WIESER FRIEDRICH VON (1851-1926)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans ses principaux ouvrages — L'Origine et les lois principales de la valeur économique (Ursprung und Hauptgesetze des wirtschaftlichen Wertes, 1894) et La Valeur naturelle (Der natürliche Wert, 1889) — ,Wieser, disciple de Menger, prolonge dans trois directions essentielles la doctrine de celui-ci. Tout d'abord, il précise la notion de valeur, montrant le divorce entre l'utilité et la valeur, soulignant le paradoxe de la valeur (la valeur totale d'un stock arrive à partir d'un certain moment à diminuer quand le stock augmente), créant le concept d'utilité marginale (Grenznuter), introduisant le concept de valeur naturelle ou valeur qui prévaudrait dans une société communiste et rationnelle. En second lieu, il s'interroge sur l'imputation (autrement dit, sur la dissociation), dans le produit d'une combinaison de moyens de production, de ce qui correspond, en valeur, à l'apport de chacun des facteurs, et en vient à opposer à la conception de Menger de l'adjonction d'un facteur celle d'une soustraction dudit facteur. Enfin, fidèle en cela à l'analyse marginaliste, il introduit la notion de coût d'opportunité ou coût alternatif : étant donné la quantité des facteurs de production, la concurrence sur le marché des facteurs répartit ces derniers de telle sorte que la valeur des produits qu'ils permettent d'obtenir sera la même dans tous les emplois alternatifs ; par cette réflexion, Wieser rejettera de l'analyse économique la notion de coût de production, l'opportunity-coast, exprimant l'idée qu'on aurait pu avoir besoin de n'importe quel autre facteur pour produire et obtenir tel ou tel bien.

Animateur de la première école des économistes de Vienne, Wieser aura aussi été homme politique — il est ministre du Commerce de l'empereur d'Autriche lors de la Première Guerre mondiale ; aussi souligne-t-il le rôle de l'État dans l'économie, ce dernier privilégiant l'utilité sociale, ce que Wieser appelle la « valeur naturelle ». Il s'oppose par là à la libre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  WIESER FRIEDRICH VON (1851-1926)  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 2 032 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trois auteurs, trois traditions »  : […] Rétrospectivement, c'est Jevons qui nous apparaît comme le plus marginaliste des marginalistes. Son système théorique est, de tous, le plus directement relié à la tradition utilitariste et au projet de fonder une théorie des prix à partir des principes de l'utilité marginale décroissante et de la peine marginale croissante (le travail est de plus e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-marginalisme/#i_44318

Pour citer l’article

Guy CAIRE, « WIESER FRIEDRICH VON - (1851-1926) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-von-wieser/