SCHUMPETER JOSEPH ALOYS (1883-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Schumpeter s'est acquis toute sa vie une réputation d'hérétique et d'enfant terrible, ce qui a nui à la diffusion de son œuvre dans la mesure où elle ne se rattache à aucune école précise ; hérétique, Schumpeter l'était par rapport à ses maîtres de l'école de Vienne lorsque, secouant les habitudes de la pensée néo-classique, il entreprit de fonder une dynamique économique. Il l'était encore par sa préoccupation d'unir étroitement l'usage de la théorie économique à celui de la statistique, de l'histoire et de la sociologie pour traiter les problèmes économiques de son temps. C'était là tourner le dos à la méthode des économistes néo-classiques comme plus tard à celle de Keynes et de ses disciples, et c'était aussi retrouver certaines orientations intellectuelles dont Marx était resté le seul représentant. Le nom de Schumpeter demeure celui d'un des plus grands économistes du xxe siècle ; par la subtilité, la vigueur et la nouveauté de ses analyses ainsi que par la hauteur de ses vues, il peut apporter beaucoup à ses lecteurs d'aujourd'hui, à un moment où les problèmes économiques exigent qu'on les aborde avec un certain recul et où les ressources du seul savoir économique ne suffisent pas à les traiter mais appellent au contraire le concours d'autres disciplines.

L'homme et son œuvre

Joseph Aloys Schumpeter est né à Triesch, petite ville de Moravie qui faisait alors partie de l'Empire austro-hongrois. Il reçut à Vienne une éducation aristocratique et cultiva particulièrement les humanités classiques. De 1901 à 1906, il fit à l'université de Vienne des études de droit et d'économie sous la direction de maîtres dont les plus célèbres étaient E. Böhm-Bawerk et F. von Wieser. Il fit paraître en 1908 son premier ouvrage important, Nature et contenu principal de la théorie économique (Das Wesen und der Hauptinhalt der theoretischen Nationalökonomie), qui lui valut une chaire à l'université de Czernowitz en 1909, puis à celle de Graz en 1911. C'est en 1912 qu'il publia son livre le plus original, demeuré classique, la Théorie de l'évolution économique (Theorie der wirtschaftlichen Entwicklung). Au lendemain de la Première Guerre mondiale, il s'engagea dans des activités extra-universitaires qui le conduisirent à occuper un an le ministère des Finances d'un gouvernement socialiste, et quatre ans la présidence d'une banque privée qui fit faillite en 1924. Il faut sans doute se féliciter de ces échecs en songeant qu'on leur doit le retour de Schumpeter à ses travaux scientifiques et que lui-même a pu enrichir son œuvre des leçons de la vie active.

C'est en 1932 que Schumpeter, alors professeur à Bonn, accepta la chaire qu'on lui offrait à l'université Harvard : il y resta jusqu'à sa mort en 1950. Sa vie désormais fut celle d'un pur universitaire, entièrement consacré à ses étudiants et à son œuvre. La période américaine de Schumpeter fut particulièrement féconde sur le plan scientifique puisque, outre d'importants articles, il écrivit trois œuvres majeures : Business Cycles : a Theoretical, Historical and Statistical Analysis of the Capitalist Process (1939), Capitalism, Socialism and Democracy (1942, rééd. 1947), enfin son History of Economic Analysis, inachevée au moment de sa mort et publiée à titre posthume en 1954.

Schumpeter fut sans doute l'homme de son temps qui eut en économie et dans les domaines connexes la culture la plus profonde et la plus étendue ; telle était cependant la puissance de son esprit que ce savoir encyclopédique ne diminua jamais le caractère personnel de ses travaux. Sa vitalité intellectuelle était telle que, par l'analyse et par l'humour, il alla plus loin que nombre de ses contemporains les plus éminents et qu'il fut un des derniers économistes à maîtriser le champ entier d'une discipline dont le domaine est aujourd'hui partagé entre plusieurs spécialistes. Son History of Economic Analysis en porte témoignage : loin d'être l'ouvrage de tout repos d'un universitaire approchant de la fin de sa carrière, cette réflexion sur l'évolution de sa discipline, que Schumpeter avait poursuivie tout au long de sa vie, fut pour lui un moyen essentiel pour dominer intellectuellement l'ensemble des problèmes scientifiques auxquels il se consacrait.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas.

Classification

Autres références

«  SCHUMPETER JOSEPH ALOYS (1883-1950)  » est également traité dans :

THÉORIE DE L'ÉVOLUTION ÉCONOMIQUE, Joseph Aloys Schumpeter - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie L. COT
  •  • 830 mots

L'évolution économique : une « idée qui embrasse le domaine entier de la théorie et permet même d'en reculer les bornes », écrit Joseph Aloys Schumpeter (1883-1950) dans la Préface de Theorie der wirtschaftlichen Entwicklung (Théorie de l'évolution économique). L'ambition est tenue. Publié par Schumpete […] Lire la suite

CYCLES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 4 002 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les cycles Juglar »  : […] Le premier à avoir affirmé l'existence d'un cycle de ce type est le statisticien français Clément Juglar, vers 1860, à partir de l'observation de toute une série d'indicateurs économiques, portant sur les prix, les chiffres d'affaires, les exportations, etc. Ces cycles, d'une longueur de 7 à 12 ans (en moyenne, 8 ans), sont caractérisés par le fait que l'activité et les prix évoluent dans le même […] Lire la suite

INNOVATION

  • Écrit par 
  • Abdelillah HAMDOUCH
  •  • 8 853 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entrepreneur individuel et les occasions d'innover »  : […] On doit à Joseph Schumpeter d'avoir proposé, à trente années d'intervalle, les deux modèles principaux d'analyse de la nature des agents impliqués dans l'initiation et la réalisation d'activités innovantes. Le premier modèle apparaît en 1912 dans Théorie de l'évolution économique . Ce modèle met en avant le rôle central de l'entrepreneur individuel comme moteur de l'innovation et du progrès écono […] Lire la suite

MACROÉCONOMIE - Croissance économique

  • Écrit par 
  • Jean-Olivier HAIRAULT
  •  • 9 668 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La genèse des connaissances »  : […] Une partie de la connaissance peut provenir de l'activité productive elle-même, parce que l'on apprend par la pratique ( learning by doing ). Le progrès technique résulterait de l'adaptation continue des hommes confrontés à des problèmes liés à la production (Arrow, 1962). Ainsi, les entreprises n'engageraient pas expressément des dépenses permettant de créer de nouvelles connaissances ; le progrè […] Lire la suite

CHANGEMENT SOCIAL

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 5 803 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Innovation et changement »  : […] Ainsi, dans la masse indistincte des faits de changement, un peu d'ordre est introduit, dès que l'observateur accepte de les traiter comme des processus. Les énoncés y gagnent non seulement en précision (il s'agit de la manière dont telle technique, tel rite, ou telle pratique s'est enrichie ou appauvrie par l'acquisition ou la perte de tel « trait »), mais aussi en généralité : les mécanismes de […] Lire la suite

AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 603 mots

Dans le chapitre « Entrepreneurship »  : […] Cette notion est un des éléments clés de l'analyse autrichienne de la dynamique économique. Déjà présente chez Carl Menger et chez Friedrich von Wieser, celle-ci est chez Joseph Aloys Schumpeter à la base de l'analyse de l'évolution économique. Israel Kirzner lui consacre également des développements importants quand il s'intéresse au rôle de l'entrepreneur dans le processus de marché. La notion […] Lire la suite

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 509 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le capitalisme en débat »  : […] Les travaux pionniers de Karl Marx et de Max Weber n'ont pas laissé indifférents. Au premier, Immanuel Wallerstein ( Le Capitalisme historique , 1983) reproche ainsi de focaliser exclusivement son attention sur quelques pays européens. N'est-ce pas là une faute de raisonnement tant il est vrai que même les espaces dominés par le féodalisme participent aussi du phénomène capitaliste ? Hier comme au […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Dans le chapitre «  La « sociologie économique » »  : […] Ce que l'on appelle la « sociologie économique » peut être conçue comme une « hybridation » particulière de la sociologie et de l'économie, arbitrairement séparées à la fin du xix e  siècle par l'histoire de la division du travail académique. On peut aussi retenir, au moins provisoirement, une définition plus simple encore. La sociologie économique, c'est la sociologie – ses concepts et ses méthod […] Lire la suite

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La dynamique de l'innovation »  : […] Depuis l'analyse de Joseph Schumpeter du processus d'innovation dans une économie capitaliste, le lien entre la structure de marché et l'innovation industrielle est l'objet d'intenses débats. Schumpeter soutenait notamment que la création de monopoles est un mal nécessaire si l'on veut inciter les entreprises à innover. Il s'agit ici de la justification du système de brevets que nous avons déjà év […] Lire la suite

INNOVATION, notion d'

  • Écrit par 
  • Abdelillah HAMDOUCH
  •  • 1 539 mots

Dans le chapitre « D'où vient l'innovation ? »  : […] Dans la Théorie de l'évolution économique publiée en 1912, Schumpeter met en avant le rôle central de l'entrepreneur individuel comme moteur de l'innovation et du progrès économique. Mû par la perspective d'un profit de monopole en cas de succès (avant d'être concurrencé par des « entrepreneurs-imitateurs »), l'entrepreneur-innovateur s'engouffre dans les occasions d'innover offertes par l'évol […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude JESSUA, « SCHUMPETER JOSEPH ALOYS - (1883-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-aloys-schumpeter/