SCHUMPETER JOSEPH ALOYS (1883-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance d'une dynamique économique

Le « circuit stationnaire »

Schumpeter commence l'analyse économique là où L. Walras l'a arrêtée. Walras a en effet élaboré une théorie de l'équilibre économique général qui ne peut guère produire qu'un circuit stationnaire, c'est-à-dire un processus économique dont les niveaux d'activité se reproduisent immuablement de période en période. Une telle analyse est précieuse car elle fournit une explication des interdépendances économiques et elle montre comment se déterminent, à un moment donné, les prix des biens, des services et des facteurs de production, mais elle est incapable de rendre compte de l'évolution du système économique, de ses fluctuations et de sa croissance. C'est une dynamique qui est nécessaire pour expliquer les lois du changement.

L'entrepreneur capitaliste et l'innovation

Cette dynamique, Schumpeter en voit le principe dans l'action de l'entrepreneur capitaliste. Il ne s'agit pas pour le théoricien de l'évolution de retracer la genèse du capitalisme mais d'introduire, dans un système d'économie pure et statique, l'élément qui lui permettra de rejoindre le monde observable. Cet élément, c'est l'entrepreneur : son apparition est liée à la volonté de réaliser un profit, or le profit est impossible en circuit stationnaire. Ce n'est que grâce à la modification volontaire, par l'entrepreneur, des conditions technologiques de la production et de la distribution que se dégage ce surplus qu'est le profit. Cette modification consiste précisément en l'innovation et, dès lors, tout s'enchaîne : pour financer l'innovation, l'entrepreneur emprunte, suscitant de la part des banques une création monétaire ; ainsi du capital se forme, qui doit être rémunéré par l'intérêt ; ce dernier sera payé grâce aux profits dégagés par l'innovation. Dire que tout système capitaliste observable comporte des chefs d'entreprise, des investissements, des profits équivaut donc à reconnaître que l'innovation es [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas.

Classification

Autres références

«  SCHUMPETER JOSEPH ALOYS (1883-1950)  » est également traité dans :

THÉORIE DE L'ÉVOLUTION ÉCONOMIQUE, Joseph Aloys Schumpeter - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie L. COT
  •  • 830 mots

L'évolution économique : une « idée qui embrasse le domaine entier de la théorie et permet même d'en reculer les bornes », écrit Joseph Aloys Schumpeter (1883-1950) dans la Préface de Theorie der wirtschaftlichen Entwicklung (Théorie de l'évolution économique). L'ambition est tenue. Publié par Schumpete […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Le marché de l'art

  • Écrit par 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Alain QUEMIN
  •  • 6 232 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La promotion des avant-gardes internationales »  : […] Il est relativement aisé de définir le marché de l'art contemporain en l'opposant à celui de l'art ancien. L'offre est potentiellement indéfinie et l'estimation de la valeur esthétique dominée par l'incertitude. Le renouvellement continu des avant-gardes et la concurrence des idéologies artistiques, au cours des dernières décennies, interdisent tout consensus des professionnels du jugement esthéti […] Lire la suite

AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 603 mots

Dans le chapitre « Entrepreneurship »  : […] Cette notion est un des éléments clés de l'analyse autrichienne de la dynamique économique. Déjà présente chez Carl Menger et chez Friedrich von Wieser, celle-ci est chez Joseph Aloys Schumpeter à la base de l'analyse de l'évolution économique. Israel Kirzner lui consacre également des développements importants quand il s'intéresse au rôle de l'entrepreneur dans le processus de marché. La notion […] Lire la suite

CAPITALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick VERLEY
  •  • 6 275 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'État est-il l'ennemi de l'économie de marché ? »  : […] Écrivant dans les années 1940, Polanyi pouvait avec raison avoir l'impression que les libres mécanismes du marché étaient irrémédiablement entravés par l'action de l'État non seulement dans les pays totalitaires, mais aussi dans les pays démocratiques où la crise avait révélé que l'économie de marché, loin de s'autoréguler, menait plutôt à l'anarchie économique et au désastre si les États n'interv […] Lire la suite

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le capitalisme en débat »  : […] Les travaux pionniers de Karl Marx et de Max Weber n'ont pas laissé indifférents. Au premier, Immanuel Wallerstein ( Le Capitalisme historique , 1983) reproche ainsi de focaliser exclusivement son attention sur quelques pays européens. N'est-ce pas là une faute de raisonnement tant il est vrai que même les espaces dominés par le féodalisme participent aussi du phénomène capitaliste ? Hier comme au […] Lire la suite

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 802 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Innovation et changement »  : […] Ainsi, dans la masse indistincte des faits de changement, un peu d'ordre est introduit, dès que l'observateur accepte de les traiter comme des processus. Les énoncés y gagnent non seulement en précision (il s'agit de la manière dont telle technique, tel rite, ou telle pratique s'est enrichie ou appauvrie par l'acquisition ou la perte de tel « trait »), mais aussi en généralité : les mécanismes de […] Lire la suite

CYCLES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 4 002 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les cycles Juglar »  : […] Le premier à avoir affirmé l'existence d'un cycle de ce type est le statisticien français Clément Juglar, vers 1860, à partir de l'observation de toute une série d'indicateurs économiques, portant sur les prix, les chiffres d'affaires, les exportations, etc. Ces cycles, d'une longueur de 7 à 12 ans (en moyenne, 8 ans), sont caractérisés par le fait que l'activité et les prix évoluent dans le même […] Lire la suite

DÉMOCRATIE

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 10 277 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les critères de la démocratie »  : […] La formule d'Abraham Lincoln relève davantage de la légitimation des systèmes officiellement définis comme démocratiques que de leur analyse. Ainsi, si l'on en croit Joseph Schumpeter, il est difficile qu'un système politique agisse dans « l'intérêt du peuple ». Il faudrait pour cela postuler que tous les membres du « peuple » n'ont que des intérêts communs et que les décisions gouvernementales v […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques FRIBOULET
  •  • 8 091 mots
  •  • 4 médias

Le terme développement n'est employé dans son acception économique que depuis les années 1950. Mais l'idée est plus ancienne. Elle constitue le thème central du livre d'Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), qui marque les débuts de l'économie politique moderne. La révolution industrielle qui s'étend à cette époque en Angleterre pose deux questions : […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Dans le chapitre «  La « sociologie économique » »  : […] Ce que l'on appelle la « sociologie économique » peut être conçue comme une « hybridation » particulière de la sociologie et de l'économie, arbitrairement séparées à la fin du xix e  siècle par l'histoire de la division du travail académique. On peut aussi retenir, au moins provisoirement, une définition plus simple encore. La sociologie économique, c'est la sociologie – ses concepts et ses méthod […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude JESSUA, « SCHUMPETER JOSEPH ALOYS - (1883-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-aloys-schumpeter/