CONRAD JOSEPH (1857-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la charnière du xixe siècle victorien et du xxe siècle moderniste, Joseph Conrad occupe une place à part dans la littérature anglaise. Bourgeois terrien, il devient marin ; marin, il devient romancier ; Polonais, il adopte la langue et la nationalité britanniques ; romantique invétéré, il fait pourtant preuve d'un pessimisme sceptique, aux accents parfois nihilistes. Toute son œuvre porte la marque de tensions non résolues. Ainsi, son idéalisme généreux, qui le pousse à défendre les opprimés, est tempéré par un conservatisme politique sans illusions sur toute possibilité de progrès. Son attachement à l'ordre et aux institutions se double d'une fascination pour la figure du paria. Ses héros, bien que liés par un contrat moral de solidarité, ne découvrent au bout de leur chemin qu'une solitude absolue. Même son art de romancier a cet aspect bifide : tout en suscitant, par la magie de la voix et du récit, l'illusion romanesque et la fuite dans un ailleurs, il se rapproche des expérimentations modernistes par sa technique de dislocation chronologique et de montage de points de vue.

Joseph Conrad

Photographie : Joseph Conrad

Romancier britannique d'origine polonaise, Joseph Conrad (1857-1924), tôt orphelin de parents déportés politiques, fit carrière dans la marine. Ses voyages lui ouvrirent les yeux sur la violence des rapports coloniaux, qu'il décrit notamment dans Au cœur des ténèbres (Heart of Darkness,... 

Crédits : Bettmann/ Getty Images

Afficher

L'expérience des limites

Comme Joyce, T. S. Eliot, Pound et D. H. Lawrence, Conrad choisit l'exil, mais de manière beaucoup plus radicale. De son vrai nom Teodor Jozef Konrad Nalecz Korzeniowski, il naît dans la partie de la Pologne occupée par la Russie. Il n'a que quatre ans lorsqu'il accompagne son père, intellectuel nationaliste exilé, dans une lointaine province russe. On trouve là les germes de ce qui hantera son œuvre par la suite : solitude de l'héroïsme, vanité du sacrifice pour une cause perdue, conviction que loyauté et trahison se rejoignent dans la même illusion, dissolution de toute action dans l'irréalité, la corruption ou l'échec.

En 1874, Conrad, orphelin depuis l'âge de onze ans, choisit l'exil et le métier de marin, d'abord en France, à Marseille, puis à partir de 1878 dans la Merchant Navy où il gravira peu à peu tous les échelons, jusqu'à celui de capitaine en 1888. Il aura pris entre-temps la nationalité britannique.

C'est le début d'une série de voyages autour du globe qui nourriront ses premiers ouvrages : l'Inde, Singapour, l'Australie, Java, Sumatra, Bornéo. Il y découvre les mirages de l'exotisme tout en faisant l'apprentissage de la solidarité des gens de mer. Le tournant de cette période est le voyage au Congo (1890), expérience des limites qui va transformer Conrad. Lors de cette remontée cauchemardesque vers le cœur de l'Afrique profonde, il découvrira tout à la fois sa propre fascination pour la magie d'un continent archaïque et l'horreur de la colonisation sous sa forme la plus brutale.

Lorsqu'en 1894 il publie son premier roman, Almayer's Folly (La Folie-Almayer), Conrad est loin d'être étranger à la chose littéraire. Il est pétri de lectures depuis son enfance : Shakespeare, Byron, Dickens, Marryat. Mais ses influences formatrices sont surtout françaises : Hugo, Balzac, Loti, Daudet, et avant tout ses deux maîtres, Flaubert, dont il admire le credo artistique, et Maupassant, dont il se dit « saturé ». Il faudra attendre Lord Jim pour qu'il se libère vraiment de leur emprise. Ainsi, derrière un exotisme flamboyant et un romantisme un peu morbide, Madame Bovary transparaît en filigrane d'Almayer's Folly.

An Outcast of the Islands, 1896 (Un paria des îles), histoire d'une déchéance sur fond de décor malais, est déjà gâté par des tics d'écriture dont Conrad ne se libérera jamais vraiment : prolixité, abus d'un style inutilement « littéraire », images vagues et envolées rhétoriques qui sont censées suggérer l'inexprimable mais se dissolvent dans une sonorité un peu creuse.

The Nigger of the Narcissus, 1897 (Le Nègre du « Narcisse »), marque la fin de la période d'apprentissage. Cette histoire de mer est en fait une fable initiatique : perturbé par la présence d'un inquiétant bouc émissaire, l'équipage d'un navire doit affronter une insidieuse subversion qui met en danger son intégrité morale et le mène au bord de la désintégration. Tout comme plus tard le capitaine MacWhirr dans Typhoon (1903), ils ne devront leur salut qu'aux vertus simples de la discipline et du sens du devoir.

Avec Heart of Darkness, 1899 (Au cœur des ténèbres), Conrad fait un retour cathartique sur son expérience congolaise. Kurtz bascule tragiquement d'une illusion dans une autre, d'un idéalisme missionnaire, qui se brise sur les réalités de l'exploitation coloniale, à la tentation mortelle d'un primitivisme où il ne trouvera que « l'horreur ! l'ho [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature anglaise à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CONRAD JOSEPH (1857-1924)  » est également traité dans :

L'AGENT SECRET, Joseph Conrad - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sylvère MONOD
  •  • 1 055 mots
  •  • 1 média

L'Agent secret (1907) occupe, parmi les œuvres de Joseph Conrad (1857-1924), romancier anglais né en Pologne, peintre de la mer et des ports orientaux, une place originale. Il s'agit là d'un roman politique, comme les deux titres qui l'encadrent, Nostromo (1904) et Sous les yeux de l'Occident […] Lire la suite

AU CŒUR DES TÉNÈBRES, Joseph Conrad - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nathalie MARTINIÈRE
  •  • 1 026 mots

Au cœur des ténèbres (1902), initialement paru dans le Blackwood’s Magazine (1899), est probablement le roman le plus connu de Joseph Conrad (1857-1924), romancier anglais d’origine polonaise souvent présenté comme le représentant majeur d’une « littérature de la mer » qui ne constitue pourtant qu’u […] Lire la suite

NOSTROMO, Joseph Conrad - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sylvère MONOD
  •  • 990 mots
  •  • 1 média

Nostromo est l'œuvre la plus ambitieuse et peut-être la plus importante d'un auteur hautement original, qui fut d'abord marin, parcourut le monde entier et séjourna quelques années en France, et abandonna en 1886 la nationalité polonaise, pour devenir un sujet britannique et écrire en anglais. Rien n'est évident dans la carrière de Josep […] Lire la suite

BLADE RUNNER 2049 (D. Villeneuve)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 979 mots
  •  • 2 médias

Si on a proposé à Ridley Scott d’adapter le roman de Philip K. Dick Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques   ? (1966), c’est qu’il avait déjà à son actif deux films importants. Après un long passage par la télévision et la publicité, le cinéaste anglais avait réalisé Les Duellistes (1976), adaptation d’une nouvelle de Joseph Conrad et prix de la première œuvre au festival de Cannes. Pui […] Lire la suite

ROMAN D'AVENTURES

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 3 895 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Crépuscule de l’aventurier »  : […] Cette morale paradoxale, qui consiste à utiliser abondamment le motif de l’aventure tout en refusant de considérer que la quête des aventures soit en soi positive, s’efface brutalement au tournant des xix e et xx e  siècles. Plus exactement, une morale concurrente apparaît alors, qui eut pour effet de cantonner strictement le roman d’aventures au seul domaine de la littérature enfantine. Cela co […] Lire la suite

Pour citer l’article

André TOPIA, « CONRAD JOSEPH - (1857-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-conrad/