un des plus grands romans de la littérature anglaise. Sur fond de révolution et de conflit pour des mines d'argent dans une république sud-américaine, on assiste non seulement à l'entrecroisement de destins individuels comme celui de Charles Gould, le capitaliste philanthrope pris dans la spirale de ses propres illusions, Decoud, l'intellectuel cynique mené à sa perte par le métal argenté, ou Nostromo, le loyal serviteur devenu traître, mais aussi à une méditation désabusée sur le gouffre qui sépare les grands idéaux politiques des soubresauts sanglants de l'histoire. Révolutionnaires marxistes et défenseurs de l'ordre ne sont que les jouets d'un cycle éternel d'où tout progrès est exclu. Paradoxalement, c'est dans Nostromo que la technique narrative de Conrad s'affirme le plus résolument moderne. Des dislocations chronologiques fragmentent les séquences d'un même déroulement, immobilisant toute action dans l'inachevé et l'ambiguïté. Le même épisode, relaté selon des points de vue contradictoires, prend une dimension quasi stéréoscopique. Conduites et discours sont relativisés par la partialité des points de vue jusqu'à un effet de dévaluation généralisée. Cette discontinuité, proche parfois du montage cinématographique, anticipe des pratiques modernes comme celles de Joyce ou de Graham Greene.

The Secret Agent (1907) est encore une parabole politique, mais située cette fois à Londres. Dans une atmosphère dickensienne crépusculaire, agents doubles et anarchistes sont épinglés avec la même ironie sardonique que les dirigeants de la police. Dans ce macabre théâtre d'ombres où la tragédie côtoie constamment la farce, la violence symbolisée par l'explosion de la bombe ne débouche sur rien et se dissout dans un fait divers grotesque.

Bien que Conrad ait toujours nié toute influence de Dostoïevski, Under Western Eyes, 1911 (Sous les yeux de l'Occident), évoque immanquablement Crime et châtiment. Mais la grande différence est que le crime de trahison commis par Razumov n'est pas le point de départ d'une régénération spirituelle mais le début d'un calvaire dépourvu de sens. Dans la lumière désespérée de l'ironie conradienne, les révolutionnaires exilés de Genève et la police tsariste de Saint-Pétersbourg obéissent à la même logique infernale.

Après 1911, la qualité de l'œuvre conradienne devient inégale, et à partir de 1919 elle décline. Pourtant, The Shadow Line, 1915 (La Ligne d'ombre), est encore un pur chef-d'œuvre. En écho à Coleridge et Wagner, on retrouve à nouveau le conflit initiatique archétypal des premiers récits : la solitude d'un jeune capitaine confronté à une situation extrême et qui franchit la « ligne d'ombre » qui sépare l'adolescence de l'âge adulte.

Par une ironie du sort, c'est avec un de ses romans les plus faibles, Chance (Fortune, 1914), que Conrad atteint enfin gloire et succès financier. Le sujet, la saga des épreuves d'une jeune femme, ne rachète pas une narration méandreuse où Marlow n'est plus que l'ombre de ce qu'il était dans Heart of Darkness ou Lord Jim. Conrad est désormais un écrivain reconnu et adulé, ami de Wells, Galsworthy, Henry James, Kipling, Ford Madox Ford.

Victory (1915) reste très controversé. Comme dans Lord Jim, on y assiste à la défaite de l'idéalisme chevaleresque devant les ruses du mal. La faute de Heyst est d'abandonner son armure de distance hautaine devant la vie et de nouer des liens affectifs, scellant ainsi son destin. « Celui qui noue un lien est perdu. Le germe de la corruption est entré dans son âme. » On a reproché à Conrad une insistance un peu mélodramatique sur l'inéluctabilité de la tragédie et une caractérisation sommaire qui fait de certains personnages de pures abstractions. Mais le récit de cette lente chute hante le mémoires. Quant aux derniers romans, ils n'apportent rien d'autre qu'une mélancolie nostalgique et laissent percer l'épuisement de la force créatrice.

L'image de Conrad reste finalement brouillée. Est-elle trop noire ? Est-ce davantage Conrad, le « romancier d'aventures », qui intéresse le lecteur de cette fin du xxe siècle ? Ou au contraire Conrad le témoin d'une solitude existentielle dans un univers en proie à l'entropie et au non-sens ? Ou encore Conrad le mythographe, l'explorateur de ce vide que nous remplissons de nos fantasmes ? Un f [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature anglaise à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CONRAD JOSEPH (1857-1924)  » est également traité dans :

L'AGENT SECRET, Joseph Conrad - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sylvère MONOD
  •  • 1 055 mots
  •  • 1 média

L'Agent secret (1907) occupe, parmi les œuvres de Joseph Conrad (1857-1924), romancier anglais né en Pologne, peintre de la mer et des ports orientaux, une place originale. Il s'agit là d'un roman politique, comme les deux titres qui l'encadrent, Nostromo (1904) et Sous les yeux de l'Occident […] Lire la suite

AU CŒUR DES TÉNÈBRES, Joseph Conrad - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nathalie MARTINIÈRE
  •  • 1 026 mots

Au cœur des ténèbres (1902), initialement paru dans le Blackwood’s Magazine (1899), est probablement le roman le plus connu de Joseph Conrad (1857-1924), romancier anglais d’origine polonaise souvent présenté comme le représentant majeur d’une « littérature de la mer » qui ne constitue pourtant qu’u […] Lire la suite

NOSTROMO, Joseph Conrad - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sylvère MONOD
  •  • 990 mots
  •  • 1 média

Nostromo est l'œuvre la plus ambitieuse et peut-être la plus importante d'un auteur hautement original, qui fut d'abord marin, parcourut le monde entier et séjourna quelques années en France, et abandonna en 1886 la nationalité polonaise, pour devenir un sujet britannique et écrire en anglais. Rien n'est évident dans la carrière de Josep […] Lire la suite

BLADE RUNNER 2049 (D. Villeneuve)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 979 mots
  •  • 2 médias

Si on a proposé à Ridley Scott d’adapter le roman de Philip K. Dick Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques   ? (1966), c’est qu’il avait déjà à son actif deux films importants. Après un long passage par la télévision et la publicité, le cinéaste anglais avait réalisé Les Duellistes (1976), adaptation d’une nouvelle de Joseph Conrad et prix de la première œuvre au festival de Cannes. Pui […] Lire la suite

ROMAN D'AVENTURES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 3 895 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Crépuscule de l’aventurier »  : […] Cette morale paradoxale, qui consiste à utiliser abondamment le motif de l’aventure tout en refusant de considérer que la quête des aventures soit en soi positive, s’efface brutalement au tournant des xix e et xx e  siècles. Plus exactement, une morale concurrente apparaît alors, qui eut pour effet de cantonner strictement le roman d’aventures au seul domaine de la littérature enfantine. Cela co […] Lire la suite

Pour citer l’article

André TOPIA, « CONRAD JOSEPH - (1857-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-conrad/