AU CŒUR DES TÉNÈBRES, Joseph ConradFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au cœur des ténèbres (1902), initialement paru dans le Blackwood’s Magazine (1899), est probablement le roman le plus connu de Joseph Conrad (1857-1924), romancier anglais d’origine polonaise souvent présenté comme le représentant majeur d’une « littérature de la mer » qui ne constitue pourtant qu’une partie de son œuvre. C’est aussi son roman le plus controversé : tandis qu’Hannah Arendt y voit une préfiguration des massacres à venir au xxe siècle, l’écrivain nigérian Chinua Achebe accuse Conrad de racisme, lui reprochant de ne pas donner la parole aux Africains. Francis F. Coppola, lui, transpose le roman au Vietnam dans le film Apocalypse Now (1979). Au cœur des ténèbres ne cesse d’interroger ses lecteurs sur leur rapport à l’histoire, sur le dévoiement de la langue par l’idéologie, sur la responsabilité des œuvres de fiction dans la société.

Un roman inscrit dans l’histoire

Ce court roman est largement inspiré par une expérience personnelle puisque Conrad, alors capitaine de la marine marchande, passa six mois difficiles en Afrique (1890), employé par une compagnie opérant alors dans l’État indépendant du Congo, en fait la propriété personnelle du roi Léopold II de Belgique. Ses Souvenirs personnels et son Journal du Congo révèlent des similitudes nombreuses entre son expérience et ce que raconte Charles Marlow, le narrateur, même si le pays évoqué n’est jamais spécifié dans le texte ; pour tous deux, il s’agit d’un rêve d’aventure nourri depuis l’enfance : « Quand je serai grand, j’irai là. » Mais si la fin du xixe siècle constitue l’apogée du processus colonial glorifié dans la littérature d’aventure à laquelle semble appartenir Au cœur des ténèbres, Conrad en découvre rapidement l’envers : c’est cette face obscure que nous donne à voir le roman qui, au début du xxe siècle, a servi d’étendard aux campagnes contre les exactions dans l’État indépendant du Congo.

Lors d’une soirée sur la Tamise à bord du yawl la Nellie, Marlow, marin « atypique », raconte à un groupe d’amis représentatifs de ces entreprises coloniales « un des épisodes indécis de son existence ». En quête d’un engagement, il avait obtenu, grâce à l’entregent de sa tante qui le voyait en « messager de lumière », une affectation en Afrique. Témoin dès son arrivée de l’agitation stérile des colons, « manège du commerce et de la mort » pour s’approprier l’ivoire, comme des exactions commises à l’égard des indigènes, il remonte le fleuve à la recherche de M. Kurtz, employé initialement promis à un brillant avenir, qui s’est laissé emporter par des « méthodes douteuses » : l’homme a razzié tout l’ivoire de l’intérieur du pays et, devenu le potentat des tribus locales, s’est livré à des « rites innommables », probablement cannibales, en tout cas empreints d’une grande sauvagerie comme en témoignent les têtes coupées qui entourent sa maison. Kurtz dont la voix et l’éloquence fascinent ceux qui l’approchent, meurt finalement sur le trajet de retour en s’écriant : « L’horreur ! L’horreur ! » Rentré à Bruxelles, Marlow choisit de préserver la réputation de Kurtz et d’épargner sa fiancée en ne révélant pas la vérité. À la fin du récit, les spectres ramenés d’Afrique étendent leurs ombres sur la Tamise, suggérant que la sauvagerie des colonisateurs enténèbre également l’Europe et la conscience des Occidentaux.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AU COEUR DES TÉNÈBRES, Joseph Conrad  » est également traité dans :

APOCALYPSE NOW (F. F. Coppola), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 226 mots
  •  • 1 média

Sept ans de gestation, treize mois de tournage, deux ans de montage, plusieurs versions, jusqu'à la dernière en 2001 ! Œuvre de la démesure, Apocalypse Now est, selon l'expression même de F. F. Coppola, un « opéra filmique ». C'est lui qui, en tant que producteur, a suggéré à John Milius et George Lucas de construire leur projet à partir du roman de Joseph Conrad Au cœur des ténèbres , avec leque […] Lire la suite

APOCALYPSE NOW, film de Francis Ford Coppola

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 933 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Voyage initiatique et mystique »  : […] La nouvelle de Joseph Conrad Heart of Darkness ( Au cœur des ténèbres , 1899) – qui a servi de point de départ au film – contient déjà la recherche, cette fois sur le fleuve Congo, d'un agent Kurtz, en rébellion contre sa compagnie exploitant l'ivoire. La traque de cet homme par le narrateur se transforme aussi en une quête identitaire puis s'étend, au fur et à mesure de la progression dans une n […] Lire la suite

CONRAD JOSEPH (1857-1924)

  • Écrit par 
  • André TOPIA
  •  • 1 778 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expérience des limites »  : […] Comme Joyce, T. S. Eliot, Pound et D. H. Lawrence, Conrad choisit l'exil, mais de manière beaucoup plus radicale. De son vrai nom Teodor Jozef Konrad Nalecz Korzeniowski, il naît dans la partie de la Pologne occupée par la Russie. Il n'a que quatre ans lorsqu'il accompagne son père, intellectuel nationaliste exilé, dans une lointaine province russe. On trouve là les germes de ce qui hantera son œu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nathalie MARTINIÈRE, « AU CŒUR DES TÉNÈBRES, Joseph Conrad - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/au-coeur-des-tenebres/