CAGE JOHN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au-delà du musical

On n'a, dans tout ce qui précède, qu'effleuré les activités de John Cage ; Henmar Press, qui édite la musique du Maître de Stony Point, sous l'égide de Peters, en propose un catalogue impressionnant. Surtout, John Cage, auteur de Silence, a publié plusieurs autres recueils (A Year From Monday, 1967 ; M, 1971 ; en collaboration avec Alison Knowles, les Notations de 1969), et un livre d'entretiens (Pour les oiseaux, Conversations avec Daniel Charles, Paris, 1976 ; version définitive : For the Birds, New York-Londres, 1981). Auteur d'un Journal publié de façon intermittente (Diary : how to Improve the World, depuis 1965), il a ensuite expérimenté les possibilités de la « poésie sonore » (62 Mesostics Re Merce Cunningham, 1971 ; Mureau, 1972 ; Empty Words, 1974) et, de là, perfectionné une calligraphie et une typographie déjà extraordinairement travaillées dans certaines des partitions de l'époque de l'indétermination (1958), de façon à publier, selon des techniques par lui inventées, des « raccourcis » d'un roman comme le Finnegans Wake de James Joyce (Writing through Finnegans Wake, 1978 ; Writing for the Second Time through Finnegans Wake, paru dans l'édition du Roaratorio préparée par Klaus Schöning, 1982). De ce que Roland Barthes décrivait comme l'« écriture à haute voix », Cage était déjà fort proche au départ : des idéogrammes lui servaient à symboliser des timbres complexes dans les années soixante ; ses partitions s'exposaient alors dans des galeries d'art. Il avait sculpté, en hommage à Duchamp, des graphismes dans l'espace (Not Wanting to say anything about Marcel, 1969) ; en 1978, il travaille la gravure à la Crown Point Press à Oakland (Californie), et trois séries sortent en 1982 (Changes and Disappearances ; On the Surface ; Déreau). Enfin, des textes « non syntaxiques » avoisinent, dans ses dernières productions (Themes and Variations, 1982), des dessins (Mushroom Book ; Mud Book...), repris d'époques plus lointaines. C'est dire la puissance de création de ce musicien, dont chacune des productions bouleversa les idées reçues, et qui réalisa simultanément à ses compositions « sonores », ou « théâtrales », des transferts de disciplines incessants.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : musicien, philosophe, fondateur du département de musique de l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  CAGE JOHN (1912-1992)  » est également traité dans :

CAGE JOHN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 669 mots

5 septembre 1912 John Milton Cage, Jr., naît à Los Angeles.1938 John Cage entame ses recherches sur le piano préparé à la Cornish School of the Arts de Seattle.1939 John Cage compose Imaginary Landscape n […] Lire la suite

SONATAS AND INTERLUDES (J. Cage)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 222 mots
  •  • 1 média

En 1938, John Cage, qui professe alors à la Cornish School of the Arts de Seattle, invente le « piano préparé » en plaçant dans la caisse et entre les cordes toutes sortes d'objets : bouchons en caoutchouc, vis et écrous métalliques, lamelles de bois, morceaux de carton ou de papier... Il en résulte une transformation totale du son naturel du […] Lire la suite

ALÉATOIRE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 301 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Le hasard chez John Cage »  : […] L'aléatoire est au centre de la musique de John Cage . Le compositeur avait déjà expérimenté le hasard des sonorités avec son piano préparé ( Concerto pour piano préparé et orchestre de chambre , 1951) en insérant des corps étrangers (gommes, écrous, vis, clous, papier...) à l'intérieur des cordes du piano afin d'en modifier la hauteur et le timbre. Mais il y a prolifération chez Cage des techniq […] Lire la suite

ATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 388 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Évolution de l'atonalité »  : […] On peut discerner trois périodes principales dans l'évolution des musiques dites atonales. Dans la première, qui s'étend de 1908 environ (année où Schönberg commence à écrire ses Quinze Poèmes sur le Livre des jardins suspendus de Stefan George op. 15) à 1923 (année d'achèvement des Cinq Pièces pour piano op. 23), on peut considérer que le principe de la tonalité classique s'est trouvé complètem […] Lire la suite

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'action contre l'œuvre »  : […] L'origine de cette situation réside peut-être dans l'enseignement du musicien John Cage au Black Mountain College, en Caroline du Nord. Dès 1952, il y organise simultanément des lectures de poésie, des concerts de musique, des conférences, des exercices de peinture et de danse ( concerted actions ) . En 1959, Allan Kaprow en développe la forme dans des actions collectives, qualifiées tout d'a […] Lire la suite

BRECHT GEORGE (1926-2008)

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 627 mots

Né George MacDiarmid aux États-Unis, George Brecht s'est imposé comme l'un des membres essentiels du mouvement Fluxus dans les années 1960. Pourtant, sa formation de chimiste ne laissait en rien présager un tel parcours. En 1956-1957, il rédige un premier texte fondateur, Chance Imagery , réflexion sur le rôle de la chance dans l'avant-garde artistique et la sience du xx e  siècle. Au même moment […] Lire la suite

BROWN EARLE (1926-2002)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 846 mots

Associé de John Cage – aux côtés de Morton Feldman, David Tudor et Christian Wolff –, le compositeur américain Earle Brown, pionnier de la notation graphique et des formes ouvertes, est un des plus remarquables représentants de la mouvance expérimentale new-yorkaise des années 1950. Earle Appleton Brown, Jr. naît le 26 décembre 1926 à Lunenburg, ville du Massachusetts située près de Boston. Passio […] Lire la suite

CUNNINGHAM MERCE (1919-2009)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 2 656 mots

Dans le chapitre « Une pensée imprévue dans la danse »  : […] Merce Cunningham (de son vrai nom Mercier Philip Cunningham) naît le 16 avril 1919 à Centralia (État de Washington). Bien qu'il commence la danse à l'âge de douze ans et se produise dans des Vaudeville (des spectacles de variétés précurseurs des comédies musicales où les claquettes figurent en bonne place), il s'oriente vers le théâtre et intègre la Cornish School de Seattle (1937-1939), où il sui […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DU HAPPENING SELON ALLAN KAPROW - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 731 mots

1922 Projetant la future dissolution de l'art dans la vie, Piet Mondrian écrit : « L'art est déjà en partielle désintégration – mais sa fin serait prématurée. Les conséquences du Néoplasticisme sont effrayantes. » Allan Kaprow prolongera cette intuition. 1943 Quelques années avant qu'Allan Kaprow ne s'en occupe définitivement, Piet Mondrian déclare encore : « Je pense que l'élément destructif es […] Lire la suite

ÉLECTRONIQUE VIVANTE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 706 mots
  •  • 1 média

Appartenant au vaste univers des musiques électroacoustiques, la musique électronique vivante ( live electronic music ou, plus brièvement, live electronics ) n'est pas élaborée par avance en studio mais exécutée – avec un degré variable d'improvisation – en direct (c'est-à-dire live ) par un ou plusieurs interprètes lors d'un concert. Faisant appel à la fois à des sources sonores instrumentales […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel CHARLES, « CAGE JOHN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-cage/