WILLIAMS JOHN (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cinq oscars, un nom inséparable de Star Wars et des aventures d'Indiana Jones : compositeur, arrangeur et chef d'orchestre, l'Américain John Williams s'est affirmé comme un des maîtres de la musique hollywoodienne. Dans les années 1970, Hollywood voit le retour des superproductions et des « films catastrophe », dont l'accompagnement exige une musique renouant avec la tradition symphonique illustrée autrefois par des compositeurs comme Erich Wolfgang Korngold ou Max Steiner, et depuis lors tombée en désuétude. John Williams sera le premier à faire revivre cette tradition, tout en la revisitant, la musique de film devant à ses yeux faire corps avec l'œuvre cinématographique sans pour autant perdre son autonomie.

Né à Floral Park (Long Island, New York) le 8 février 1932, John Towner Williams se passionne pour la musique dès sa plus tendre enfance. Il étudie à la Juilliard School of Music de New York, joue comme pianiste dans des clubs de jazz et des studios d'enregistrement, fait des arrangements pour la télévision... C'est au début des années 1960 qu'il intègre le cercle fermé des compositeurs de cinéma. On le retrouve ainsi aux côtés de Don Siegel pour The Killers (À bout portant, 1964), de William Wyler pour Comment voler un million de dollars (1966), de Norman Jewison pour Un violon sur le toit (1971), qui lui vaut un oscar pour son adaptation de la partition originale de Jerry Bock, de Robert Altman pour Images (1972), de Ronald Neame pour L'Aventure du Poséidon (1972), de Steven Spielberg pour The Sugarland Express (1974), de John Guillermin pour La Tour infernale (1974). Mais c'est Jaws (Les Dents de la mer) de Spielberg qui, en 1975, lui apporte la notoriété internationale, et son premier oscar de la meilleure musique de film. Cette bande originale est exemplaire par sa construction dynamique autour d'un thème central symbolisant le requin, la trame musicale du film étant tout entière conçue comme l'accompagnement d'un seul « personnage » : le mangeur d'hommes, que les rythmes lancinants et répétitifs aux bois et aux cuivres semblent suivre sans relâche.

1977 voit la sortie, à quelques mois d'intervalle, de Star Wars (La Guerre des étoiles), qui marque le début de l'association de John Williams avec George Lucas, et de Close Encounters of the Third Kind (Rencontres du troisième type), de Spielberg. Pour Star Wars, qui vaut à Williams son deuxième oscar de la meilleure musique de film, Lucas avait d'abord souhaité une musique romantique, plutôt désuète, tranchant avec l'atmosphère générale du film. Le metteur en scène avait d'ailleurs utilisé à titre d'essai une bande musicale provisoire comportant des œuvres d'Antonín Dvořák, Gustav Holst et William Walton. Cette idée lui venait de Stanley Kubrick, qui avait choisi des pièces de Johann Strauss fils, Richard Strauss et György Ligeti pour accompagner les images futuristes de 2001 : l'Odyssée de l'espace. Mais, sur les conseils de Spielberg, qui lui recommanda John Williams, Lucas opta pour une musique entièrement originale, qui permette d'assurer l'unité de son œuvre grâce à une couleur orchestrale particulière et, surtout, à un ensemble de thèmes repris sous différentes formes et qui apparaîtraient comme la signature du film. Les procédés thématiques et cycliques mis au point dans la symphonie romantique et dans les drames lyriques wagnériens (leitmotiv) et post-wagnériens sont bien entendu généreusement exploités, ce qui n'a rien d'étonnant lorsque l'on sait que la première indication de Lucas à Williams fut : « Fais quelque chose dans le style de Wagner ! ». Mais les partitions des différents épisodes de Star Wars se situent au-delà du romantisme : elles révèlent d'autres influences, notamment celle de Debussy, pour le thème, à la fois tonal et modal, de « Princess Leia » (La Guerre des étoiles), ou celle de Stravinski, pour la polyphonie, la polyrythmie et les ruptures brutales des thèmes « The Little People Work » (La Guerre des étoiles), « The Asteroid Field » (L'Emp [...]

John Williams et George Lucas

Photographie : John Williams et George Lucas

Le compositeur John Williams (à gauche) et le réalisateur George Lucas (à droite), ici à la cérémonie des Grammy Awards en 1999, commencèrent leur collaboration légendaire lors du tournage de Star Wars (1977, La Guerre des étoiles). 

Crédits : Featureflash/ Shutterstock

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « WILLIAMS JOHN (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-williams/